Le miroir dans l’art moderne et contemporain

3 – Le miroir de Vénus … et de toutes les femmes à leur toilette, de l’objet utile à l’instrument de coquetterie.

Revenons à la Renaissance
Le Titien Vénus à sa toilette 1556, deux miroirs sont présentés à Vénus par deux amours ailés.


Le Titien Vénus à sa toilette 1556 huile sur toile 124,5 x 104,1
cm National gallery Washington

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Rubens Vénus au miroir 1615


Rubens Vénus au miroir 1615 huile sur toile, 124 x 98 cm
Vienne, Collection du prince de Liechtenstein

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Encore un amour ailé qui présente à Vénus un miroir octogonal dans lequel l’image reflet est un véritable portrait très précis.

… ce qui n’est pas le cas chez Velasquez la Vénus au miroir,


Diego Vélasquez Vénus au miroir 1647 huile sur toile, 124 x 98 cm
Vienne, Collection du prince de Liechtenstein

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Vénus allongée ne contemple qu’un reflet flouté, beaucoup moins lumineux que son superbe dos !

Vénus ne sert pas toujours d’alibi à la peinture de nus.
En témoigne Giovanni Bellini jeune femme tenant un miroir 1525


Giovanni Bellini jeune femme tenant un miroir 1525 huile sur bois 62,9 x 78,3 cm Collection de l’archiduc Leopold Wilhelm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

double miroir l’un tenu dans sa main droite, l’autre circulaire, au mur derrière elle.

François Clouet Diane de Poitiers à sa toilette 1515.
Geste gracieux au moment de choisir son bijou, elle ne regarde pas son reflet dans le miroir posé à droite.

Jean Raoux jeune femme au miroir 1750


Jean Raoux jeune femme au miroir 1750 huile sur toile, 74,5 x 58 cm, Collection Wallace Londres
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il aimait montrer l’effet de lumière renvoyé par le miroir.

Gustave-Courbet la belle irlandaise 1866


Gustave-Courbet la belle irlandaise 1866 huile sur toile 54 x 65 cm Nationalmuseum (Stockholm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est Johanna Hifferman, à 24 ans qu’il a peinte la même année dans l’origine du monde

Dante Gabriel Rossetti Lady Lilith 1867

Berthe Morisot femme devant son miroir 1890


Berthe Morisot femme devant son miroir 1890 huile sur toile 50cm x 60cm Fondation Pierre Gianadda Martigny
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

elle attache son chignon tout comme la femme se coiffant de Paul Signac 1892

Frederick Carl Frieseke, Femme au miroir 1911, peintre impressionniste américain.


Frederick Carl Frieseke, Femme au miroir 1911 huile sur toile 81 x 81 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La femme utilise deux miroirs pour ajuster sa boucle d’oreille.

et même lorsque le geste pictural prend le dessus sur la représentation de la scène, la tradition de représenter une femme avec un miroir se perpétue.

Voir par exemple :
d’autres oeuvres de Frederick Carl Frieseke.
Georges Rouault fille au miroir 1907 Aquarelle, encre de Chine et pastel sur carton 70 x 55,5 cm Centre Pompidou.
Ludwig Kirchner, nu allongé, 1909-1910 Huile sur toile 83,3 x 95,5 cm Berlin, Brücke Museum.
Karl Schmitt Rottluff Mädchen vor dem Spiegel 19150 Huile sur toile – 101 x 87 cm expressionniste allemand du groupe Die Brücke

La présence du miroir sert avant tout à redoubler la figure féminine et tous les peintres modernes perpétuent ce thème, alors même que le miroir ne sert plus à montrer les reflets, mais il apparaît seulement comme un attribut de la femme.


Juan Miro nu au miroir 1917 huile sur toile 113 × 102 cm Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen Düsseldorf
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Balthus nus au miroir 1955 Huile sur toile, 190,5 x 163,8 cm Robert Lehman collection. Monumentalité du sujet, nue, vue de profil, le pied droit devant le pied gauche, à la façon de la statuaire égyptienne, se peignant devant un miroir, dans une pièce vide. L’on est loin de la jeune filles au miroir
Balthus la chambre turque 1963 Caséine et tempera sur toile 180 x 210 cm Centre Pompidou. C’est sa compagne japonaise et le décor de la Villa Médicis.
Picasso Femme à la toilette 1906 période de Gosol, très épurée.

Picasso fille au miroir 1932


Picasso fille au miroir 1932 huile sur toile, 162.3 x 130.2 cm. New York, MOMA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est Marie-Thérèse devant une psyché, avec une opposition gauche droite, d’un côté un visage solaire, de l’autre peut-être un visage lunaire et entre les deux un jeu de courbes qui exhalent les formes de la jeune fille.
Voir également :
Le miroir 1932 montre, dans le miroir, une forme presque abstraite.
Dans ces deux peintures Picasso, très amoureux en 1932, inscrit discrètement sa présence derrière Marie Thérèse avec le motif Arlequin du fond.

Femme au miroir 1959 date des années Jacqueline. Le visage dans le miroir n’est pas celui qui semble correspondre au personnage de dos, mais par contre, il forme plastiquement un tout avec les bras et la jambe.

Même les “bimbo” des magazines de Roy Lichtenstein se regardent dans un miroir


Roy Lichtenstein girl in mirror 1964 huile sur toile, 30 x 30 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ce thème de la femme au miroir revient chez les artistes contemporains adeptes de la peinture hyper réaliste, qui imitent les effets de la photographie en peinture.

Peter Handel, vor dem Spiegel artiste allemand né en 1949.


Peter Handel, vor dem Spiegel 2005 huile sur toile
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Richard Hamilton, Descending Nude 2006, anglais (1922-2011) dans un miroir de style Art nouveau, il rend hommage à Marcel Duchamp et à son nu descendant l’escalier.
Francine Van Hove, dos à dos à dos, 2007 française, né en 1942. Une triple images dans les miroirs articuler, avec une précision quelque peu glaçante.
Jérémy man 2018 américain né en 1979. Sa figuration très réaliste se concentre sur le buste de la jeune femme et de son reflet dans le miroir, puis tout, autour se fond dans l’abstraction.
Le thème de la femme au miroir se perpétue depuis la Renaissance.

Voir d’autres nus au miroir.

Voir le miroir attribut et prétexte du nu féminin.

4 – Et les hommes aussi avec un soupçon de narcissisme

Jean-Étienne Liotard, peintre suisse du 18e siècle.


Jean-Étienne Liotard John Lord Mountstuart 1763 pastel sur parchemin, 114,9 x 90,2 cm Fondation Getty
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Portrait de John Lord Mountstuart 1763 pastel, la pose du personnage, qui se reflète dans un grand miroir mural révèle sa position sociale. Un sous titre en bas du tableau précise deviendra marquis. Voir un commentaire.

Honoré Daumier, un Français peint par lui-même 1848.


Honoré Daumier, un Français peint par lui-même 1848 lithographie, 23,1 x 21,6 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est une gravure pleine d’humour de même que un dandy 1871.

Norman Rockwell retour à la vie civile 1945


Norman Rockwell retour à la vie civile 1945 huile sur toile 99,1 x 76,2 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Un aviateur démobilisé après la guerre, constate à son retour chez lui, que son ancien costume est devenu étriqué.

Un peu à part, Picasso arlequin au miroir 1923


Picasso arlequin au miroir 1923 huile sur toile 100 x 81 cm Musée Thyssen-Bornemisza. Madrid
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’arlequin ajuste son chapeau devant un miroir

5 – Le miroir des vanités

Si le miroir a une face lumineuse, associée à la beauté, à la promesse de l’amour, il en a une autre, plus sombre, du côté de la mort. Très tôt, le miroir fait partie de l’iconographie des vanités parce qu’au moyen-âge et à la Renaissance, le malin était lié à la femme, la tentatrice, qui avait fait basculer l’humanité dans le péché.

Hans Memling la vanité 1490


Hans Memling la vanité 1490 huile 22 x 14 cm Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est une Eve nue qui se complaît à regarder son image dans un miroir.

Psaume du 15e siècle bréviaire de Rouen Sirène. La sirène était une tentatrice dangereuse, maléfique et coquette.

Lucas Fürtenagel peintre autrichien portrait du peintre Hans Burgkmais et son épouse Anna 1527.


Lucas Fürtenagel, portrait du peintre Hans Burgkmair et de son épouse Anna, 1527
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Curieusement ici, la vanité est associée à un double portrait de commande. Le couple voit apparaître dans le miroir deux crânes, l’annonce de leur mort. Au-dessus de l’homme, est écrit : “ainsi était notre forme à tous deux mais dans le miroir plus rien n’est resté”, sur la tranche du miroir : “connais toi toi-même” et sur le cadre : “Oh mort !” Une lecture possible c’est que dans le miroir ils voient la promesse de mourir ensemble, et l’amour véritable suppose la volonté de rester unis jusqu’à la mort.

Jan Mandyn la tentation de Saint-Antoine 1530.


Jan Mandyn, la tentation de St Antoine, 1530 musée Frans Hals, Haarlem

Peintre d’Anvers admirateur de Jérôme Bosch, l’artiste a introduit dans son tableau un squelette très dynamique qui tient dans une main un miroir et dans l’autre un sablier posé sur sa tête.

Jan Sanders van Hemessen vanitas 1535.


Jan Sanders van Hemessen, Vanitas 1535 huile sur bois 90 × 73 cm Palais des Beaux-Arts, Lille
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Un ange muni d’ailes de papillon (symbole de l’âme immortelle), tient sous son bras un miroir ovale dans lequel se reflète un crâne. Sur une banderole en latin est écrit : “ici fini toutes choses”.

Peter Gerritsz van Roestraten vanitas 1627.


Pieter Gerritsz van Roestraten, Vanitas 1627 huile sur bois Royal Collection Trust
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le crâne, associé aux pièces d’or et aux médailles, est surmonté par une boule miroir dans laquelle on aperçoit le peintre au travail.

De même chez Pieter Claesz vanité au violon et à la boule de verre 1625 huile sur toile, 35,9 x 59,0 cm Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg. La boule de verre, fragile, renferme le reflet du peintre devant son chevalet.

George de La Tour, la Madeleine aux deux flammes (1640-1645).


George de La Tour, la Madeleine aux deux flammes (1640-1645) huile sur toile Metropolitan Museum of Art, New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Madeleine, l’ancienne prostituée repentie, médite, la main sur un crâne, devant une bougie qui se reflète dans un miroir.

au 19e siècle on est parfois aussi moralisateur.

Antoine Wiertz la coquette habillée et le miroir du diable 1856.


Antoine Wiertz la coquette habillée et le miroir du diable 1856
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les deux toiles montrent la même femme se contemplant dans un miroir, mais dans la seconde, sa robe a été enlevée par le diable dissimulé derrière le miroir.

Édouard Manet “Nana” 1877. C’est la grande coquette à laquelle Zola, ami de Manet, a consacré en roman, dont on connaît la fin tragique.

Les contemporains ont réactualisé le thème des vanités.

Bruno Peinado, plasticien français né en 1970 “Vanity flight case” 2005


Bruno Peinado, “Vanity flight case” 2005

C’est un énorme crâne recouvert de facettes de miroir, qui tourne sans cesse sur un socle et s’accompagne de façon très disco, de rayons de lumière et de fumée.

Philippe Ramette “Ego portable” 2016. C’est un masque en miroir réalisé à partir d’un moulage du visage de l’artiste (réalisé à partir d’un scan). Humour du titre.

6 – Le miroir instrument nécessaire de l’autoportrait avant l’avènement de la photographie

C’est ce que montre parfaitement l’autoportrait de Johannes Gumpp, artiste autrichien en 1646,


Johannes Gumpp autoportrait 1646 huile sur toile 88,5 x 89 cm galerie des Offices

Il se représente de dos, regardant à sa gauche son reflet dans un miroir octogonal, pour se peindre sur un chevalet disposé en face de lui. Cette mise en scène lui permet de nous montrer un double autoportrait, triple si on inclut sa silhouette de dos.


Artemisia Gentileschi, autoportrait en allégorie de la peinture 1637 huile sur toile 98,6 × 75,2 cm château de Windsor
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Artemisia Gentileschi, pour son autoportrait en allégorie de la peinture 1637, palette dans la main gauche, et le pinceau dans la droite, elle ne montre pas le miroir dans lequel elle se regarde.

Suzanne Roslin (1774) peintre et pastelliste française a travaillé dans l’atelier de Maurice Quentin de La Tour.


Suzanne Roslin, autoportrait 1774 pastel sur papier 92 × 111 cm collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans cet autoportrait, elle se montre reproduisant un autoportrait de Quentin de La Tour après l’avoir esquissé au fusain (à gauche). Mais, c’est en même temps son reflet dans un miroir, et non pas nous, qu’elle regarde.

Édouard Manet, “autoportrait à la palette” (1878)


Édouard Manet, autoportrait à la palette 1878 huile sur toile 83 x 67 cm Steven A. Cohen Collection, Greenwich
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a cru bon d’inverser gauche et droite pour corriger l’effet de symétrie du miroir. En effet, Manet n’était pas gaucher, mais il a choisi de mettre son pinceau dans sa main gauche pour que nous l’ayons à notre droite.
Souvent lorsque les peintres se représentent dans un miroir, ils ont ce problème.


Paul Cézanne autoportrait à la palette 1890 huile sur toile 92 x 73 cm Fondation et Collection Emil G. Bührle Zurich
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

… ce que n’a pas fait Paul Cézanne, qui, pour son autoportrait à la palette, a mis dans sa main droite à la fois sa palette et son pinceau, et a dissimulé sa main gauche derrière le chevalet.
Pour éviter cela, il faut se représenter de dos.

Alfred Lepetit les deux miroirs 1893. Quadruple autoportrait !


Alfred Lepetit les deux miroirs 1893 huile sur toile
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le peintre de trois quart dos, regarde son reflet dans le miroir de gauche, pour peindre son portrait en face. Mais derrière le miroir de gauche un autre miroir permet de voir le crâne et la nuque du peintre de dos.

Santiago Rusiñol, peintre espagnol intitulé portrait de femme (1894).


Santiago Rusiñol portrait de femme 1894 huile sur toile 81 x 100 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Un portrait féminin, mais le miroir au-dessus de la cheminée, révèle le portrait du peintre et de son modèle.

Léon Spilliaert (artiste belge) autoportrait au miroir 1908.


Léon Spilliaert autoportrait au miroir 1908 huile sur toile 81 x 100 cm

Le peintre nous fait face assis à califourchon sur une chaise, en regardant dans un miroir, mais derrière lui, il y a une enfilade de deux autres miroirs qui creusent espace en créant un effet de mise en abyme
Voir également du même artiste :
Autoportrait au chevalet 1908 encre de Chine, lavis, pinceau, crayon de couleur, pastel gras, pastel sur papier. Le point de vue de trois quart crée un effet spacial tout à fait différent.

Ivan Vavpotič (slovène) autoportrait 1909

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *