Enfants et adolescents dans l’art moderne et contemporain

Les Impressionnistes ont pris pour modèles les enfants de leur entourage et leurs propres enfants dans des scènes de vie familiale ou de jeux qui contrastent avec les postures figées des portraits de commande de leurs prédécesseurs.
De nombreux artistes devenus pères, Otto Dix, Paul Klee, Picasso, Gerhard Richter ont porté sur l’enfance un regard attendri très personnel.
Balthus et Paula Rego sont connus pour leurs fillettes énigmatiques, inquiétantes. D’autres artistes comme Boltanski ou Bernard Faucon, expriment la nostalgie de l’enfance, et Marlene Dumas, comme Claire Tabouret, peignent des enfants, graves, interrogateurs, de même que Ron Mueck et Charles Ray en sculpture. Enfin, en représentant des enfants, le peintre Zhang Xiaogang et l’artiste Prune Noury expriment les mêmes préoccupations quant à la démographie de la Chine et Patricia Piccinini questionne l’avenir du genre humain.

Intervenante : Agnès Ghenassia


Dans la peinture classique, les enfants apparaissent dans l’iconographie chrétienne (Vierge à l’Enfant, chérubin, putti …) dans quelques tableaux d’histoire (le massacre des innocents) et dans des “scènes de genre” (famille de paysans).
Les enfants et adolescents représentés pour eux-mêmes datent du 19e siècle, soucieux d’individualisme pour la première fois, et sont commandés par des famille d’aristocrates ou de grands bourgeois. Les peintres de l’école de Barbizon, sont les premiers à s’installer dans la nature, et ils sortent radicalement de la tradition des œuvres de commande.
Ainsi Jean-Baptiste-Corot, peint des enfants autonomes au sein de la nature.


Jean Baptiste Corot, le rageur 1830 huile sur toile 50,8 x 61 cm Washington, National Gallery of Art
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le rageur, forêt de Fontainebleau 1830 (titre qui renvoie au surnom donné au vieux chêne), montre un jeune berger assis sur un rocher, qui nous regarde, nous spectateur. Voir en détail.


Jean Baptiste Corot, Tivoli, les jardins de la Villa d’Este 1843 huile sur toile 43 × 61 cm musée du Louvre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tivoli, les jardins de la Villa d’Este 1843, c’est encore un enfant assis au premier plan, qui établit un lien de connivence entre nous et le paysage. Voir un commentaire.


Jean Baptiste Corot, Enfants au bord d’un ruisseau à la campagne (1840) huile sur toile, 43 x 74 cm, collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Enfants au bord d’un ruisseau à la campagne 1840, se sont des enfants plutôt impassibles, mélancoliques, mais libres au sein de la nature.
Corot était un fervent admirateur de Jean-Jacques-Rousseau sur l’éducation des enfants, et sur le fait que la nature était leur meilleure enseignante et qu’il leur fallait le temps pour s’approprier le savoir.

1 – Les enfants des artistes

Dans l’œuvre d’Édouard Manet, l’enfant le plus souvent représenté, c’est Léon, le fils à la fois caché et surexposé qu’il a peint 17 fois.


Edouard Manet, l’enfant à l’épée 1861 huile sur toile, 131,1 × 93,3 cm, M.E.T. New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est lui l’enfant à l’épée 1861, qu’il avait déguisé (période “espagnole” de Manet). A cette époque on avait dit à l’enfant qu’il était le jeune frère de Suzanne Leenhoff, professeur de piano chez les Manet. Voir un commentaire.


Edouard Manet, Les bulles de savon 1867 huile sur toile, 100,5 × 81,4 cm, Musée Calouste-Gulbenkian Lisbonne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les bulles de savon 1867, sorte de peinture “vanité”, hommage à Chardin, (la bulle de savon représente la fragilité, la fugacité de la vie), c’est encore lui Léon, à 15 ans. Lorsque qu’il aura 18 ans, Édouard Manet épouse Suzanne Leenhoff. Le peintre se présente comme le parrain du jeune homme. À 20 ans, il apprend que Suzanne est sa mère, mais Edouard gardera le silence sur son éventuelle paternité.


Edouard Manet, Le déjeuner dans l’atelier (1868) huile sur toile, 118 × 154 cm, Neue Pinakothek Munich
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le déjeuner dans l’atelier 1868. Léon (un jeune homme) est présent au premier plan vêtu comme s’il s’apprêtait à sortir à l’issue d’un repas de famille.

« Peintres de la vie moderne » (Baudelaire), les impressionnistes ont beaucoup peint des enfants, leurs enfants notamment, car ils s’efforcent de capter tous les aspects transitoires de la vie, et d’en saisir l’instantanéité.

Claude Monet et Camille ont eu un premier enfant en 1867, Jean, alors qu’ils étaient dans la misère et pas encore mariés.


Claude Monet, Jean Monet sur un cheval à bascule 1872 huile sur toile, 60,6 × 74,3 cm, Metropolitan Museum of Art New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jean Monet sur un cheval à bascule 1872 est l’image la plus connue de Jean. Il y en a d’autres, depuis le berceau.
Jean au berceau, (1867) huile sur toile 116,8 cm x 88,9 cm
Portrait de Jean avec un chapeau, 1869 huile sur toile
Voir Jean Monet, le fils de Claude.

Un second fils, Michel, est né en 1878, et Camille, sa mère, meurt un an plus tard.


Claude Monet, Portrait de Michel Monet bébé 1879 huile sur toile, 46 × 37 cm, Musée Marmottan Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Claude Monet, Michel Monet dans un pull bleu, 1883 huile sur toile, 38 x 46 cm, Musée Marmottan Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Monet et ses deux enfants vont vivre auprès d’Alice Hoschede qui elle en a 6 (Jacques, Suzanne, Blanche et Germaine Hoschede date de 1880). Une famille recomposée vue d’un mauvais œil à l’époque…. Tous ces portraits de famille n’ont jamais été exposés en public et sont restés dans l’espace privé du peintre.

Auguste Renoir, a répondu à ses débuts à de nombreuses commandes de portraits.
Portrait de Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers (1867) huile sur toile, 65 × 54 cm, Fondation Bührle, Zurich.


Auguste Renoir, Portrait de madame Charpentier et ses enfants 1878 huile sur toile, 153,7 × 190,2 cm, Metropolitan Museum of Art, New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Un portrait de groupe (aujourd’hui au MET de New York) d’une famille de la haute bourgeoisie (madame Charpentier est la femme de Georges Charpentier l’éditeur de Zola, Daudet et Maupassant). Elle pose, mais le peintre s’est efforcé de saisir les deux fillettes de façon plus vivante. Voir un commentaire


Auguste Renoir, L’après-midi à Wargemont 1884 huile sur toile, 127 × 173 cm, Alte Nationalgalerie Berlin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’après-midi à Wargemont 1884 montre une ambiance plus lumineuse et plus détendue. C’est une commande de Paul Bérard, diplomate et banquier, et le peintre a peint les enfants dans leur maison de campagne. Marthe a 14 ans et elle coud, Marguerite a 10 ans (elle lit) et la petite Lucie avec sa poupée a 4 ans.
Renoir à peint les enfants de ses amis,
Les enfants de Martial Caillebotte (le frère de Gustave), huile sur toile. Deux fillettes en train de lire.
– La fille de Berthe-morisot et d’Eugène Manet (frère d’Edouard), Portraits de Julie Manet.

Dans toutes ces peintures d’enfants, on sent chez lui le respect de l’intimité de ses modèles (il respecte leur attitude spontanée).

Il a aussi peint ses propres enfants, nés de son mariage avec Aline, son modèle.

Pierre qui deviendra acteur (1885-1952),


Auguste Renoir, portraits de Pierre, 1887 et 1890 huile sur toile,
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jean le cinéaste (1894-1979)


Auguste Renoir, Gabrielle et Jean, 1895 et 1896 huile sur toile
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il les a peints souvent avec Gabrielle, la jeune femme qui les garde, dans des scènes familières.

Claude dit Coco céramiste (1901-1969).


Auguste Renoir, portrait de Claude, dit Coco, (1902) huile sur toile, 127 × 173 cm, Alte Nationalgalerie Berlin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Coco lisant (1907) Huile sur toile 27,5 x 39,5 cm Musée d’Orsay
On découvre que les garçons, à cette époque, gardaient longtemps les cheveux longs.

Parmi les nombreux autres portraits d’enfants de Renoir, la fille à l’arrosoir, et plus tard la jeune fille au chapeau de paille (1909), la jeune fille au ruban bleu (1888), les jeunes filles lisant (1891) …

Les Nabis également, se sont intéressés à l’enfance.
Félix Vallotton, avec le ballon (1899) en donne une merveilleuse image de l’enfance :


Félix Vallotton, le ballon 1899 huile et bois sur carton, 49,5 × 61,5 cm, musée d’Orsay
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’enfant, pour suivre son ballon rouge, a échappé à la surveillance des adultes, que l’on aperçoit dans l’ombre des arbres. La vue plongeante, le contraste entre la zone d’ombre et la zone de lumière, tout contribue à la force de cette peinture. Félix Vallotton était anarchiste, très hostile à l’institution familiale … c’est donc un tableau libertaire (disent des historiens) !

Pierre Bonnard, lui a peint la petite enfance (ses nièces et ses neveux, il n’a pas eu d’enfant), dans la cellule familiale entre deux générations de femmes (1893-1894) .


Pierre Bonnard, grand-mère, mère et enfant 1893 Huile sur toile – 22,5 x 37 cm musée de l’abbaye Saint Claude
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Mère et enfant 1894 huile sur toile
Enfant avec des cerises 1895 huile sur carton 52 x 41 cm Galerie nationale d’Irlande (Dublin)
Le repas des enfants 1895 huile sur carton 59,4 x 73,4 cm Metropolitan Museum of Art New York.
L’écrasement des figures dans l’espace plan du tableau, contribue à donner une impression d’intimité un peu étouffante.

Plus tard, entre 1897 et 1907, Bonnard a peint plusieurs toiles associant des fillettes et des chats.


Pierre Bonnard, petite fille avec un chat 1899 Huile sur toile collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Enfant et chat 1909 huile sur toile 54,6 x 69,5 cm Collection Phillips.
L’enfant au chat 1906 huile sur toile 47 x 40,3 cm
La fillette au chat 1894 huile sur carton 24 x 26 cm Fondation_Bemberg_Toulouse
Il ne s’agissait pas de ses enfants (il n’en a pas eu) mais de ses nièces.
Plus que la psychologie de ses modèles, ce sont les gestes qui l’intéressent, le cadrage et l’ambiance lumineuse qu’il crée avec ses couleurs et qui font la particularité de ses peintures.


Pierre Bonnard, La petite fille avec un chien 1930 Huile sur toile collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La petite fille avec un chien, de 1930 me semble aussi avoir capté une image très juste de l’enfance.
De la même époque la fillette au béret vert

Les femmes peintres ont beaucoup montré l’enfant.

Berthe Morisot, née dans une famille de la grande bourgeoisie, à été la première femme a exposer en 1874 dans le groupe des impressionnistes.

Le berceau 1872 huile sur toile 56 cm x 46 cm Musée d’Orsay. Le berceau 1872 représente Emma, sa sœur, veillant sur le sommeil de sa fille Blanche. Toile qu’elle avait présentée lors de la première exposition impressionniste.

Plusieurs peintures de cette époque montrent les enfants dans la nature.
Dans le parc, et cache-cache (1873).


Berthe Morisot, dans le parc 1874 huile sur toile 56 cm x 46 cm Petit palais Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Berthe Morisot, cache cache 1873 huile sur toile 56 cm x 46 cm Petit palais Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Berthe Morisot a épousé le frère de Manet, Eugène, musicien et Julie est née en 1878, plusieurs tableaux la montrent enfant avec son père.


Berthe Morisot, Eugène Manet et sa fille (1883) huile sur toile 60 cm x 73,5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

On la voit grandir. La technique de Berthe Morisot s’apparente parfois à du croquis peint.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *