Portraits et autoportraits modernes et contemporains (première partie)


Ernst Ludwig Kirchner, Autoportrait, 1914, huile sur toile, 65 x 47 cm Brücke Museum Berlin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La guerre éclate en août 1914 et Kirchner se porte volontaire, mais il ne peut supporter longtemps, les contraintes de l’uniforme, et la peur de la mort. Après un effondrement à la fois physique et psychique, il est libéré du service au front en 1915, pour une durée indéterminée. Il peint l’autoportrait en uniforme 1915, (huile sur toile, 69,2 x 61 cm). Il exprime ici sa souffrance et son incapacité à continuer son activité artistique comme avant, il se détourne du nu (situé derrière lui) un de ses motifs typiques, et tourne vers nous un regard vide. Il nous montre, au premier plan, un moignon de bras droit, symbole de sa créativité éteinte (alors qu’il n’a pas été amputé).

Le buveur, autoportrait, date de 1918 (huile sur toile 119 x 89 cm). Il fait plusieurs séjours en maison de repos, jusqu’en 1918, avec des symptômes de paralysie, de phobie de persécution, de grève de la faim…
Autoportrait en malade 1918 (huile sur toile 55.0 cm × 47.1 cm Pinakothek der Moderne, München).


Ernst Ludwig Kirchner, Autoportrait au chat, 1920 Huile sur toile, 120,6 x 80 cm Musée Busch-Reisinger Cambridge USA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il s’est, ensuite établi en Suisse en 1920 où il peint son autoportrait au chat.
Voir également :
Tête du peintre (autoportrait) 1925 (huile sur toile 60 x 50 cm Musée Kirchner, Davos)
Autoportrait, 1925 (craie – 51 x 36 cm).
Les métamorphoses liées à la guerre et à la dépression se traduisent dans la série des autoportraits.

Voir d’autres portraits de Ernst Ludwig Kirchner.

Un jeune contemporain Adrian Ghenie né en 1977, peint avec un style que l’on peut qualifier d’expressionniste. Peintre roumain, nous l’avions vu cet été exposé à Venise au Palazzo cini.


Adrian Ghenie – Palazzo Cini – Venise

Il a ouvert sa galerie à Berlin, et s’est vite fait remarquer par sa virtuosité et pour la force et l’originalité de ses travaux. Il a également, depuis 2002, ouvert un espace à Londres.


Adrian Ghenie, Autoportrait No. 4, 2010, huile sur toile 51 × 43 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
– Un de ses Sans titre 2019 (huile sur toile 45 x 45 cm) on reconnaît Donald Trump
Sans titre 2012 (huile sur toile 50 x 39,7 cm), on reconnaît Hitler
– Il a consacré une série à Van Gogh, sans titre Van Gogh 2015 (collage 17 x 14,5 cm)
Coup de brosse énergique, n’hésite pas à déformer.
Voir un commentaire.


Adrian Ghenie, Docteur Joseph, 2011 huile sur toile 180 x 117 cm Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Docteur Joseph c’est Joseph Mengele.

Il a également réalisé une série intitulée curieusement autoportrait en Darwin, voir également un autre autoportrait. C’est de la dérision, parce que la thèse évolutionniste de Darwin, avait été largement exploitée et détournée par les nazis.

Une série dada is dead en 2009 qui s’inspire de la fameuse exposition Dada à Berlin en 1920 avec le mannequin habillé en uniforme prussien accroché au plafond … mais Ghenie introduit un chien au milieu de la pièce,
et 4 toiles consacrées à The collector 2009 le collectionneur compulsif de tableaux qui n’est autre que Hermann Göring.
Série The collector (le collectionneur).
voir
The collector n°1 2008 (huile sur toile 200 x 290 cm)
The collector n°2 2008
The collector n°3 2008


Adrian Ghenie: The Collector n°4

Dans le tableau numéro quatre, on le voit sur son lit de mort entouré de ses peintures. Ce chef militaire nazi avait rassemblé plus de 2 000 oeuvres d’art pillées. Cette image s’inspire d’une photo prise peu après son suicide. (et au plafond il y a encore le mannequin en uniforme de la Dada fast).
Cette dernière toile s’est vendue récemment 3 000 000 €.

Adrian Ghenie peint des espaces mentaux chargés de violence au second degré. L’artiste, dit qu’ayant grandi sous l’ère de Ceausescu : “Il est fasciné par ce qui s’est passé au 20e siècle. Je ne ressens aucune obligation de le dire au monde, mais pour moi, le 20e siècle a été un siècle d’humiliation”.

Voir d’autres portraits d’Adrian Ghenie.

Des portraits intimistes

Paula Modersohn Becker (1876-1907), qui mourut prématurément à 31 ans, appartient à ces artistes du nord de l’Allemagne comme Nolde, que l’on classe dans l’expressionnisme. Mais c’est la seule femme, et son travail est très différent.


Paula Modersohn Becker, Autoportrait devant des arbres en fleurs 1902, huile sur toile 51 × 43 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Autoportrait devant des arbres en fleurs 1902. Elle semble détendue, un an avant, elle avait épousé le peintre Otto Modersohn, veuf et plus âgé qu’elle. Elle écrit son nouveau nom sur toute la largeur du tableau.

Elle était avide de s’instruire et se rendait régulièrement à Paris où elle a découvert les peintures des Nabis.


Paula Modersohn Becker, L’autoportrait au brin de Camélia 1906 Détrempe sur carton 61.5 × 30.5 cm Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’autoportrait au brin de Camélia 1906 peint sur bois dans un format très étroit, reflète sa découverte des portraits funéraire égyptiens du 1er siècle avant Jésus-Christ (portraits du Fayoum).

En 1906, elle est amie avec Rainer Maria Rilke, et elle avait le projet de quitter son mari, et de rester à Paris. Celui-ci est alors venu à Paris et l’a convaincue de reprendre la vie conjugale.

Voir également :
Autoportrait avec fleurs dans la main gauche 1907 (huile sur toile 55 x 25 cm).
Jeune femme à la fleur, 1902 (Détrempe sur carton 52 × 53 cm).
Autoportrait au 6e anniversaire de mariage, 1906 (Détrempe sur carton 101.8 × 70.2 cm), elle est enceinte.

Elle mourra en 1907, 18 jours après avoir donné naissance à une petite fille.


Exposition Paula Modersohn-Becker : L’intensité d’un regard Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (2016)

Caractère très intime et très sensible de sa peinture.

Lotte Laserstein (1898-1993) nous a touché l’année dernière par ses portraits exposés au Städel museum de Francfort. C’était une femme libre, moderne et indépendante, qui dans les années 20, s’était faite apprécier pour son talent de portraitiste. Son modèle préféré était une entraîneuse de tennis Traute Rose, avec qui elle partageait aussi sa vie.


Lotte Laserstein, Traute en Pullover vert, 1931 huile sur papier, 76 × 54 cm Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres portraits de Traute :
Rose Traute avec bonnet rouge et chemisier à carreaux, vers 1931 (huile sur papier 91,8 x 69,5 cm).
Toilette du matin, vers 1931 (huile sur panneau 99,8 x 66 cm).
Rose Traute avec une cravate, 1931 (huile sur papier 40.6 x 25,4 cm).


Lotte Laserstein, La jeune fille au poudrier, 1928 huile sur bois, 76 × 54 cm Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Le motocycliste, 1929 (Huile sur bois – 71,3 x 43,8 cm).
Femme dans un café, 1939 (huile sur toile 81,5 x 53,5 cm)?
Son père étant juif, Lotte Laserstein, indésirable en tant que juive et comme homosexuelle, a dû quitter l’Allemagne au moment du nazisme, et elle s’est établie en Suède où sa carrière s’est interrompue.
Sa peinture est maîtrisée, intime, au plus proche de humain. Après 1933, elle est écartée de la scène artistique : les nazis ont fermé son école et elle a dû émigrer en Suède.

Voir d’autres portraits de Lotte Laserstein.

Voir l’exposition de 2017 à Agnews gallery Londres.

Chez nous Amedeo Modigliani (1884-1920), peintre italien établi à Paris en 1906. Il aimait peindre des portraits épurés, stylisés, calmes et doux, qui ne laissent pas deviner les difficultés financières et physiques, dans lesquels l’artiste, pauvre et malade, se débattait, en tentant de tenir le coup, avec de l’alcool et de la drogue.


Amedeo Modigliani, Jeanne Hébuterne au châle rouge, 1917 huile sur toile, 129 x 81 cm Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1917, sa rencontre avec Jeanne Hébuterne avait ensoleillée sa vie, et il l’a peinte de nombreuses fois avec une infinie délicatesse. Lorsque Amédeo a succombé à une méningite tuberculeuse, à l’âge de 36 ans, Jeanne qui était enceinte, s’est jetée par la fenêtre pour le suivre dans la mort.

Voir d’autres portraits d’Amedeo Modigliani

Et pour finir avec une douceur plus contemporaines les portraits intimistes de Gerhard Richter. Ce sont des portraits de ses enfants et de ses compagnes, qui ça et là ponctuent sa démarche de peintre, en même temps que sa vie.


Gerhard Richter – Portrait de Betty 1977 Huile sur toile, 30 cm x 40 cm Musée Ludwig, Cologne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Betty, c’est sa fille.


Gerhard Richter – Portrait de Betty (1988) Huile sur toile, 102 x 72 cm Saint Louis Art Museum
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Ella 2007 (huile sur toile 40 cm x 31 cm), sa fille.
La femme qui lit 1994 (huile sur toile 72 cm x 102 cm), c’est une nouvelle compagne Sabine.


Gerhard Richter – Sabine (1993) 51.7 cm x 36.7 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Série Sabine avec son nouveau né S. avec enfant.

Peinture intimiste. S avec un enfant 1995, c’est Sabine avec son bébé.
Le flou vient ici apporter un voile de pudeur sur ces scènes que l’on sent pleines d’amour.

Voir d’autres portraits de Gerhard Richter.

Peintre d’histoire, paysagiste abstrait, minimaliste, Richter se révèle aussi être un portraitiste de l’intime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *