Ingres et les modernes

En 1969 Robert Rauschenberg (1925-2008) fixe sur différents supports des images sérigraphiées issues de l’art et de l’actualité américaine.


Robert Rauschenberg, Centennial Certificate M.M.A. 1969 sérigraphie couleur 114,3 × 88,9 cm M.E.T.
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Centennial certificate M.M.A. résulte d’une commande passée à l’artiste par le métropolitain museum of art pour célébrer son 100e anniversaire. On y voit Vermeer, Rembrandt, Picasso et l’odalisque d’Ingres dont le MET possède une version.

Patrick Raynaud la grande odalisque 1977.


Patrick Raynaud, la Grande Odalisque, 1977
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’artiste offre à la belle un compagnon. C’est un tirage photographique sur toile coloré à l’aniline.

Erró after Ingres,


Erró, after Ingres 1975 huile sur toile 55,9 x 99 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il la plonge dans un univers technologique dont elle semble se détourner dédaigneusement.

En 1977 Orlan (née en 1947), incarne la grande odalisque dans l’un de ses tableaux vivants. Situation-citation ou Orlan en grande odalisque d’Ingres.


Orlan, Situation-Citation ou Orlan en Grande Odalisque d’Ingres, 1977 photographie 147,5 × 207 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Son lit est recouvert des fameux “draps du trousseau d’Orlan” qu’elle a utilisés par ailleurs pour se draper en Madone.

Mel Ramos (artiste américain né en 1935) s’est fait connaître par ses peintures de super-héros et de pin-up dans les années 60.
Plenti grand odalisque 1973 est une peinture qui transforme la grande odalisque en incarnation d’une beauté des années 70.

Antonio Bueno d’après Ingres, la grande odalisque 1979 a pris des rondeurs.


Antonio Bueno, d’après Ingres, la Grande Odalisque, 1979
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Comme Ingres, il a traité aussi la tête séparément.

Julie Ann, odalisque after Ingres 1996 c’est une photographie.


Julie An, Odalisque (after Ingres), 1996 photographie couleur 76 x 101.5 cm musée Ingres Montauban
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’artiste coréenne est née en 1971 et établie à New York. Son odalisque fait partie d’une série dans laquelle elle se met en scène en tant que femme asiatique et américaine, empruntant à l’imagerie érotique ses artifices. Elle introduit des éléments grotesques (fesses artificielles, perruques, accessoires) et avec des regards soumis, elle cherche à dénoncer les clichés façonnant l’idée que les Occidentaux se font de l’Orient.

Depuis 1985 le collectif de femmes artistes appelé les Guerilla Girls envahit les rues pour dénoncer avec humour les inégalités dans sont victimes les femmes artistes dans le milieu de l’art. En public, elles gardent l’anonymat avec des masques de gorille.


Guerrilla Girls, Do women have to be naked to get into the Met. Museum ? 1989
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Do women have to be naked 1989 est l’une de leurs affiches les plus célèbres. En 2009 elles l’ont fait circuler en français sur les bus de Montauban le temps de l’exposition.

Alain Fleischer, né en 1944, plasticien cinéaste dirige depuis 1989 le Studio national des arts contemporains de Le Fresnoy à Tourcoing.
Le voyage du brise-glace 1982-2009 est une installation avec projection sur miroirs flottant. Les images des deux tableaux (l’Odalisque et le brise glace) sont projetées sur des miroirs brisés flottant comme des icebergs dans un bassin rempli d’eau, mus par un petit bateau mécanique. Un brise glace, parce que l’on a reproché à l’Odalisque d’être froide.


Alain Fleischer, le voyage du brise-glace, 1982-2009
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire.

En 1990 il a réalisé une autre série, fenêtre sur cour. La Grande odalisque est projetée sur un mur sur lequel s’ouvrent les 7 fenêtres d’un appartement. Ici la cuisine, ici la chambre. Il inverse le processus habituel du voyeurisme. C’est la femme nue qui, de l’extérieur, épie le locataire chez lui.

Patrick Raynaud, valise d’Ingres la grande odalisque 1990.


Patrick Raynaud, Valise d’Ingres, la Grande Odalisque, 1990 photographie cibachrome dans une dans un caisson lumineux 164,5 x 75 x 47,3 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 2007 le publicitaire Oliviero Toscani a exploité la pose de la grande baigneuse pour dénoncer l’anorexie encouragée par le mannequinat.


Olivier Toscani, 2007
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Daniel Spoerri, né en 1930, l’Odalisque en morceaux (faux marché aux puces) 1990. Os, caoutchouc, plâtre, métal et lampe sur bois. Avec humour, il a installé son dispositif sur un support de bois aux ondulations très féminines.


Daniel Spoerri, l’Odalisque en morceaux (faux marché aux puces), 1990
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un détail.

James Rizzi, pop artiste américain (1950-2011). En 2000 en donne une version fraîchement naïve.


James Rizzi, 2000
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Michael Thompson a photographié Julianne Moore en grande odalisque.

André Sharov, pink nude 2014. Peintre russe né en 1966 qui vit et travaille à Monaco, il a saturé l’odalisque de couleurs chaudes.


Andrei Sharov, Pink Nude, 2014 huile sur toile 89 x 129,5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Lalla Essaydi est une artiste marocaine née en 1956, qui s’est formée aux Beaux-Arts de Paris puis à New York où elle vit. Elle puise son inspiration dans l’orientalisme occidental du 19e siècle, et fait poser ses modèles (des marocaines). Son travail très lent et minutieux, consiste à calligraphier en arabe sur la peau, les tissus, le mur, avec du henné appliqué à la seringue. C’est lisible par l’endroit, illisible à d’autres, puis elle photographie l’ensemble.


Lalla Essaydi, odalisque, 2008 photographie 127 x 152 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Elle dénonce cet Orient imaginaire prisé au 19e siècle qui ne prenait pas en compte la séparation vie publique/vie privée, essentielle dans la culture musulmane. Ici son odalisque, dans l’espace privé, n’est pas nue puisqu’elle s’expose au regard de la photographe … et au nôtre.

Koya Abe, after la grande odalisque digital art chapiter 5 analogies 2008. L’artiste japonais qui vit à New York, superpose numériquement le corps de l’odalisque et des tatouages traditionnels japonais (il enseigne la photographie dans une Université de New York).

Invader, Rubik Ingres 2006 c’est un assemblage de 390 Rubik’s Cube. Né en 1969, Invader, qui tient à garder l’anonymat, il a envahi depuis 1997 les villes des 5 continents avec ses petits personnages en carreaux de mosaïque inspirés du jeu vidéo éponyme créé en 1978. Ici, Rubik Ingres appartient à une petite série exploitant des chefs-d’œuvre. L’artiste a reconstitué manuellement 390 Rubik’s cube pour créer cette image.


Invader Rubik Ingres 2006 Composition Rubik’s cubes en boite plexiglas 84 × 146 × 6 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Stéphane Lallemand, la grande odalisque, 2007. Son modèle arbore un tatouage de colonne vertébrale impressionnant. L’artiste né en 1958 mêle photo et technologie numérique avec humour.

Kashink et Amnisty International 2015. En 2015 la silhouette de la Grande odalisque est utilisée pour une affiche d’Amnisty international.


Kashink et Amnisty International 2015
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Mon corps mes droits. Kashink est le pseudonyme d’une graffeuse street artiste française (Maëva Martinez née en 1981 à Alès).

James Kinser grand odalisque. C’est un photographe basé à Chicago, né dans les années 70, qui cherche l’hybridation de l’hyper féminin et du masculin afin de faire mieux accepter la communauté LGBTQ. C’est lui qui pose, qui crée les environnements comme Cindy Sherman.


James Kinser grand odalisque 2015
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jean-Luc Moerman épiphyte 2015, dessin au marqueur sur papier.


Jean-Luc Moerman épiphyte 2015
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Comme les plantes épiphytes qui s’agrippent à des arbres sans être des parasites, les graphismes noirs entrelacés qui prolifèrent sur le corps de l’odalisque n’empêchent pas à la beauté de son corps de garder son autonomie. L’artiste est belge, il est né en 1967

Autre tableau célèbre d’Ingres, Roger délivrant Angélique 1819. Commandée à Ingres comme dessus de porte pour la salle du trône de Versailles, redécorée par Louis XVIII.


Ingres, Roger délivrant Angélique 1819 huile sur toile 147 x 190 cm musée du Louvre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le sujet est tiré du “Roland furieux” de l’Arioste, poète de la Renaissance qui parodie les romans chevaleresques du Moyen-Age. Le chevalier Roger chevauche une hippogriffe, mi-cheval, mi-aigle. L’Arioste le présente délivrant Angélique, qui a été attachée à un rocher pour être dévorée par un monstre marin. Dans le poème, Roger tentera d’abuser d’Angélique une fois délivrée, mais empêtré dans son armure il n’y parviendra pas.
En 1844, Ingres peindra deux autres versions plus petites et verticales l’une est à Londres, l’autre à Montauban. A la réception, on s’est beaucoup moqué du goitre d’Angélique qu’un critique baptise “Angélique aux trois seins, le troisième prend la place de la gorge, amoureusement modelé à l’égal des deux autres, dodu, petit comme il les aime”.
Plusieurs études isolées d’Angélique ont précédé ce travail et notamment l’une, sur fond orange, d’une étonnante modernité réalisée en 1819, ainsi que des dessins du geste de Roger et de son hippogriffe.

Picasso les baigneuses 1918 a repris la torsion du cou d’Angélique pour l’une de ses baigneuses.


Picasso les baigneuses 1918 Huile sur toile 27 x 22 cm musée national Picasso Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Patrick Raynaud l’a installée dans l’une de ses valises d’Ingres.


Patrick Raynaud, valise d’Ingres, Angélique Boitier métal, cibachrome en boitier et lumineux avec néon 164,5 x 75 x 47,3 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Pol Bury en 1989 l’a entortillée comme une vrille puis il l’a ramollie en conservant son étirement.

Jacques Brissot, Roger et Angélique d’après Ingres 1979. Né en 1929, cinéaste à l’origine, depuis les années 70, il s’est spécialisé dans la reconstitution des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art au moyen d’images de magazine découpées, retouchées, vernies.


Jacques Brissot, Roger et Angélique, d’après Ingres, 1979
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ici il reprend le tableau de Montauban, mais Roger arrive en motocross, Angélique est une fille de magazine et le monstre est un objectif d’appareil photo qui sort la gueule béante.

Paul Duchein, pas de commentaires … Angélique aime les militaires 2007. Né en 1930, a exercé le métier de pharmacien jusqu’en 1995. Parallèlement il a écrit sur l’art contemporain et créé des centaines de “boîtes” comprenant des citations d’œuvres, notamment des œuvres d’Ingres, toutes humoristiques.


Paul Duchein, pas de commentaires … Angélique aime les militaires 2007
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Pascal Lièvre, made in France Jean Auguste Dominique Ingres 2007.


Pascal Lièvre, made in France: Jean Auguste Dominique Ingres, 2007 Acrylique sur toile, 160 X 120 cm musée Ingres Montauban
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est un grand tableau acrylique sur toile qui reprend en silhouette les figures du tableau aux couleurs du drapeau national.

Émilie Benoist, quatuor 2008. Née à Paris en 1970 diplômée en art appliqué et aux Beaux-Arts.


Emilie Benoist, Quatuor, 2008
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Elle emploie des matériaux d’usage courant (éponges, plastiques, lichen…). Ici, au mur comme une peinture, un bas-relief ovale est constitué de microbilles de polystyrène agglomérées, de crin de cheval, de coquillages et de poils de pinceau. Reposant sur un socle à proximité, une sculpture (en volume) est faite d’une grande racine de houx, de microbilles peintes et d’éponges, de plâtre, de coraux, c’est la fusion de Roger de son hippogriffe, et d’Angélique (on retrouve ses mains et ses cheveux).

Voir également une peinture murale à Montauban.

Alain Fleischer, Angélique 1989. L’œuvre a été projetée la nuit sur le mur d’une maison du 13e arrondissement.

Aucun de ces nus, célèbres aujourd’hui, n’a été bien reçu à l’époque ni par les membres de l’Institut, ni par les critiques et les collègues d’Ingres. On n’y relevait que des bizarreries et de la froideur. Les pensionnaires de la Villa Médicis devaient également produire de grandes compositions historiques ou mythologiques. C’est ainsi qu’en 1811 Ingres a réalisé Jupiter et Thétis, qui lui aussi, fut très mal accueilli par ses contemporains.


Ingres, Jupiter et Thétis, 1811, huile sur toile, 327 × 260 cm musée Granet Aix en Provence
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il s’agit d’un épisode de l’Iliade. Thétis, une nymphe, est la mère d’Achille. Elle se rend auprès de Jupiter sur l’Olympe pour le supplier d’épargner son fils dans le conflit qui l’oppose à Agamemnon.
Ingres a joué sur l’opposition entre masculin et féminin. Jupiter est carré, frontal, elle est sinueuse, de profil. Il est en couleurs chaudes, elle est en couleurs froides. Son entreprise de suppliante s’accompagne de gestes des mains, des pieds, destinés à faire fléchir Jupiter.
Ingres a donné à Jupiter sur son trône la même posture qu’à son Napoléon 1er sur le trône impérial peint en 1806 qui n’avait pas été apprécié.
Voir un commentaire.

L’oeuvre a été réinterprétée par quelques contemporains.
Kehinde Wiley, artiste afro-américain né en 1977, a installé sur le trône l’un de ses modèles noirs.


Kehinde Wiley Ice-T, 2005 huile sur toile, 243,8 x 182,9 cm collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Kathleen Gilje née en 1945. Lowery Sims as Ingres’s Napoléon with a gun remplace Jupiter par la plus célèbre historienne de l’art noire américaine. L’artiste est « restauratrice » d’œuvres d’art anciennes et maîtrise parfaitement tous les styles. Depuis le début des années 70, elle restaure des chefs-d’œuvre en les copiant avec quelques modifications.


Kathleen Gilje, Lowery Sims as Ingres’Napoleon with a Gun, 2006 huile sur lin, 243,8 x 182,9 cm collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Et en 2008 l’affiche du film de Karl Zéro et Michel Royer dans la peau de Georges W. Bush.

Pour son Jupiter et Thétis, Ingres s’est inspiré aussi d’un dessin de John Flaxman 18e siècle, qu’il admirait beaucoup.

En 1966 Picasso a consacré à Jupiter et Thétis plusieurs dessins rapides qui accentuent les contorsions de Thétis.


Picasso, Jupiter et Thétis, 1966
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jacques Prévert, dans un tableau collage intitulé tableau de famille, 1969, entoure le groupe père, mère, enfant, de nombreux serpents qui rendent la scène très inquiétante.

Calum Colvin Thétis 1986 a été peinte en surimpression sur la photo d’un intérieur encombré d’objets.


Calum Colvin Thétis 1986
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Joon Sung Bae, the costume of painter Ingres, dénude ses modèles-interprètes et peint les éléments de costume sur un transparent placé devant la photo.

Atelier du GAG d’Agnès Ghenassia, les participants devaient réinterpréter le tableau d’Ingres, à partir d’un verbe d’action tiré au sort.


Anne Marie, Jupiter et Thétis, collage et peinture
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ici avec le mot « détruire ». Thétis a pris le pouvoir pour détruire Jupiter et son trône, avec la complicité de la femme de Jupiter (qui se trouve à gauche dans le tableau d’Ingres).


Gisèle, Jupiter et Thétis, collage et peinture
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ici avec le mot « intervertir », Thétis prend le pouvoir et entraîne Jupiter dans son monde sous-marin.


Michèle V., Jupiter et Thétis, collage et peinture
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ici avec le verbe  » kitschiser »


Michèle Ch., Jupiter et Thétis, d’après Warhol, peinture
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ici avec le verbe « pop-artiser »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *