Les baisers des artistes

Enfin il existe des modèles réduits, en bronze, que Rodin appelait ses “bibelots”.


Auguste Rodin, l’éternel printemps (1903) Bronze et marbre 40 x 52 cm Musée Rodin Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Personnellement, je préfère le baiser, moins confortable, plus déséquilibré de l’éternel printemps 1903 et les fougueuses embrassades des dessins du maître.
Voir une version en marbre.
Voir un commentaire

Roméo et Juliette sont des autres amants littéraires tragiques. Ils sont, les héros de Shakespeare. Roméo Montaigu et Juliette Capulet s’aiment malgré la haine que se vouent leurs familles rivales de Vérone.


Julius Kronberg, Roméo et Juliette sur le balcon 1886, huile sur toile 271,5 x 160 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
– Frank Bernard Dicksee Roméo et Juliette 1884 (Huile sur toile, 171 x 118 cm Southampton, City Art Gallery)
– Francesco Hayez, Le dernier baiser de Roméo et Juliette 1823 (Tempera sur panneau, 291 × 202 cm Tremezzo, villa Carlotta)
– Ford Madox Brown Roméo et Juliette 1869-1870 (huile sur toile 135.5 x 93,9 cm Delaware Art Museum)
Toutes des oeuvres du 19e siècle, romantiques et préraphaélites capturent le moment romantique et poignant de l’aube, sur le balcon de Juliette, lorsque Roméo se sépare de son amour, pour ce qui sera la dernière fois.

Un baiser entre femmes, celui de Sappho et Irina. Irina était une poétesse de la Grèce antique, morte à 19 ans, dont on a longtemps dit qu’elle avait été une amie de Sappho… et Sappho, était une poétesse grecque des 7e et 6e siècle qui a vécu à Mytilene sur l’île de Lesbos.


Simeon Salomon, Sappho et Irina dans le jardin de Mytilène, 1864 aquarelle sur papier 42 x 36 cm Tate Londres
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Simeon Salomon est un préraphaélite anglais

Et dans les baisers littéraire on peut évoquer aussi le thème du baiser du poète le baiser de la muse au poète


Paul Cézanne, Le rêve du poète, 1859-1860 huile sur toile 82,5 x 66,0 cm Musée d’Orsay Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ce tableau est peint par Félix-Nicolas Frillié pour le Salon de Paris de 1857, et mis en dépôt par l’État au Musée Granet d’Aix en Provence. Il devient surtout célèbre par la copie effectuée par Paul Cézanne, alors élève à l’École de Dessin d’Aix en Provence, vers 1859-1860. Depuis 2006, les deux tableaux sont présentés, côte à côte, au Musée Granet.

Voir d’autres baisers littéraires.

Des baisers mortels

Il y a des baisers dont on ne leur échappe pas :

Le baiser du sphinx


Franck Von Stuck, Le baiser du Sphinx, 1895 huile sur toile 160 x 144,8 cm Musée d’Art Moderne de Budapest
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Franck Von Stuck est un symboliste allemand.

Heinrich Lossow, Le Sphinx et le poète 1868 (huile sur toile 115 x 85 cm Collection particulière).

Le baiser de la sirène

Gustave Wertheimer Le baiser de la sirène 1882 (huile sur toile Musée d’Indianapolis).
où celui des sirènes de Frederic Leighton, Le pêcheur et la sirène, 1856 (huile sur toile 66,3 × 48,7 cm Musée de Bristol).

Le baiser des vampires

– Biegas, Le baiser du vampire, 1916


Edvard Munch, Le vampire 1894 huile sur toile 80,5 x 100,5 cm Musée des beaux-arts de Göteborg
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

…et puis il y a l’étrange histoire du tableau de Edvard Munch, Le vampire 1894, appelé initialement le baiser, il voulait peindre une femme embrassant un homme sur la nuque. Mais lorsque le tableau a été exposé pour la première fois à Berlin, en 1894, l’impact sur le public fut très fort et c’est le public, relayé ensuite par la critique et la presse, qui lui donna à son nom actuel le vampire.

Le baiser de la mort est souvent traité sur le thème de la jeune fille et la mort.
– Hans Baldung, La jeune fille et la mort 1517 (tempera sur bois, 30,3 × 14,7 cm, Bâle, musée d’art)
– Henri Léopold Levy La jeune fille et la mort 1900 (huile sur toile Musée des Beaux-Arts de Nancy)
– et en sculpture Le baiser de la mort, 1930 cimetière du Poblenou de Barcelone.

Des baisers libertins

Il y en a beaucoup chez Fragonard :

– Jean Honoré Fragonard, Le baiser vers 1770 (huile sur toile ; 52 x 65 cm Collection particulière).
– Jean Honoré Fragonard, L’instant désiré 1770 (huile sur toile 50 x 61 cm collection George Ortiz).


Fragonard le verrou (1790) par Daniel Arasse

…un tableau dont il est amusant de déchiffrer tous les indices érotiques, disposés par l’artiste, dans cette composition en diagonale. D’abord les deux amants, lui, il la maintiens fermement d’une main pendant que, de l’autre, il pousse le verrou. Sa silhouette à lui est ferme, son geste décidé. Elle, se cambre, toute mole, dans une vague tentative de résistance. L’idée du verrou lui-même n’est pas innocente, le Littré dit : “moyen de fermeture consistant en une barre de fer ronde ou carrée de même dimension dans toute sa longueur ayant une queue au milieu et un mouvement de va-et-vient entre deux crampons.” Quand à l’objet du déni, le lit, tout le drapé évoque dans ses plis un sexe féminin, l’oreiller a une curieuse forme de seins, et sur une petite table… une pomme (symbole du pécher).
Ecouter la suite des commentaires de Daniel Arasse, sur le site de France culture.


Jean Honoré Fragonard, Le baiser à la dérobée 1787 huile sur toile 45,1 × 54,8 cm Musée de l’Hermitage St Pétersbourg
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le baiser à la dérobée est, lui aussi, construit sur une diagonale. Un jeune homme dissimulé derrière une porte, a entraîné, à l’écart des invités, une femme, le temps d’un baiser. À côté, on joue aux cartes, et c’est l’écharpe verte de la jeune femme, qui en prolongeant la diagonale de son corps, fait le lien entre les deux espaces.

Des baisers bourgeois


René François-Xavier Prinet, La Sonate à Kreutzer 1901 huile sur toile 116,8 x 101,6 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

– Auguste Serrure Le baiser à la barrière (huile sur toile 50 x 40 cm)
– Auguste Toulmouche Déjeuner sur la terrasse 1856. Ce mouvement, qui tend à faire revivre l’Antiquité, s’affranchit de l’austérité du néo-classicisme davidien, aussi bien dans la palette, qui privilégie les teintes claires ou pastel, que dans les sujets, pris dans une vie quotidienne antique idéale plutôt que dans la mythologie ou l’histoire greco-romaine; il revendique également l’influence d’Ingres,
– Auguste Toulemouche, Le baiser 1870 (huile sur toile 64 × 43 cm).
– Auguste Toulemouche, Le baiser 1885 (huile sur toile 78,7 × 55,9 cm).

Parmi les Nabis


Félix Vallotton, Intérieur avec couple 1898 huile sur toile 35 x 57 cm Collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

– Félix Vallotton Le baiser 1898 Tempera
– Félix Vallotton Le mensonge 1898 (Huile sur carton 14 x 33,4 cm Musée du Baltimore),
– Félix Vallotton série Les intimité de 1898, voir “Intimités I / Le Mensonge”, de 1897, (gravure sur bois papier vélin)


Édouard Vuillard, le baiser 1891 huile sur toile 23 x 16,5 cm Philadelphia Museum of Art
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Édouard Vuillard, le baiser, voir un commentaire.

Voir également :
– Théodore Ralli Le Baiser 1887 (huile sur toile 24 x 33 cm).
– Raymond Leech (peintre impressionniste britannique) Couple 1949.
Voir d’autres oeuvres de Raymond Leech


Ron Hicks, Le baiser
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ron Hicks peintre américain né en 1965.

Des baisers romantiques


Carolus-Duran, Le Baiser 1868 (huile sur toile 92 x 91,5 cm Palais des beaux arts de Lille)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Grâce à une bourse octroyée par la ville de Lille, Carolus-Duran visite l’Italie et l’Espagne entre 1862 et 1866. Il est ébloui par l’art de Diego Velasquez dont il subira l’influence tout au long de sa carrière, notamment dans l’utilisation des noirs.


Francesco Hayez, Le baiser 1859 huile sur toile 112 × 88 cm ‎Pinacothèque de Brera Milan
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Très célèbre en Italie, car il est chargé d’une portée symbolique. 1859 est l’année de la campagne d’Italie, et ce tableau représente la naissance d’une nation, après deux guerres d’indépendance. Est-ce un baiser d’adieu ? Celui du départ de volontaires engagés pour l’indépendance de leur pays ?
Voir un commentaire.

– Maximilian Pirner Lovers in the small boat 1884. En 1884, il est titulaire de la Médaille Impériale pour son cycle de pastels. Derrière l’aspect anodin de cette scène d’amour, il y a quelque chose d’inquiétant, de mortifère. Il y a presque une annonce lointaine du Surréalisme.

– Arild Rosenkrantz Le baiser 1905 Peintre danois

– Ambrogio Antonio Alciati, Il convegno (La conférence) 1918 (huile sur panneau 64 x 57 cm Musée du paysage Verbania Italie). Une peinture vibrante. Ambrogio Antonio Alciati nous livre ici un moment de passion volé entre deux amants, qui apparaissent unis dans un lieu qui les sépare.

Des baisers modernes


Henri de Toulouse-Lautrec, Dans le lit, le baiser 1892 huile sur toile 70 x 54 Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Toulouse-Lautrec a capturé l’instant où deux prostituées partagent un moment d’amour lesbien, par un tendre baiser. Voir un commentaire.

Peter Behrens, Der kuss 1898 (gravure sur bois en couleur 27 x 21,5 cm MoMA New York) art nouveau.


Gustav Klimt Le baiser 1908-1909 Huile sur toile recouverte de feuilles d’or 180 x 180 cm Palais du Belvedere Vienne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les experts pensent qu’il s’agit de lui-même avec Émilie Flöge, mais c’est surtout bien sûr une allégorie de l’amour, à l’apogée de sa période dorée, et le tableau est recouvert de poudre d’or. La parure des deux personnages dit à la fois le masculin et le féminin. Elle est agenouillée. Voir un commentaire.


Egon Schiele, L’étreinte, 1917 huile sur toile 100 x 170,2 cm Palais du Belvédère Vienne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Egon Schiele, L’étreinte, 1917. C’est une peinture qui lui a valu 3 semaines de prison. Il montre un homme et une femme enlacés dans une étreinte. Il s’agit d’un autoportrait de Schiele et son épouse Edith. Ils sont allongés sur un drap blanc froissé, posé sur un couvre-lit jaune. La tête de la femme est couchée sur l’oreiller, son visage est détourné et sa main repose sur l’épaule de son partenaire. La pose fait référence au tableau Le Baiser de Gustav Klimt, que Schiele admirait et dont il avait étudié le travail.

– Edvard Munch, Le baiser à la fenêtre 1889 (huile sur toile 73 x 92 cm Musée Munch Oslo). Voir un commentaire.

– Edvard Munch, Le baiser 1897 (huile sur toile 99 x 81 cm) confusion totale des deux visages qui fusionnent ensemble.

– Edvard Munch, Baiser sur la plage au clair de lune, 1914 (huile sur toile 77 x 100 cm Musée Munch Oslo). Les deux visages disparaissent complètement.


Picasso, L’étreinte forcée 1900 huile sur toile 47 x 38 cm Collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Picasso avait peut-être en tête les représentations d’Edvard Munch sur le même sujet, et il réussit certainement à capter la même ferveur à la fois dans la disposition des personnages et dans sa remarquable maîtrise du médium. Cette qualité expressive est particulièrement prononcée. L’étreinte est exagérée par les formes torsadées du couple, et la juxtaposition de la luminosité des vêtements de la femme contre la forme plus sombre de ceux de l’homme.

– Marc Chagall, L’anniversaire 1915 (huile sur carton 80,5 x 99,5 cm MoMA New York). Il retrouve sa compagne Bella qui lui fête son anniversaire.
– Marc Chagall, Les amoureux en bleu 1914 (huile sur carton 49 x 44 cm Collection particulière).
– Marc Chagall, Le Paysage bleu 1949 (Gouache sur papier 77 × 56 cm musée Von der Heydt, Wuppertal).
– Marc Chagall, Deux têtes à la fenêtre 1955-1956 (Pastel à la gouache sur papier 62,6 x 46,5 cm).


Marc Chagall, Deux têtes une main, 1964 Marbre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)