Cours du 9 février 2015

La série les championnes, où l’artiste compresse des épaves de Peugeot conduites par Ari Vatanen à l’occasion de rallyes.
Les compressions expriment une sorte de défi à la société de consommation. En compressant un objet du quotidien, César le détourne de son usage habituel et primaire.


César – Compression motocyclette (1961)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également, Compression de plexiglass.


César – Suite milanaise (1998)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1998, sa Suite milanaise est une série réalisée avec des voitures Fiat neuves qui, une fois compressées, sont passées dans les chambres à peinture de l’usine Fiat de Turin, aux couleurs de la gamme de l’année.

Les empreintes humaines

En 1956, César est invité à participer à une exposition intitulée La Main, de Rodin à Picasso. Aucune de ses œuvres ne correspondant à cette thématique, il doit créer. C’est à cette époque qu’il découvre l’agrandissement pantographique, technique permettant d’agrandir presque à volonté un moulage. Il décide alors de mouler son pouce, et en fait un agrandissement de 40 cm de hauteur en plastique rose. Cette œuvre donne alors lieu à une série de déclinaisons; des pouces bien sûr, mais aussi des index, des poings, des mains ouvertes et fermées, et des seins.

Nombreuses versions, verre, bronze, pour les JO de Séoul en bronze de 6 m de haut

A Marseille il a réalisé le mémorial aux rapatriés d’Algérie, le pouce dans le quartier Bonneveine, voir également au quartier de la défense à Paris.


César – Suite milanaise (1998)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1967, moulage de sein.

Il crée “le Poing”, sculpture monumentale de 7 tonnes en fonte d’acier inoxydable polie, dans les jardins de l’UNESCO a Monaco.
Moulage de la main de Gaston Defferrer. Voir César au musée Cantini à Marseille.

Les expansions

En 1967, César découvre la mousse polyuréthane et sa capacité d’expansion. Le fait de pouvoir faire des œuvres de grande dimension très légères le séduit aussi. Ce médium va donner lieu à une nouvelle série : les Expansions. cette série s’oppose à la serie des Compressions. Il laisse couler de la mousse polyuréthane sur le sol, ou bien à partir d’un support. Il joue sur les mélanges, sur les temps de solidification, et, à l’instar des compressions, il peut aussi diriger la coulée. Il fait aussi des coulées en fonte de fer, destinées a être mise à l’extérieur. Dans un dernier temps, il peut tailler les masses figées ou bien se livrer à un long travail de finition en trois étapes afin de pérenniser les œuvres : nappage au moyen de résine de polyester, ponçage et masticage puis application de couches de laques acryliques de plus en plus transparentes. Les Expansions déclinées en plusieurs dizaines de variantes, montrent encore une fois l’attrait de César pour l’expérimentation. Il réalise aussi des coulées en public, happening qu’il coupe comme un gâteau pour donner un morceau de l’œuvre à chaque invité. Il réalisera ces performances jusqu’à la fin de sa vie.

Dans les années 1970, il accède à une reconnaissance internationale. César vit alors une vie d’extravagance.

Centre Pompidou onctueux expansion n°14.


César – Expansion (1991) 34 x 22 x 15.5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Expansion avec du cristal en fusion.

Voir d’autres expansions.

On peut qualifier les expansions de sculpture horizontale.

Le centaure a Paris hommage a Picasso, sculpture de 4,70 mètres de haut, achevée en 1985. Le centaure a le visage de César avec au dessus un masque de Picasso. Version au musée Picasso d’Antibes.


César dans son atelier – 1969

Il n’innove pas veritablement par rapport aux autres

César commence la construction de “l’Hommage à Eiffel”, plaque de 18 mètres de haut et de 500 tonnes créée à partir de poutrelles issues de l’opération d’allégement de la Tour Eiffel. Une plaque de 6 mètres de haut utilisant les mêmes éléments de la Tour Eiffel sera installée dans le parc de la Fondation Yoshii, au Japon, en 1989


César – The flying frenchman
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A Hong Kong the flying french man.


César Sculpteur – Entretien avec l’artiste pendant la réalisation de The Flying Frenchman – 1992

Il obtient en 1988 le prix Rodin.

Il réalise de nombreux autoportrait et masques.


César – Autoportrait (1973) Résine
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également, Chandeliers à l’autoportrait, Autoportrait à l’antique 4 cm un bouchon de bouteille.

Voir César monumental.

Sur sa tombe au cimetière du Montparnasse avec un centaure.

Voir d’autres œuvres.

Personnage très connu pour lequel il est difficile de démêler les parts de mercantilisme, d’auto satisfaction et de création.

Voir un site sur César Baldaccini