Cours du 19 mai 2014


Jean Dubuffet – Bocal a vaches (1943)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Bocal a vaches.
C’est incontestablement dans les titres qu’affleure sa veine poétique car, réunissant en une seule et brève formule deux champs sémantiques opposés, la métaphore est trouvée. Ses titres sont les textes les plus brefs, les plus aphoristiques, parfois les plus heureusement énigmatiques du peintre. Ils constituent aussi le lieu étrange où l’écrit et le peint se frôlent, flirtent, sont au plus près l’un de l’autre .
Perspective frontalisée. Il montre une campagne heureuse
Voir également Baigneuses nues dans les rochers de Cassis gouache 19 x 24 cm..

Série sur le jazz Band 1944


Jean Dubuffet – Jazz Band (Dirty Style Blues) 97 x 130 cm Centre Pompidou Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jean Dubuffet – Jazz Band (Dirty Style Blues). Voir un commentaire.


Jean Dubuffet – L’accouchement (1944) 99,8 x 80,8 cm MOMA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’accouchement MOMA. Vision un peu médiévale.
Série de lithographies en 1944 série matière et mémoire la plumeuse, le supplice du téléphone, la dactylo.
Paysage vineux 1944


Jean Dubuffet – Grand paysage noir (1946) Tate Londres
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire.
Un autre aspect grands paysages très sombres, ligne d’horizon placée très haut.

De l’ordre du grafitti.
Paysage habité 21,7 x 33,5 cm (1946) Tate Londres
Idée du groupe de la foule.
Œuvres exposées a la galerie Drouin, Hautes Pâtes. Voir l’affiche.

Série des personnages (1945-47).
ll réalise une série de portraits de ses amis.


Jean Dubuffet – Ancien combattant (1945) 91,5 x 66 cm

Ancien combattant,
Voir également : Madame mouche, Portrait camboui, Brassai graffiti.


Jean Dubuffet – Portrait de Jean Supervielle (1945) 130,2 x 97,2 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Densité de matière très grande
Voir également les portraits de : Jean Paulhan, Michel Tapier soleil, Paul Leautaud, Jeo Bousquet au lit, Antonain Artaud aux cheveux épanouis.

Et encore : André DHôtel nuance d’abricot, , H. Michaud pli au pantalon, Francis Ponge jubilation, Michaud vieil ivoire été.
Voir un commentaire.

André de Mandiargues fait un article dithyrambique sur les portraits de Dubuffet. Il considère qu’il “avait traité ses amis avec une Tendresse barbare, se sont des portraits inscrits par une pointe de clou dans le plâtre enfumé et se sont les meilleurs portraits des temps modernes.”
De 1947 a 1949, il fait trois séjours successifs dans le Sahara, pour se déconditionner.


Jean Dubuffet – Arabe aux traces de pas dans le sable (1948)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il flute sur la bosse.
Bédouin sur un âne.
Voir d’autres croquis (Télérama).

Il rentre a Paris et entreprend une grande série des “corps de dames. Voir un commentaire.


Jean Dubuffet – Le metaphysix (1950) Centre Pompidou
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le métaphysix (1950) Centre Pompidou. Le corps féminin est traité de manière massive
Gymnosophie musée St Etienne,
Sang et feu Fondation Beyeler Bâle,
Corps de dame, pièce de boucherie 116 x 89 cm (1950) Fondation Beyeler Bâle.

Henri Clouzot devant Feminan Dulce Malum (Corps de dame tachée de rouille et de lilas) .


Jean Dubuffet – Olympia couchée (1950)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Olympia couchée (1950).

Il fait des sculptures primitivistes.


Jean Dubuffet – Madame j’ordonne (1954)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Madame j’ordonne (1954).
Il reprend ses recherches de matière sur le sol.


Jean Dubuffet – Le voyageur égaré (1950) 130 x 195 cm Fondation Beyeler Bâle
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans Le voyageur égaré, qui s’inscrit dans la série des « Paysages grotesques », Dubuffet ne représente plus un paysage ; c’est la matière picturale, la pâte croûteuse sur la toile de grand format, qui est le paysage, formé de l’application de couleur, de stries et de fissures ménagées dans la couche picturale. Les catastrophes qui ont marqué le XXe siècle suggèrent l’image de l’homme sous les traits d’un voyageur égaré. On peut également interpréter cette œuvre comme un commentaire sur la situation de l’époque. Les expériences et les théories de Dubuffet ont fortement marqué l’art européen et américain des années 1950 et 1960

Le géologue, le géologue apparaît tout petit en haut du tableau.
Le voyageur sans bousole Centre Pompidou.
Il réalise également une série paysages mentaux.

Lever de lune aux fantômes 60 x 73 cm (1951) huile sur isorel

En 1952 les personnages sont absents. La matérialité apparaît comme de plus en plus dense.
Terre radieuse et pâtes battues
Paysage blond 1952 Musée des beaux arts de Lyon.


Jean Dubuffet – Paysage a l’auto (1953) 80 x 102 cm Musée des arts décoratifs Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le paysage a l’auto Musée des arts décoratifs.
Messe de terre Pompidou. On semble être en face d’un morceau de terre, alors qu’il ne s’agit que de papier mâché.

Il fait des lithographies.
Voir l’affiche de l’exposition Terres radieuses (1953).
Gaston Bachelard avec la terre et les rêveries de la volonté est très proche de Dubuffet.
Empreintes de fougères
Durant l’été 1954, sa femme fait une cure dans le Puy de Dôme. Il peint une série de vaches :


Jean Dubuffet – La vache au nez subtil (1954) 89 x 116 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La vache au nez subtil

La belle fessue
La belle encornée
La vache a la jolie queue.
Il s’installe a Mons.

Série les petits travaux d’ailes de papillon.


Jean Dubuffet – Jardin nacré (1955) 21 x 29 cm Musée des arts décoratifs Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jardin nacré 21 x 29 cm Musée des arts décoratifs Paris
Voir également : Jardin mouvementé
Bain de terre 51 x 78 cm (1957) collage sur de l’isorel.


Jean Dubuffet – Porte au chiendent (1957) 189,2 x 146 cm Musée Guggenheim
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les célébrations du sol la porte au chien dent. Huile sur toile émulsions intéressantes.
Porte au chiendent Musée Guggenheim voir un commentaire.

Vie exemplaire du sol 1958. Voir un commentaire.


Jean Dubuffet – Très riche sol (1956) 156 x 117 cm Fondation Beyerler Bâle
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
L’âne égaré (1959) Musée des arts décoratifs Paris.

Série de barbes


Jean Dubuffet – La table de barbe 130 x 97 cm (1959) Fondation Beyeler
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
La barbe de lumière des aveugles (1959)
Barbe des Combais (1959).
Il a écrit un poème fleur de barbe.


Jean Dubuffet – Pince bec (1960) Fondation Dubuffet
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Pince bec sculpture.
Pendant longtemps les critiques ont hésité à le classer comme charlatan ou génial.
Daniel Cordier va le faire connaitre. A partir de 1956, il expose les œuvres de Dubuffet. Il inaugure sa galerie avec le groupe «Dewasne-Dubuffet-Matta». A partir de 1960, il devient son marchand pour l’Europe et les Etats-Unis, une exclusivité qui cessera en 1963.