Cours du 3 juin 2013

1992 : Série Sex Pictures
Elle répond aux débats sur l’obscénité en art et la censure, réactivés aux USA par les œuvres de Jeff Koon exhibant ses exploits sexuels avec la Cicciolina.
Pour la première fois, il ne s’agit plus d’elle mais de poupées, de mannequins, appareillés et masqués comme des êtres vivants. Elle les montre dans des poses obscènes qui bizarrement les humanise de façon troublante. C’est la réponse féminine à l’œuvre de Bellmer…


Cindy Sherman – Série Sex Pictures
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Cindy Sherman – Série Sex Pictures
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir au MoMA galerie 6.

1994-96 : série Horror and Surrealist Pictures
Elle parodie l’imaginaire surréaliste. des corps démembrés ont été recomposés de façon aléatoire et chaque partie semble vivre une vie autonome monstrueuse. ou bien deux visages de mannequins sont photographiés comme après une étreinte amoureuse.
1994-96 : série Masks
Des masques photographiés en très gros plans sont entaillés, blessés comme s’ils étaient faits de plusieurs peaux. A la frontière du vivant…

Voir au MoMA galerie 9.

1999 : Série Broken Dolls
A nouveau du noir et blanc et des poupées mutilées, disloquées, dans des postures obscènes.


Cindy Sherman – Série Broken Dolls (1999)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Cindy Sherman – Série Broken Dolls (1999)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

2000-2002 : Série Hollywood/ Hampton Types
Elle revient à la figure humaine. Série drôle et pathétique de femmes qui paraissent trop âgées pour le rôle qu’elles espèrent encore décrocher. Série sur les illusions perdues et le combat pour continuer à trouver sa place dans le jeu social.
Là elle utilise pour la première fois des fonds numérisés dont la couleur renforce le caractère artificiel de l’ensemble.


Cindy Sherman – Série Hollywood/ Hampton Types
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir au MoMA galerie 8.

2003-2004 : Série Clowns
Sous le masque hilare, une palette d’émotions, du plus tendre au plus ambigu, du dépressif au pervers…Là aussi les fonds très colorés sont traités numériquement.
Depuis 2008, il semble qu’elle s’attache à interpréter un autre type de femme, moins “bling-bling”, qu’elle présente non plus devant des fonds neutres mais avec des arrière-plans en relation avec la vie supposée de chacune.


Cindy Sherman – Série Clowns 3 clowns
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Cindy Sherman – Série Clowns Cindy clown
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Cindy Sherman – Série Clowns Clown câlin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Interview de C. Sherman sur la série clowns.

Pour conclure, l’œuvre de Cindy Sherman est parfois analysée comme féministe : elle voudrait caricaturer le fait que les femmes se voient imposer d’être en conformité avec les dictats de la société. Elle affirme que son propos est de s’approprier tout le champ des représentations de la femme : dans la peinture, dans les magazines de mode, dans le cinéma, dans les magazines porno etc. pour en souligner le caractère stéréotypé, artificiel.
Et c’est son art de la métamorphose qui nous épate, d’autant qu’elle travaille seule, sans s’entourer d’une équipe.

Rétrospective Cindy Sherman au musée du jeu de paume.