Cours du 27 mai 2013

Il travaille ensuite à Forcalquier. Il se réfugie à Castres il utilise la décalcomanie enseignée par Ernst au camp des Milles.


Hans Bellmer – Autoportrait décalcomanie (1941)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

autoportrait

Voir d’autres dessins de Hans Bellmer.


Hans Bellmer – Entre deux eaux

Entre deux eaux
Approché en 1948 par un éditeur du Sud-Ouest pour illustrer les Paradis artificiels de Charles Baudelaire, Hans Bellmer gravera sur cuivre à l’époque (1948-1949) au moins six gouaches (L’Embryon rouge, Nora, Margarete, La pauvre Ann, Les deux amies, Petites filles et la mort) sur les dix crées pour l’illustration du livre.


Hans Bellmer – La pauvre Ann (1942)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Hans Bellmer – L’embryon rouge (1948)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’embryon rouge


Hans Bellmer – Les deux amies

Les deux amies (illustre Baudelaire).


Hans Bellmer – Paysage 1900
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Paysage 1900. Jeunes filles qui contemplent quelque chose d’étrange.


Hans Bellmer – Corps ficelé

Corps ficelé.
Voir Hans Bellmer à l’Art Institute de Chicago : la libido errant et le corps hystérique
Il rencontre à Carcassonne. J. Bousquet, invalide, même rapport avec leurs fantasmes sexuels.
Il épouse en 1943 Marcelle Suter, naissance de jumelles Doriane et Béatrice. Séparation en 1944. Il s’engage dans le Résistance.

En 1946 Illustration de 1955, Pour Madame Edwarda de Georges Bataille.
Illustration de histoire de l’œil de G. bataille.

Il rencontre Nora Mitrani avec qui il vit quelque temps.


Hans Bellmer – Illustre Sade
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il illustre Sade Justine. Il a un côté libertin comme chez Sade.

En 1953, il retourne à Berlin, il fait connaissance de Unica Zurn. (C’est la poupée) elle devient sa compagne. Elle est sujette à des troubles mentaux.


Hans Bellmer – Bas rayés
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dessin plus sec les bas rayés.


Photo Bellmer Unika et la poupée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Photo Bellmer Unika et la poupée.


Hans Bellmer – Céphalopodie à deux
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Céphalopodie à deux” réalisée après sa rencontre avec Unica, et qui inclut des éléments de collage ( un morceau de chemisier à petits boutons )


Hans Bellmer – Etude préparatoire au Portrait d’Unica avec l’oeil-sexe (1961) 22 x 17 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Etude préparatoire au Portrait d’Unica avec l’oeil-sexe, ca 1961-62


Hans Bellmer – Dessin ficelé (1946)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dessin de corps ficelé, conçu en effet en 46, plus de 10 ans avant la mise en oeuvre sur Unica. Impression de malaise.

Photos du corps d’Unica ficelé.


Hans Bellmer – Couverture « le surréalisme même » n°4 (1958)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Couverture « le surréalisme même » n°4


Hans Bellmer – La chaise Napoléon III

La chaise Napoléon III


Hans Bellmer – La jeune fille et la mort

La jeune fille et la mort

Fin de vie difficile, la photo ne se vend pas. Il sombre dans l’alcoolisme.

Daniel Morbier a proposé de faire fabriquer un nouveau prototype de poupée musée de Londres, double torse.


Hans Bellmer – Les cahiers obliques (1980)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hommage posthume : Les cahiers obliques Bellmer Sade.

C’est le paradoxe d’une oeuvre intime conçue au départ dans le milieu familial et qui se trouve être en coïncidence avec l’univers fantasmé des surréalistes. On peut s’interroger sur la résonance qu’a eu cette poupée chez les artistes. Cette poupée disait Bellmer …”C’est une fille artificielle aux possibilités anatomiques capables de “rephysiologiser” les vertiges de la passion, jusqu’à inventer des désirs“. La contradiction est très forte entre la nécessité d’une harmonie, d’une délicatesse, que l’on voit à la fois dans les dessins et dans les photos de la poupée et l’irruption de l’horreur et de la violence de l’image. Il y a aussi chez Bellmer ce côté suranné, (pas du tout de notre époque), qui montre la femme passive, soumise au désir masculin. On a l’impression que lorsque la femme est métamorphosée, elle est en même temps dévaluée. Il serait dommage de réduire Bellmer à l’idée qu’il serait un obsédé sexuel, car il y a dans sa liberté graphique quelque chose de fort qui rentre en résonance avec les libertés que prennent Picasso ou Francis Bacon en peinture, mais comme Bellmer utilise une poupée, qui renvoie à l’image de l’enfance et de l’adolescence, cela est encore plus dérangeant.