Hundertwasser, l’art au service de la cause environnementale


Friedensreich Hundertwasser, Trois maquettes de maison Düsseldorf 1972
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

À l’occasion de cette émission, il a aussi présenté des maquettes proposant la végétalisation des toitures.

L’année suivante, en 1973, invité à Milan à l’opération Arte Città, il installe 15 arbres sortant par 15 fenêtres donnant sur la Via Manzoni. Le concept, c’est celui qu’il appelle les arbres locataires : “Les arbres poussant sur, et dans les maisons, dit-il, payent leur loyer en important de vraies valeurs : l’oxygène, la beauté et le silence, en aspirant les poussières et en régulant le climat“. Par la suite il plantera ou fera planter plus de 60 000 arbres dans le monde.

Les maisons deviennent, plus que jamais, le thème central de ses peintures.


Friedensreich Hundertwasser, Des larmes à la fenêtre, 1997 80 x 71 cm Aquarelle, détrempe à l’œuf, acrylique et huile sur papier apprêté blanc, collé sur contreplaqué avec PVA et colle à papier peint;
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Viens faire une promenade avec moi, 1970, Technique mixte 51 x 73 cm. La tête est en même temps une maison. La maison doit se développer comme un organisme.
Le toit nostalgique, 1982, Gravure couleur et aquatinte en différentes couleurs à partir de 2 plaques de cuivre 36,8 x 29,8 cm
Les maisons en dessous des Prairies, 1975, Tissé en laine 180 x 240 cm.
La croisade des automobilistes, 1973, Technique mixte, 51 x 73 cm. Les voitures s’engagent dans un cercle et en sortent jamais. Elles entrent dans la spirale et doivent mourir là.
La pluie tombe loin de nous, 1970, peinture sur bois 37.1 x 51.1 cm (qui sommes protégés par les arbres).

En 1973 Hundertwasser est parti en Nouvelle-Zélande, où il va s’attacher, au point d’y installer un nouveau lieu de vie et de travail. Pour la Nouvelle-Zélande il réalise l’affiche “conservation week”. Il en fera beaucoup d’autres à caractère écologique.


Friedensreich Hundertwasser, Conservation week, 1974 affiche 84 x 59.5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a fait également :
Save the whales, 1982, 84 x 59,4 cm
Save the seas, 1982, 84 x 59,4 cm.
Save the city, 1989, 84 x 59,4 cm.

Il renoue aussi avec sa passion pour les timbres, lorsque les gouvernements lui en commandent.


Friedensreich Hundertwasser, Timbre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il en réalisera de nombreux autres :
En Autriche
Timbre
Timbre
Timbre
Au Luxembourg


Friedensreich Hundertwasser, Timbre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le président Léopold Sédar Senghor l’invite au Sénégal
Il réalise un timbre.


Friedensreich Hundertwasser, Drapeau de la paix 1979
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1979 il propose un drapeau de paix aux leaders du Moyen-Orient, qui sera refusé.

En Nouvelle-Zélande, il dit avoir trouvé son paradis et il en fait sa deuxième patrie.


Friedensreich Hundertwasser, sa maison vallée de Kaurinui en Nouvelle Zélande
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Au début il s’était installé dans cette maison, dans la vallée de Kaurinui. Puis il a fait construire la bottle house à Kawakawa dont les cloisons se composent de bouteilles vides reliées par du mortier ou du béton, si bien que toute la journée l’intérieur est éclairé. Des collecteurs solaires sur le toit fournissent de l’électricité, et une installation solaire alimente la maison en eau chaude. Une station d’épuration végétale pour l’eau de la cuisine et de la salle de bain, et un collecteur d’eau de pluie, veillent à ce que toute l’eau utilisée soit ramenée au sol et épurée. Enfin, une toilette à humus, dont il fait la démonstration, un grand trône recueille les matières, qu’il recouvre d’une couche d’humus. Le substrat obtenu est inodore, et utilisé comme engrais dans le jardin. Dans ses discours et interviews il appelle “Heilige scheize” la sainte merde.

15 ans après sa mort, en 2015, la ville de Bristol a testé un bus 100% écologique, alimenté en biométhane issu de la fermentation de nos excréments. 300 km d’autonomie. La décoration de la carrosserie est explicite.


Le poo bus de Bristol, depuis 2015
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

À partir de 1974 Hundertwasser a fait réaliser des maquettes pour toutes ses idées d’architecture verte


Friedensreich Hundertwasser, La maison aux prairies hautes 1975, bois, balsa, 85 cm x 100 cm x 100 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La maison en spirale, 1975.
La maison au toit végétalisé, 1974.
la maison en fente d’œil, 1974.
Adaptation moderne des maisons chinoises, 1974.
Maison en terrasse pour beaucoup d’hommes et d’arbres, 1974.
L’autoroute verte invisible et inaudible, 1974.
et même une station-service. L’architecture la plus belle est celle qui est invisible.

A partir de 1980, des entreprises, dont les locaux étaient très impersonnels, ont fait appel à lui pour apporter un embellissement visible à leurs façades.

La manufacture de porcelaine Rosenthal à Selb, (Autriche) en 1980. Voir avant, dessins préparatoires.


Friedensreich Hundertwasser, La manufacture de porcelaine Rosenthal à Selb, en 1980 après transformation
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hundertwasser a même planté lui-même des arbres alentours, avec le PDG de l’entreprise.


Friedensreich Hundertwasser, Église Sainte Barbara, Bärnbach 1987-1988
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Église Sainte Barbara, Bärnbach. Le curé de Bärnbach lui a demandé de revoir l’église sainte Barbara, qui depuis, attire de nombreux touristes. En concevant douze portes symbolisant les religions majoritaires dans le monde, Hundertwasser agit en faveur de l’œcuménisme, de la tolérance et du partage.
Voir également :
D’autres vues.
Arrière de l’église Sainte Barbara, Bärnbach
Vitrail en forme de spirale.


Friedensreich Hundertwasser, Le restoroute de Bad Fischau, avant transformation
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Friedensreich Hundertwasser, Le restoroute de Bad Fischau, après transformation
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le restoroute de Bad Fischau (1989-1990) en Autriche a été relooké, et doté d’un toit végétal, avec un intérieur digne de Gaudi. À chaque fois, l’artiste travaille avec un architecte de métier.
Voir d’autres vues.


Friedensreich Hundertwasser, maquette de La KunstHausWien 1989-1991
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La KunstHausWien, on cherchait à Vienne un espace pour accueillir une exposition permanente de l’œuvre de Hundertwasser, ainsi que des expositions temporaires. On le trouve en 1989, dans les bâtiments de l’ancienne manufacture de meubles des frères Thonet. Hundertwasser fait une proposition où domine un effet de damier souple, noir et blanc, ponctué d’arbres locataires, avec une entrée portée par des colonnes, qui sont toutes différentes … c’est sur 4 étages la Kunsthaus de Vienne.
Voir également d’autres vues.

Il se qualifie de “docteur de l’architecture”.


Friedensreich Hundertwasser, centrale thermique de Spittelau à Vienne 1988_1992
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La centrale thermique de Spittelau à Vienne, est un incinérateur de déchets ménagers, qui assure le chauffage urbain de 40 000 ménages viennois, et permet d’économiser 60 000 tonnes de mazout par an. Hundertwasser a procédé à des aménagements extérieurs, et a laissé une signature clin d’œil : sa casquette.
Voir d’autres vues.


Friedensreich Hundertwasser, Habiter sous le Regenturm, Plochingen (Allemagne) 1989-1991
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A Plochingen en Allemagne il a harmonisé la tour et les bâtiments environnants. Voir d’autres vues.


Friedensreich Hundertwasser, halte garderie à Francfort 1988-1995
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Une halte garderie à Francfort.


Friedensreich Hundertwasser, village thermal de Blumau (Autriche) 1993-1997
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le village thermal de Blumau en Autriche, est une nouvelle construction : un très grand chantier où Hundertwasser a pu réaliser pour la première fois la maison fente de l’œil, la maison-fosse, les maisons-collines etc.


Friedensreich Hundertwasser, lycée Martin Luther à Wittenberg (Allemagne) 1997-1999
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le lycée Martin Luther à Wittenberg, en Allemagne, c’est à la demande des élèves et des enseignants, qu’il a été (bénévolement) embelli par Hundertwasser.


Friedensreich Hundertwasser, maison Hundertwasser à Vienne 1983-1985
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La maison Hundertwasser à Vienne est une nouvelle construction réalisée avec l’architecte Peter Pélikan. C’est une HLM destinée à loger de nombreuses familles, qui toutes auront un droit à la fenêtre, et un devoir d’arbre, un toit végétalisé, des sols irréguliers, des murs ondulants, des colonnes multicolores, de la couleur, des carrelages posés irrégulièrement etc … croisement kitsch entre château de contes de fées et délires de Gaudi à Barcelone. La Maison Hundertwasser est avant tout un espace convivial au service de ses habitants, et de la cause environnementale, les uns étant intimement liés à la seconde, dans l’esprit du concepteur de ce lieu expérimental.
Il a utilisé entre autres, des briques pleines, ornées du blason impérial, récupérées sur des maisons démolies.
Interrogé à la radio nationale il déclare : “C’est un bâtiment pilote, où le romantisme revient à l’honneur. Il s’agit d’une nouvelle et douce philosophie“. C’est devenu une attraction touristique à longueur d’année.


Friedensreich Hundertwasser, la citadelle verte de Magdebourg, 2003-2005
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La citadelle verte de Magdebourg, voir une autre vue.


Friedensreich Hundertwasser, la forêt en spirale de Darmstadt (Allemagne) 1998-2000
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La forêt en spirale de Darmstadt, voir d’autres vues.


Friedensreich Hundertwasser, l’incinérateur de déchets d’Osaka (Japon) 1997-2001
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’incinérateur de déchets d’Osaka


Friedensreich Hundertwasser, Le Kid Plaza d’Osaka (Japon) 1996-1997
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le Kid Plaza d’Osaka, voir d’autres vues.


Hundertwasser Artiste Humaniste Écologiste

Les toilettes publiques de Kawakawa en Nouvelle-Zélande avec un mur rappelant la bottle house.

Il est mort en 2000 d’une crise cardiaque, à bord du Queen Elizabeth II, alors qu’il rentrait chez lui en Nouvelle-Zélande. Il avait 71 ans. Selon son désir, il est enterré dans sa propriété de Kawakawa, sans cercueil, nu, et enveloppé dans le drapeau qu’il a conçu pour la Nouvelle-Zélande : une fougère arborescente, plante nationale, mais présente aussi sur les tatouages maori (qui représentent 15 % de la population) il repose sous un tulipier.
Depuis 2004 le Regentag est amarré aux quais de la petite ville de Tulin en Autriche en amont de Vienne, c’est la ville natale d’Egon Schiele.

À une époque où on ne parlait pas encore d’effet de serre, de réchauffement climatique, d’énergie renouvelable, Hundertwasser s’est attiré l’hostilité des architectes. Pourtant nombre de ses combats sont aujourd’hui d’actualité. Que se passerait-il si les gens cessaient de demander toujours plus ? Ils seraient plus heureux, en meilleure santé, ne mangeraient pas d’aliments gras, feraient de la bicyclette, feraient pousser des légumes dans leur jardin. Je crois que ce serait une expérience intéressante. (une expérience que les jeunes revendiquent aujourd’hui).
La nature aujourd’hui revient dans les villes, et depuis la remise en question des produits phytosanitaires, on tolère de plus en plus la végétalisation spontanée. Depuis 1990, des murs végétaux voient le jour dans le monde entier. Depuis 2007 40 ans après le discours à nu, beaucoup d’architectes n’emploient plus le mot “façade” mais le mot “peau”. Le reboisement urbain est dans l’air du temps.

Les suiveurs


Stefano Boeri, le Bosco verticale Milan 2014
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

À Milan, avec la coopération d’horticulteurs et de botanistes, l’architecte Stefano Boeri a conçu l’ensemble le Bosco verticale : des lignes droites mais 780 arbres et 15 000 arbustes, qui créent une plante verte et vivante (mélèzes, cerisiers, pommiers, hêtres, oliviers il faut plus d’un mètre de terre sur chaque balcon).
Il se souvient qu’à Milan en 1973, Hundertwasser parcourait les rues avec un arbre. Dans ces bâtiments, 15 espèces d’oiseaux ont fait leur nid, et 9 000 coccinelles ont été déposées pour lutter contre les parasites.
Il a construit de même le Hawthorn tower à Utrecht en 2019, avec 10 000 arbres et arbustes pour absorber 5,4 tonnes de dioxyde de carbone par an et produire 41 000 tonnes d’oxygène.


Luciano Pia, 25 Verde Turin 2012
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Mais, avant lui Luciano Pia, à Turin avait, en 2012, construit 25 Verde, un immeuble avec une forêt intégrée avec pour objectifs : dépollution et insonorisation.


Sou Fujimoto et Manal Rachdi, 1000 arbres Paris 2016
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Quant aux projets d’urbanisme Sou Fujimoto a été lauréat du concours “réinventer Paris” en 2016, avec son projet mille arbres, une forêt dans le XVIIeme arrondissement qui abritera des immeubles d’habitation, des bureaux, un hôtel, des restaurants, un espace dédié aux enfants, et une gare routière. Fujimoto est l’architecte de l’Arbre Blanc de Montpellier en 2018.

Les maisons individuelles enterrées où semi-enterrées se multiplient depuis une dizaine d’années, quelques exemples :
Maison semi-enterrée à flanc de colline dans le Jura (réalisation de l’architecte Julien De Smedt).
Maison écologique en Suisse.
Maison “NaturaDome”


Maison NaturaDream

L’aménagement intérieur, est bien loin de la frugalité et du dénuement prônés par Hundertwasser.

L’homme est devenu la vermine la plus dangereuse qui n’ait jamais peuplé la Terre. Il doit être replacé dans ses limites écologiques. Ainsi la terre pourra-t-elle se régénérer“. Solidaire, mystique, illuminé … mais visionnaire …

Autres sources sur Hunterwasser :
Hundertwasse (1928 – 2000) (arts et voyages).
Friedensreich Hundertwasser, artiste écologiste engagé (e-cours-arts-plastiques).
Freidensriche Hundertwasser, sa vie son oeuvre (Fondarch).
Redécouvrir Hundertwasser (Le temps).
Musée Hundetrwasser à Vienne.