Cours du 14 février 2011


Les retables baroques en Provence

Notre région est très riche en retables, c’est un patrimoine assez méconnu. Le retable désigne un ensemble en retrait par rapport à la table d’autel dans une église. A partir de la renaissance on va avoir de grands ensemble. C’est durant la période baroque que l’on réalisa le plus de retables, un peu comme le baldaquin, c’est un moyen de couronner l’autel et le tabernacle. Il y a beaucoup de retables en Provence (proximité de l’Italie), et dans le Roussillon (influence Espagnole),

C’est en Espagne que l’on trouve les plus grands retables. En France le plus grand retable est celui de Baixas. Ceux de Colioure et de Prades sont également rearquables. En Bretagne, beaucoup de retables également la (population est très attachée à la religion catholique). On trouve surtout des retables dans les régions frontalières assez peu dans le centre du pays.

Arles St Trophine : On met l’accent sur un grand tableau (1610).

Saintes Marie de la mer – chapelle haute. Transition avec le renaissance, plafond peint. Colonnes torses.

Retables Rognes. De nombreux retables ont été détruits au cours de la Révolution. Certains retables ont été vendus et replacé ensuite dans d’autres églises. Grand retable du début du XVIIéme. De part et d’autre du chœur, deux retables secondaires.
Bois polychrome peint en faux marbre. Les retables provençaux sont principalement en bois. Il semble que les retables de Rognes sont des originaux. Représentatif d’une église provençale sous l’ancien régime.

Les thèmes des retables :
Autel des âmes du purgatoire. (Rognes).
Autel du Rosaire (dévotion d’origine dominicaine). Représentation de Louis XIII qui avait fait un vœux. Consécration de la France à la Vierge.
Mort de St Joseph. Patron de la “bonne mort”. Il est mort assisté par Jésus et Marie. Ce cule ressurgit au XIXéme siècle (Thérèse d’Avila).

St Paul lez-Durance. Retables très colorés, autel doré. Pieta.

Berre notre dame de Cadérot. Retable typique de l’époque de Louis XIV.

Le Puy Sainte Réparade. Retable de 1708 Claude Routier.

Lambesc. Décors plus épuré, peintures bleues plus claires.

Les retables du Var

Châteaudouble. Retable en maçonnerie. Début du XVIIéme. Baroque des campagnes, bestiaires important (nombreux oiseaux).

Ancienne abbaye de la Celle (en fait un prieuré).

La Verdière. Les retables ont été peints à Aix.

La Celle-Roubaud (monastère de chartreux). (1550).
Mons Retable du même style que ceux d’Aix. Armoires à reliques de part de l’autre du tabernacle. Autel des âmes du purgatoire (maçonnerie).

Saint Maximin. (1690). Grand retable réalisé par A. RONZIN. Autel de St Louis d’Anjou.
Voir également le retable de la passion avec des peintures de M. Serre enchâssées dans les boiseries.

Aups collégiale St Pancrace. 1680. nombreux retables, grande polychromie (rouge, bleu et or). Maître autel adoration de saint sacrement. Autel du jugement dernier.

Tourves. A fait l’objet d’une longue restauration.

Rians. Rouge et or

Solliès-ville

Six-fours. Colonnes maçonnées prémisse du baroque en Provence. Autel de l’adoration des bergers.

Belgentier.

Esparron de Pallières. L’église de l’Assomption ( XVII° siècle ) possède trois somptueux retables , aux toiles signées Achard (1787) , Lamelin (1616) et d’Arcussa (1628) .

Méounes-les-Montrieux.

Saint Martin de Pallières. Forme originale,

Trans en Provence.

Fayence. Une des dernières églises construites avant le révolution. Évolution des retables, qui deviennent très épurés, rares sculptures grand tableau central.