Georg Baselitz

Si le terme d’expressionniste convient pour qualifier l’œuvre de Baselitz, il ne rend pas compte de son extraordinaire capacité de renouvellement. Une seule constante au travers de nombreuses ruptures stylistiques: l’artiste se dresse toujours « contre »: contre les dictats de la RDA de l’après-guerre, contre l’abstraction, contre toutes les traditions liées à la peinture figurative.
Qu’il se nourrisse de l’Histoire, de l’histoire de l’art ou de son histoire personnelle, son travail, à la fois brutal et subtil, en fait un artiste majeur qui mérite toute notre attention.

Intervenante : Agnès Ghenassia

Georg Baselitz est né en 1938 dans un village de Saxe, Deutschbaselitz, où son père était instituteur, il a passé son enfance dans l’école où ses parents habitaient. Son nom véritable est Hans-Georg Kern, et il prendra à 23 ans le nom de son village natal, Bazelitz. Dans sa salle de classe, il y avait au mur, une reproduction d’un tableau de Louis Ferdinand von Rayski, un peintre du 19e siècle dont il va garder le souvenir.


Louis Ferdinand von Rayski Forêt de Wermsdorf, 1859 Huile sur toile. 105 × 114 × 44,8 cm Albertinum , Dresde
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’art le passionne, et il aime également la forêt et les arbres. En 1955 il tente de rentrer à la Kunstakademie de Dresde, sans succès ; il passe alors le concours d’admission pour une école forestière, mais finalement il s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin-Est. Il est renvoyé peu de temps après pour « manque de maturité sociopolitique » (l’école est dans le secteur russe de Berlin). En 1957 à l’âge de 19 ans, il entre à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin-Ouest, où il y découvre les théories de Kandinsky et de Malevitch. Là, il se lie d’amitié avec un autre jeune peintre Eugen Schönebeck.
En 1958, il s’installe à Berlin-Ouest et rencontre à 20 ans, Elke Kretzschmar qu’il épousera en 1962, et qui va partager toute sa vie. On note une grande sérénité de sa vie familiale, qui contraste avec les thèmes qu’il aborde dans sa peinture.
Cette année-là, en 1958, une exposition itinérante du MoMA de New York lui fait découvrir à Berlin, Pollock (avant les drippings) et De Kooning (Woman 1952).
En 1959, il se rend en auto-stop à Amsterdam où il voit le bœuf écorché de Soutine 1925, et lors d’un voyage à Paris, il découvre les otages de Fautrier, une évocation tragique de l’humanité.


Jean Fautrier – Tête d’otage (1943) Huile sur papier marouflé sur toile 35 x 27 cm Centre Pompidou
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également Tête d’otage n°1 1944 Technique mixte sur papier marouflé sur lin 34,93 x 27,31 cm.
Il a aussi beaucoup aimé les dessins d’Henri Michaux, et ceux d’Antonin Artaud.
Toutes ces influences vont nourrir ses débuts de peintre, radicalement opposé à l’art académique prôné à l’Est.

Ses premières peintures véritables, se sont les têtes de Rayski (1958) (Rayski dont une reproduction d’un de ses tableaux était dans sa salle de classe).


Georg Baselitz – Portrait de Rayski III, (1960)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les têtes de Rayski (1958) sont ses premières véritables peintures. Voir également un autre Portrait de Rayski.


Georg Baselitz G-Kopf (G-tête) 1960
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

ainsi en 1960 G-Kopf (G-tête) sorte d’autoportrait (G c’est lui) difforme, qui lui a été inspiré par le cas numéro 13 décrit par Hans Prinzhorn, dans un ouvrage publié en 1922 sur les malades mentaux. A cette période de sa vie, on voit bien qu’il est intéressé par tout ce qui est marginal, les malades mentaux, les primitifs. Ces dis-formations qui avaient été montrées dans l’ouvrage de Hans Prinzhorn avaient été largement exploitées par les nazis. Et c’est pour cela que Baselitz reprend ces thèmes.

En 1961, il prend le nom de Baselitz, et il rédige avec son ami Eugène Schönebeck un premier manifeste le Pandémonium, suivi en 1962 d’un second. Ecrit à la plume et ornés de dessins à l’encre. Le Pandémonium c’est la capitale imaginaire des Enfers, et par analogie, tout lieu possédant l’un des caractères attribués à l’enfer : désordre, souffrance, corruption (ici ils s’en servent pour évoquer l’aspect post apocalyptique de l’Allemagne en 1945). Ce sont des déclarations de guerre aux bourgeois, de type révolte dadaïste, très influencées par Antonin Artaud : “Vous voyez dans mes yeux, l’autel de la nature, l’offrande de chair… défilés d’épileptiques, orchestration de ballonnements, être-bouillie, être-méduse, membres, entrelacs de corps caverneux.”
Et c’est ce qu’il va peindre en 1962-63, alors même qu’en 1962, un premier fils du couple est né, Daniel. Des corps ou des fragments organiques, meurtris, décomposés.
Début de l’amitié avec Michael Werner.

Der Acker 1962


Georg Baselitz – Tränenbeutel, Sac de larmes (1962) huile sur toile 100 x 80 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Georg Baselitz – aus der Traum (A partir du rêve) 1962 huile sur toile 100 x 80 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Trois têtes (à partir du rêve). Voir un détail aspects de têtes de malades mentaux. Un traitement de la matière qui insiste sur la bouillie des corps, la chair humaine meurtrie.


Georg Baselitz – G. Antonin 1962, huile sur toile de jute, et toile. Collection privée
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

G. Antonin (GG= Georg, Antonin=Antonin Artaud), représente de jeunes garçons en train de se masturber, ou couchés, le sexe démesurément dressé, émergeant de la nuit, le visage défiguré, le corps déjà pourri, comme si le sexe était le seul signe d’une pulsion vitale pour échapper à la mort. Car tout, dans cette série de peintures, renvoie au traumatisme de la guerre et de ses horreurs. La plus célèbre est celle-ci, intitulée Die große Nacht im Eimer, littéralement la grande nuit dans le seau, mais signifiant la grande nuit foutue.


Georg Baselitz – Die grosse Nacht im Eimer, La grande nuit foutue (1963) huile sur toile 250 x 180 cm Musée Ludwig de Cologne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le personnage est inspiré de l’anecdote d’une lecture du poète irlandais Brendan Behan (1923-1964), pendant laquelle celui-ci avait ouvert son pantalon. Mais en même temps, cet adolescent en short kaki dont il a bousillé la tête à force de reprises et empattements c’est Hitler, (on le verra plus nettement quelques années plus tard lorsqu’il reviendra sur ce motif en 2005).

Baseliz s’est lié d’amitié avec Michael Werner qui sera son galeriste à Berlin, et en 1963 a lieu sa première exposition personnelle à la galerie Werner et Katz … où ses toiles déclenchent un scandale.
Les deux dernières toiles sont confisquées et saisies par un huissier.
Voir également Die grosse Nacht im Eimer

Plusieurs œuvres sont confisquées pour atteinte à la pudeur, les deux toiles sont saisies par un huissier. Il y aura un procès pour « Outrage public à la pudeur, pornographie et insulte à l’Allemagne« , qui aboutira en 1965, à la restitution des peintures. Un nouveau manifeste est rédigé sous la forme d’une lettre adressée à « Cher M. W ! ».

Baselitz ne se décourage pas, et en 1964, il peint une série de pieds amputés, portant des traces de brutalité.


Georg Baselitz – Pieds amputés
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Traitement très empâté de la chair pour évoquer les meurtrissures. On est assez proche des études préparatoires de Géricault pour le Radeau de la Méduse;
Voir un détail.


Georg Baselitz, Motif Saxon 1964
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Motif Saxon, les corps ici se situent clairement dans un paysage de même que « peinture pour les pères« . Le père de l’artiste était soldat allemand et est rentré de la guerre avec des médailles, mais aussi avec un œil en moins et plusieurs éclats d’obus dans le corps. Pour Georg Baselitz, c’est à ça que ressemblait un héros.


Georg Baselitz, Ralf III 1965 huile sur toile 100,5 x 80 cm Centre Pompidou
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il peint un portrait de son ami Penck, (Ralf Winkler de son vrai nom), Ralf III avec une oreille démesurée. Il peint, un village en flamme dans le creux d’une main.

Et sur un papier une première ébauche de tête hagardes : voir « Oberon », 1964 Gouache, pastel sur papier 61 x 47 cm, qui aboutira à la grande toile Oberon sous-titré premier salon orthodoxe 1964, E. Neizvestny


Georg Baselitz – Oberon (1963-64) huile sur toile 250 x 200 cm Städel Museum Francfort-sur-le-Main
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’artiste se représente quatre fois en Oberon roi des Elfes aux regards vitreux aux cous démesurément longs. Le sous-titre fait référence à l’exclusion du sculpteur soviétique E. Neizvestny, de l’Union des artistes en 1962, au motif que ses oeuvres sont jugées dégénérées par Nikita Khrouchtchev. Voir un exemple de sculpture expressionniste de cet artiste, qui lui aussi voulait évoquer l’idée des corps meurtris par la guerre.

Voir un commentaire

Elfes démultipliées en quatre têtes,

En 1965, Baselitz a bénéficié d’un séjour de 6 mois à Florence dans la Villa Romana qui accueille le centre artistique et culturel allemand (l’équivalent allemand de la Villa Médicis). Là, il s’est lancé dans la gravure sur bois, et a commencé à collectionner des xylographies du 16e siècle maniériste, et à son retour a entrepris la série des « Nouveaux Types » appelée depuis la série des Helden (des héros).

Les Helden Bilder, 1965
C’est toujours de la guerre qu’il s’agit, mais cette fois de la manière non violente, 60 peintures et 130 dessins montrent des vagabonds, des figures flageolantes accompagnées d’accessoires qui explicitent ce qu’ils étaient. Militant, berger, artiste, et ce que la guerre a fait d’eux. Baselitz tourne en dérision le culte hitlérien du héros invincible, et ses héros n’ont plus rien à voir avec ceux du réalisme socialiste.
Ce qui relève du maniérisme italien, c’est la disproportion entre la tête et le corps.


Georg Baselitz – Bucheron (1965) huile sur toile 163 x 130.7 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le bûcheron fatigué s’est assis entre deux arbres, un rouge semble désemparé avec son petit drapeau, comme cet autre ancien combattant au drapeau,


Georg Baselitz – Der Hirte (1966) Le berger 163 x 130.7 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le berger retrouve la terre désolé. Cet autre était peintre mais a perdu une jambe et s’appuie sur une béquille un autre peintre est bloqué par une barrière, avec sa palette à la main.
Voir également un autre berger parmi les ruines,
Ce partisan, les bras ballants a un pied nu, et a retiré ses brodequins pour enfiler une pantoufle.

Un militant montre son drapeau rouge en lambeaux, il est pieds nus lui aussi.

et debout sur fond noir, c’est le rebelle.


Georg Baselitz – Der Hirte (1966) BJMC, huile sur toile 162 x 130 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il est le seul qui est en marche, il porte le titre BJMC car Baselitz a emprunté l’idée du personnage marcheur dans la nature au tableau de Courbet Bonjour Monsieur Courbet.


Georg Baselitz – Die großen Freunde (Les Grands Amis) (1965) huile sur toile 252 × 301.5 cm Musée Ludwig Cologne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Cinq ans après la construction du mur de Berlin, ce couple de survivants blessés debout dans un champ de ruines, le drapeau rouge gisant à leurs pieds. Ils sont incapables de se prendre par la main, symbolisant ainsi la division tragique de l’Allemagne d’après-guerre.

Toute cette série a été exposée avec succès dans la galerie de Springer à Berlin en 1966.
Depuis le début on l’a vu, Baselitz « lutte contre les idéologies en cherchant des complices dans l’histoire de l’art et dans la littérature » écrit Bernard Blistène.

Les Frakturbilder, (les tableaux fracturés) 1966-1969

Avec les Frakturbilder, série commencée dès 1966, il va exprimer autrement la division récente du pays, ainsi peut-être que son propre déracinement. Car en 1966 la famille, après la naissance d’un second fils, Anton, quitte Berlin, pour s’installer dans le village d’Osthofen (près de Worms), connu pour avoir abrité le premier camp de concentration, dans lequel étaient détenus les opposants politiques sous le régime nazi
Reprenant le principe des cadavres exquis, il fragmente le corps horizontalement.


Georg Baselitz – trois bandes, le peintre en manteau (1966) huile sur toile 162 x 130 cm Musée Ludwig Cologne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a remplacé la partie centrale, du corps du peintre, par un tronc d’arbre légèrement décalé et dont les branches giclent de sang. La nature est très présente dans cette série, sous la forme de bûcheron et de chasseurs, d’animaux, tous soumis à des fracturations de toutes sortes.


Georg Baselitz – Erstes Frakturbild – der neue Typ (peintre en habit), 1966, 250 x 190 cm, huile sur toile Museum Frieder Burda, Baden-Baden © Georg Baselitz, 2009

Voir également :
Kullervos Füsse, 1967 (les pieds de Kullervos) huile sur toile
Strefen Der jaeger 1967 (trois coups le chasseur) Kuntz muséum Stuttgart


Georg Baselitz – Bucheron 1969, fusain et résine synthétique sur toile The Art Institute of Chicago
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le bûcheron, héros du mythe et de la mémoire allemande, coupé en deux comme l’était l’Allemagne en 1945.

Lockenkopf mit Beil, (Tête bouclée à la hachette) 1967 huile sur toile 162,5 x 129,5 cm, Museum Frieder Burda, Baden-Baden.


Georg Baselitz, « Großer Bernhard », 1968, 162 x 130 cm, huile sur toile de jute – Museum Frieder Burda, Baden-Baden
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Zwei Meißener Waldarbeiter (Deux ouvriers forestiers de Meissen), 1967, Munich
Meissener Waldarbeiter (Bucherons de Meissen), 1969 huile sur toile 250 x 200 cm Hirshhorn Museum


Georg Baselitz – B fur Larry (1966) huile sur toile 250 x 200 cm Friedrich Christian Flick Collection Berlin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

– B fur Larry (Baselitz pour Larry) rend hommage par son titre à Larry Rivers, peintre américain qui vient de mourir. La fragmentation n’est pas géométrique, le personnage est comme traversé par le ciel.

Il faut se souvenir aussi que dans les années 60, c’est l’abstraction qui domine le marché de l’art, et que les seuls peintres figuratifs sont ceux du Pop art, et Baselitz veut bien sûr se dresser contre l’un et l’autre. C’est pour cette raison qu’il cherche des solutions figuratives, mais non traditionnelles.

Voir : Baselitz. Une rétrospective » @ Musée Frieder Burda & Staatliche Kunsthalle Baden-Baden
Le monde à l’envers, à partir de 1969

À partir de 1969, il décide de peindre de manière figurative, mais à l’envers. Pour lui : « Renverser le motif, c’est une façon de conjuguer, figuration, abstraction et démarche conceptuelle« . Il commence prudemment par recopier à l’envers des cartes postales et des photographies.


Georg Baselitz – Der Wald auf dem Kopf (la Forêt sur la tête), 1969, 250 x 190 cm Musée Ludwig Cologne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Der Wald auf dem Kopf (la Forêt sur la tête), 1969, 250 x 190 cm Musée Ludwig Cologne.
Birke [Bouleau], huile sur toile, 1970 Collection particulière.
ohne Titel (Wald), 1974, huile sur toile 217,3 x 113,7 cm, Museum Frieder Burda, Baden-Baden.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.