Cours du 30 novembre 2015


Anselm Kiefer – Pavot et mémoire, l’ange de l’histoire (1989) 320 cm x 442 cm x 167 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1990, il reçoit le prix de la fondation Wolf à Jérusalem. Il présente un avion de plomb avec les ailes chargé de livre de plomb avec des graines de pavot entre les livres.
Dans le tire : “Pavot et mémoire, l’ange de l’histoire” il rend hommage à Paul Celan et à Walter Benjamin qui a écrit l’ange de l’histoire sur la philosophie de l’histoire.

Signification du plomb : La paille symbolisait le Land germanique le plomb c’est l’impossibilité de prendre son envol, c’est aussi le matériau des alchimistes qui transformaient le plomb en or. Il y a à la fois dans le plomb désir de spriritualité et son impossibilité. Le plomb est aussi lié à Saturne Dieu de la mélancolie. Matériau dur et souple, qui “impose sa propre dramaturgie“.

Voir d’autres vues.


Anselm Kiefer – Mésopotamie

Double bibliothèque Mésopotamie (civilisation où est née l’écriture) il est passionné par les livres et l’écriture. Bibliothèque en diptyque, les deux bibliothèques (qui symbolisent les deux fleuves le Tigre et l’Euphrate) sont séparées par une plaque de verre. Les livres pèsent de 100 à 150 kg chacun, chaque page est illustrée.
Écouter un commentaire de A. Kiefer sur ses bibliothèques et sur l’utilisation du plomb (entretien avec D. Arasse).

Voir un commentaire.

Le plomb qu’il utilise provient de la cathédrale de Cologne, qui a été remplacé lors de la réfection de la toiture.


Anselm Kiefer – Recensement (Volkszählung), 1989
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans beaucoup d’installations, il associe à ses bibliothèque de plomb un polyèdre emprunté à Dürer, forme qui symbolise la somme des connaissances.
Voir également Melancolia (1988).


Anselm Kiefer – Tannhauser, (1991) sculpture avec livres et branche d’aubépine.
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire.


Anselm Kiefer – Nigredo (détail), 1998 – Plomb, acier, fil métallique, huile, sel, plâtre, résine, acrylique et pastel 320 x 160 x 100 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Affiche de l’exposition à la BNF. Empilement de livres de plomb et de chaises pliantes, avec une balance d’alchimiste au dessus.


Anselm Kiefer – Danaé (2008) Plomb, tournesols en aluminium,
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Danaé (2008) Plomb association de divers matériaux.

Voir aussi Dans l’orage des roses et Le Livre avec des ailes

Voir d’autres oeuvres (MoMA)

Il s’installe en France en 1991 à la Ribaute dans le Gard dans une ancienne magnanerie jusqu’en 2007. Il a déclaré “qu’il avait besoin de quitter” (les souvenirs de la guerre).

Il a fait de son domaine à Barjac une oeuvre d’art totale.


Visite de son atelier à Barjac

Il avait du mal à communiquer avec les journalistes jusqu’à une interview avec D. Arasse.

Écouter l’interview de D. Arasse durée 24′ 57s

Il a élargi ses références culturelles (antiquité grecque et romaine, auteurs anglais, chinois, russes…) et il a aussi beaucoup voyagé (Japon, Chine, Etats Unis, Inde …).

Il s’est découvert une passion pour les tournesols (qui sont toujours noirs).


Anselm Kiefer – Tournesols, (1996) Xylographie, gomme laque et acrylique sur toile 435 x 349 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il se représente sous un tournesol géant qui est devenu un astre. Harmonie entre les planètes et le corps humain.

Gravure pour Robert Fludd voir l’oeuvre.


Anselm Kiefer – Les ordres de la nuit, (1997) Acrylique et émulsion sur toile 510 x 500 cm Musée Guggenheim Bilbao
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les ordres de la nuit il est couché sous des étoiles.
Voir un commentaire.


Anselm Kiefer – Que mille fleurs s’épanouissent
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Que mille fleurs s’épanouissent (2002) immense fresque de 7m. L’artiste fait référence ici à la campagne des “cent fleurs” lancée par Mao en 1956 : “Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent ! ” on voit la figure de Mao qui sème des tournesols.

Chute d’étoiles 1995 artiste allongé posture de yoga la mort n’est pas une fin

En 2007 le Louvre lui commande une œuvre, Athanor, qui représente un corps allongé avec un rayon lumineux. Athanor vocabulaire de l’alchimie qui signifie le feu céleste (qui permet le passage d’un état à un autre). Voir un commentaire.

Là, sur ce tableau, c’est moi, mais ce n’est pas seulement moi, c’est un gisant, un archétype. Ci-gît. Je suis un homme d’aujourd’hui qui a des souvenirs précis des temps anciens […] Ce tableau traite du métabolisme. Quand une fleur éclate, elle meurt en produisant des graines qui à leur tour feront d’autres fleurs, etc. Ce moment-là est un passage de frontière. Un homme couché en méditation ou déjà mort (peint à partir d’une photo de moi quand je fais de la méditation, mais ça pourrait être aussi la mort – la méditation est une petite mort), c’est une frontière du point de vue du métabolisme, de la recréation […]” (A. Kiefer discours d’inauguration au Louvre)

Livres de plomb avec des graines et des étoiles, il a aussi collé des photos sur les pages de plomb. Voir l’exposition à la BNF.


Anselm Kiefer – Ton âge, mon âge et l’âge du monde (1997) Huile, émulsion, gomme laque, cendre et fragments de terre cuite sur toile, (5 parties), 470 x 940 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ton âge mon âge et l’âge du monde il a travaillé à partir d’une photo des pyramides 1997

Homme sous une pyramide (1996) 354,5 x 503,5 x 9,5 cm.


Anselm Kiefer – Osiris et Isis (1985 – 87)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1987 Osiris et Isis huile émulsion acrylique, argile, porcelaine. Cette oeuvre fait référence à la légende d’Osiris dont le corps fut coupé en morceaux et dispersé. Les morceaux du corps d’Osiris sont matérialisés par de la porcelaine blanche qui sont numérotés et qui sont reliés par des fils de cuivre à un circuit numérique. Il a travaillé à partir d’une photo du temple hellénistique d’Hérodote en Palestine.
La terre crue évoque les mastabas en brique.

Oeuvre présentée à la documenta 8 de Kassel en 1987.


Anselm Kiefer – Fruchtbare Halbmond Le croissant fertile (2009) Acrylique, huile, gomme laque et sable sur toile, 280 x 570 x 8 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Une sorte de tour de Babel en ruine.

Il s’intéresse au personnage de Lilith selon la cabale, première Ève qui avait voulu être l’égale de l’homme. C’est la reine des forces du mal, l’épouse de Sammaël. Elle est liée également à la mélancolie, ceux qui ont un comportement mélancolique sont appelés les fils de Lilith.
Chez Kiefer, c’est une figure féminine nue qui semble accueillir l’émanation divine. Lilith est présentée par ses vêtements vides avec des robes de plomb ou de tissus plâtrés.


Anselm Kiefer – Lilith (1996)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Robe de plomb paysages sableux. Évoque le malheur qui s’abat sur une civilisation

Voir Les filles de Lilith (1990) 127 x 80 x 5cm. réalisé dans un livre de plomb il a travaillé avec du sable et du tissu.

Voir un commentaire.


Anselm Kiefer – Lilith (1996)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Avion en plomb auquel il a accroché un mèche de cheveux noirs. Lilith vole au dessus d’une ville (à partir d’une photographie aérienne de Sao Paulo).

Série la hiérarchie des anges (2001 – 2002). Il utilise également les vêtements pour d’autres significations, les anges. Les vêtements sont également associés à des herbiers géants et à de l’argile craquelée.

Série l’échelle de Jacob


Anselm Kiefer – L’échelle de Jacob
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

On retrouve le thème de l’échelle, l’herbier.

Voir également le rêve de Jacob

Série sur les femmes Les femmes de l’antiquité et les reines de France il supprime les bras et les têtes de ses personnages.


Anselm Kiefer – Les femmes de l’Antiquité – Les Érinyes
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir A. Kiefer à la villa Médicis.

Voir d’autres oeuvres.

Voir un commentaire.

Monumenta au grand palais en 2007. Il réalise Chute d’étoiles.

Il quitte le Gard suite à l’opposition des riverains. Il a déménagé, en partie, au Grand Palais, son installation de Barjac. (renvoie à la guerre aux catastrophes).


Anselm Kiefer – Monumenta (2007)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire.

Il réalise plusieurs maisons, en hommage à des artistes, avec des ambiances différentes. L’une d’elles était consacrée à des herbiers géants (avec un palmier couché).

Une maison était consacré à Ingeborg Bachmann, (elle cherchait dans l’écriture poétique, à prendre en compte la fracture de la guerre) il lui a consacré des peintures de ruines avec du sable et des urnes. Certaines sont prises sur un site de fabrication de briques.
Les briques sont cuites dans des foyers artisanaux, sans cesse reconstruits et Kiefer y a vu une métaphore des civilisations humaines.


Anselm Kiefer – J’ai vu une terre de brouillard (1997) 8 m
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

“J’ai vu une terre de brouillard” il a repris un vers de Ingeborg Bachmann. Voir la poésie de Ingeborg Bachmann.

Pour la maison consacrée à Paul Celan, il réalise fleur de cendre 2006. Les livres brûlés ressemblent à des cadavres dans un champs.

Il a dit à propos de ce travail qu’il voulait brûler le paysage dans lequel il avait grandi, avec l’espoir de transformation comme le phénix se renouvelle.


Anselm Kiefer – Les cheveux d’or de Magarette
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Paul Celan Les cheveux d’or de Magarette, voir le poème de Celan.

Pour la maison consacrée à Céline il présente des bateaux en plomb qui évoquent le voyage (voyage au bout de la nuit). Voir un commentaire.

En 2009, à l’occasion des célébrations des vingt ans de l’Opéra Bastille, l’institution commande à Kiefer la conception d’un spectacle musical avec récitant intitulé Am Anfang dont il réalise le concept, la mise en scène, les décors et les costumes sur des textes bibliques de l’Ancien Testament.
2009 decors costume opérations Bastille Am Anfang costumes sable decors ruines.


Am Anfang Anselm Kiefer

Depuis 2007, il s’est installé dans les anciens dépôts de la Samaritaine à Croissy


Anselm Kiefer à Croissy


Anselm Kiefer – Le plan Morgenthau
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le plan Morgenthau était un plan concu en 1944 pour empêche l’Allemagne de développer son industrie lourde, il n’a jamais été appliqué.
Avec humour Kiefer essaye d’imaginer ce que l’Allemagne serait devenue si ce plan avait été appliqué. Série de all over de fleurs.


Anselm Kiefer – Rabbi Loew (2010 – 2012) Huile, émulsion, acrylique, gomme-laque, électrolyse, craie, fer, sel. 560cm x 380 x 72
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il mêle une balance d’alchimiste pour Rabbi Loew rabbin du 16eme siècle inventeur du golem


Anselm Kiefer – Forêt Humbala
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Forêt Humbaba 2009 plomb photo feuille d’or, schellac

Voir les livres sacrés de Anselm Kiefer à la BNF.

Voir un site sur Anselm Kiefer

“Lichtung” (Clairière), 2015, collection particulière
Grand paysage dans lequel on distingue une forêt de sapins enneigée, avec un tas de livres calcinés au centre. Il veut rendre hommage à Martin Heidegger à l’ambivalence du philosophe, aux autodafés nazis et au pouvoir purificateur du feu.


Anselm Kiefer au Centre Pompidou

L’oeuvre de Kiefer est lourde de sens et de culture (histoire du passé de l’Allemagne), et aussi lourde par le poids des matériaux utilisés. Il a réinventé une nouvelle peinture d’histoire et du paysage. Le paysage est toujours inscrit dans les événements historiques, ou dans les luttes idéologiques du passé. Le paysage garde la mémoire du passé.
C’est une oeuvre très forte qui s’adresse à nos sens, à notre imagination, et à notre intelligence. Elle est impressionnante par son envergure, son souffle et son hyper présence dans l’espace. Il a une capacité spectaculaire à spectaculaire à embrasser toutes les questions de l’histoire, et à nous les montrer physiquement.