Cours du 12 octobre 2015

Walpurgisnachtstraum (Songe d’une nuit de Walpurgis)
En 2011 Gérard Garouste présente à la Galerie Templon un nouvel ensemble d’œuvres inspirées par le célèbre Faust de Goethe.


Gérard Garouste, Walpurgisnachtstraum, Galerie Daniel Templon 2011


Gérard Garouste – Le pacte (2011)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il représente son ami J.M. Ribes en Méphisto et lui même qui vomi son bras en signant le pacte avec le diable.


Gérard Garouste – Dérive (2010), huile sur toile, 114 x 195 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Avec un singe, réflexion sur la dérive des continents


Gérard Garouste – Le Golem (2011)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« Le Golem », 2011 – huile sur toile – « La créature rouge est le Golem, créature mythique qui vient de naître de l’imagination et de la main d’un homme, le rabbin Löw, dit le Maharal de Prague. Le Golem est un serviteur qui peut être vivant ou mort selon le mot qui est inscrit sur son front. Dans une nouvelle de Franz Kafka, des personnages lèchent le corps du Golem. Gérard Garouste, avec cette œuvre, prend un malin plaisir à nous mettre devant une énigme, nous proposant d’interpréter cette situation étrange construite par un jeu de mots entre “la langue et le langage”. »


Gérard Garouste – La mandragore et le ricin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La mandragore et le ricin. Autoportrait avec des anamorphoses.

Contes ineffables


Gérard Garouste, Contes Ineffables Galerie Daniel Templon

Voir un commentaire.

Voir d’autres oeuvres.


Gérard Garouste – Le lièvre et la tortue à l’envers
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le lièvre et la tortue à l’envers, une toile dans laquelle Garouste parodie La Fontaine en représentant une tortue ridicule, impuissante sur son dos, prisonnière comme le héros kafkaïen de La Métamorphose.
Il s’inspire des écrits d’Edmond Jabès qui a écrit : “lièvre ivre de livres qui rêve d’Eve.”


Gérard Garouste – Le re-geai de la mère (2015)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Importance du nid dans son oeuvre. Son origine se trouve dans le verset du Deutéronome (22 versets 6 et 7) : « Si par hasard en chemin tu rencontres un nid d’oiseaux, tu chasses la mère, tu prends les enfants, la vie sera meilleure pour toi et tes jours seront prolongés » selon la traduction retenue par le peintre. Cette phrase a donné lieu à des commentaires très complexes dans le Talmud de Babylone, selon que le nid se trouve au bord d’une route, sur un arbre, sur le toit d’une maison, sur la mer, en l’air…


Gérard Garouste – Le nid sur la mer
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le nid sur la mer.


Gérard Garouste – Saint-Hubert et le nid d’oiseaux, (2013) Huile sur toile — 160 × 195 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

St Hubert et le nid


Gérard Garouste – Le Rabbin et le Nid d’oiseau, (2013) huile sur toile, 162 x 130 cm. Collection particulière
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le rabbin et le nid

Chacun de ses tableaux est pensé et théâtralisé comme un récit mythique avec une narration, des symboles, des références à l’écrit, aux mots, etc. Marc Alain Ouaknine, avec qui il travaille à l’Interprétation des textes sacrés il le montre avec un nid sur la tête. “J’ai le goût des énigmes. Chercher des clés est l’histoire de ma vie“.

Il s’inspire également de Tintin.

Le centaure et le nid d’oiseau s’inspire du Lotus bleu. Un côté F. Bacon.


Gérard Garouste – La 8eme boule de cristal
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La 8eme boule de cristal. Critique du fait que Hergé était raciste (étoile juive représentée).

Don Quichotte et les livres brûlés (2013). Kafka avait demandé dans son testament que l’on brûle l’ensemble de ses livres.

Sculptures


Gérard Garouste – L’errance du prince valet (2013)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’errance du prince valet. Il est toujours dans un cheminement qui n’en finira pas.

Voir Gérard Garouste dans son atelier.

Voir interview de Gérard Garouste (Le parisien).

Voir une présentation de l’exposition à la Fondation Maeght.

Exposition St Paul de Vence.

J’ai l’impression de ne pas vraiment rentrer dans mon époque, car l’art contemporain est très conceptuel aujourd’hui. Moi, c’est le côté intemporel qui me plaît dans l’art. La peinture a toujours existé. J’ai été il y a peu de temps à l’intérieur de la grotte Chauvet et j’ai vu ces fusains qui me font penser à Matisse alors qu’ils ont 30 000 ans. Je ne crois plus au terme de modernité, je crois qu’il y a quelque chose d’intemporel dans l’art.


Interview de Gérard Garouste à France culture avant son exposition à la fondation Maeght à St Paul de Vence.

C’est sa vie psychique avec sa quête de sens que Garouste met en peinture, mais il a une façon telle de donner vie à ses lectures, à ces corps torturés à ces personnages que l’on pénètre dans ses toiles sans en connaître l’ensemble des intentions et des secrets, après lorsque l’on les connaît, on peut apprécier toute la polysémie qui est derrière. On peut également accéder à sa peinture sans cela et on peut s’amuser de tous ces jeux de forme et reconnaître que c’est un artiste à la personnalité troublante.
La citation de Kafka “Maint livre agit comme une clé pour les salles inconnues de notre propre château” s’applique bien à Garouste. A force de lecture, il a comblé ce manque de connaissances qui ont ouvert des portes pour sa créativité.
Conclusion… remet en cause la course au nouveau, ce qui avait été le credo des avant-gardes.


Avant-Première : Gérard Garouste à la Fondation Maeght