Cours du 8 juin 2015

Vito Acconci né en 1940.

Très inclassable et irrationnel. Antécédents poétiques. Son corps est un objet d’expérimentation, et le langage un moyen de pouvoir sur le corps. Sa façon d’impliquer le spectateur en lui adressant la parole est caractéristique de Vito Acconci.

1970 mordre autant de parties de mon corps que je peux atteindre, appliquer de l’encre sur les morsures.

Dans la vidéo Rubbings (Frottements, 1970), Vito Acconci est nu, allongé par terre, en train de se frotter le ventre où un cafard essaie de s’échapper avant d’être écrasé.
Puis il prend un deuxième cafard et poursuit ses mouvements circulaires comme pour le faire pénétrer dans sa peau, et ainsi de suite. Le plan se rapproche pour se focaliser sur le ventre, puis sur le nombril.
«Pour prendre le dessus sur le cafard, le tuer, commente Vito Acconci, je dois lui laisser prendre le dessus sur moi, le cafard entre dans ma peau», décrivant ainsi un processus qui se situe métaphoriquement entre le physique et le mental, l’ingurgitation et la digestion.

Il s’agit d’expliquer qu’il faut faire corps avec un ennemi avant de le tuer.


Open book 1974.

Vidéo 15 mn il parle sans refermer la bouche.

Shadow play il se bat contre son ombre. Dans Shadow-Play (Simulacres) Vito Acconci est habillé en noir, dos à la caméra et face au mur blanc où se projette son ombre noire. Il bouge devant le mur, saute comme un boxeur se battant avec son ombre. Voir un commentaire.

Manipulation des autres, une femme face à la camera, lui dans un miroir. Dénonciation de la manipulation.

Tailling secrets. Durant un mois, Vito Acconci a chaque nuit entre 1 et 2 heures du matin dans le port de New York, a murmuré des secrets a des inconnus dans la nuit.

Seed bed 1971 galerie de New York. Opposer l’espace intime de l’espace public.

Son oeuvre a une dimension symbolique avec des résonances psychanalytiques

Bruce Nauman né en 1941

Peintre abstrait à ses débuts, influencé par le mouvement dada, il refuse de se cantonner à une école artistique particulière. Après un parcours atypique, il installe son atelier dans une ancienne épicerie à San Francisco en 1966. Il est connu pour ses grandes installations qui portent sur le corps.


Bruce Nauman – Autoportrait en fontaine (1966)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1966 autoportrait en fontaine. Hommage a Duchamp, voir un commentaire.


Dance or Exercise on the Perimeter of a Square… par zohilof
Dance or Exercise on the Perimeter of a Square (Square Dance)

Pas de danse simple en restant sur le périmètre d’un carré. Performance minimaliste.

En 1967 il se filme en pinçant sa cuisse et en soupirant.

Série avec son propre visage make faces.

Têtes gigantesques qui crient des ordres contradictoires. Son propos est la violence de la société qu’il sent dans tout être humain.

Michel Journiac 1935 1995

À dix ans, Michel Journiac perd son frère cadet. Cet événement marquant sera un motif essentiel de sa production artistique. Il étudie d’abord la théologie à l’Institut catholique, et l’esthétique à la Sorbonne. En octobre 1956, il entre au séminaire mais abandonne la vocation de prêtre en 1962. De juillet 1960 à juillet 1962, il est coopérant en Syrie, où il enseigne la littérature française dans un collège à Damas

F.Pluchart a fondé la revue artitude.

A partir de 1969 il s’exprime par des installation des photos sur le corps et la sexualité.
Le corps est comme une viande consciente, socialisée
Messe pour un corps en 1969 à la galerie D. Templon.

Vêtu en prêtre il dit la messe en latin, à l’issue de la messe il propose aux gens une Ostie de tranches de boudin faite avec son propre sang. Il dit qu’il a mis en scène l’archétype de la création, l’homme se nourrissant de lui-même et des hommes se nourrissant de l’artiste. Cette nourriture corporelle remplace la nourriture spirituelle tout en étant plus énergétique. Les musées sont devenus les nouvelles églises.

C. Millet qui raconte son expérience lors de cette installation, dit que l’on pouvait désormais appréhender des oeuvres d’art par pur syncrétisme.


Michel Journiac par Catherine Millet par vodeo
Michel Journiac par Catherine Millet

Piège pour un voyeur 1969.
Un garçon nu enferme dans une grande cage avec des barreaux en néon. Exposition remontée en 2011 (galerie Patricia Dorfmann).


Michel Journiac – L’hommage à Freud (1972)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’hommage à Freud 1972. Il rend hommage à ses parents, en reconnaissant qu’il en est la substance, il se travesti en eux. Il suggère en même temps que la ressemblance n’est due qu’au travestissement. L’identification aux parents peut déterminer le cours de toute une vie. Idée qu’il y a chez tous les êtres humains une ambiguïté inhérente et que le naturel n’est en fait qu’une construction socio-culturelle.

Cette oeuvre est à la fois un hommage à Freud et le constat critique d’une mythologie construite autour des théories de Freud. Il refuse l’explication de Freud sur l’homosexualité. Voir un commentaire.

L’inceste 1975. Il interprète tous les rôles il étudie les multiples possibilités de l’inceste. Très étudié au niveau des costumes, il touche toutes les catégories sociales.

24h de la vie d’une femme ordinaire (1972)Il présente la réalité et les fantasmes, et les rêves des femmes.
Voir un commentaire.

Piège pour un travesti 1972, A partir des photos de Greta Garbo (1972) et – Rita Hayworth (1972), où il incarne les rôles des deux actrices-icônes américaines. Il poursuit là les recherches amorcées par Claude Cahun ou Rose Sélavy (alias Marcel Duchamp),
Voir un commentaire.

Rituels du sang de (1976). Il convoque la religion. Rituel du sang, il s’est infligé les stigmates du Christ.


Michel Journiac – Contrat pour un corps (1972)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Contrat pour un corps. L’objet de Contrat pour un corps, de 1972, est de transformer votre squelette en œuvre d’art selon trois types de contrats, privilégiant soit le fait esthétique, soit l’objet, ou le fait sociologique, (ce dernier entraînant le plaquage or de votre dépouille), au substitut conceptuel de l’échange commercial (Manifeste du chèque, 1971), et jusqu’à la planche de billets (Monnaie du sang, 1994).

Série sur les icônes du temps présent. Une « icône écrite avec du sang », d’après la légende de Sainte Véronique. Le sang de Journiac s’étale également à la surface de ses Icônes. Il se mêle à leur couche d’or qu’il souille et chauffe de l’intérieur. Le sang de l’artiste est associé à la feuille d’or. L’icône est la manifestation visible de l’incarnation, donc il convient d’y mettre son sang. Voir un commentaire.

Action érotico patriotique (1979).


Michel Journiac – Hommage au putain inconnu, contrat de prostitution (1972)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hommage au putain inconnu, contrat de prostitution (1972)

En 1983, il a mis en scène un rituel dramatique au centre Pompidou en public Rituel de transmutation (1983) en se marquant le bras au fer rouge (en signe d’exclusion en tant qu’homosexuel).

Il a déclaré “Le corps est le lieu de tous les marquages de toutes les blessures, de tous les traces. Dans les chairs, s’inscrivent les tortures, les interdits des classes sociales, et les pouvoirs jamais abolis. Aujourd’hui seuls les exclus créent, car c’est leurs corps qui parlent et qui énoncent le refus“. Il était le porte parole de ceux qui revendiquaient davantage d’ouverture de la société.
Il a consacré à la lutte contre le SIDA une grande partie de ses revenus.

En 1985 affaire du sang contaminé. L’idée que la vente de sang soit soumise à la loi du marché lui était insupportable.

Billet du sang rituel de transmutation 1993. Il a fait photographier des billets de 100 F, qui ont été mis sous inclusion de résine maculés par son sang.

Il a ensuite vendu des billets de sang inclus dans des briques de verre

L’empilement de ces briques constitue, le mur de l’argent 1995.


Michel Journiac – Le triptyque des icônes des mots et du sang (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le triptyque des icônes des mots et du sang.

On se rend compte que cette oeuvre hurle contre l’absurdité des biens matériels, l’illusion de la connaissance, le dérisoire de la chair, face à l’argent, aux politiques, et surtout face à la maladie et à la mort.
Le sang versé c’est le prix de sa liberté d’artiste. Il a dit ce n’est pas la société que je critique, c’est l’idéologie qui la déstructure pour la régir.

Il a enseigné à l’université de Vincennes, il était reconnu par ses étudiants qui créent une association pour perpétuer sa mémoire.

Voir le site de Michel Journiac.