Cours du 24 mars 2014

Joseph Kosuth né en 1945, il a fait des études d’art a Cleveland. A beaucoup voyagé, il a enseigné, critique d’art, conférencier. Membre du collectif art et langage.

En 1965 N’importe quelle vitre de… à placer contre n’importe quel mur de…, 1966 Dimensions variables : environ 400 m2

22 carrés de verre. Musée de Lyon.
L’œuvre consiste en vingt-deux carrés de verre progressant de dix centimètres en dix centimètres de 60 cm à 270 cm, que l’on peut choisir d’exposer intégralement ou non, mais qui exige une présentation minimum de cinq plaques, quelles que soient leurs dimensions. Le parallèle qui s’opère de l’une à l’autre des deux œuvres est manifeste.
Voir un commentaire.


Joseph Kosuth – One and Three Chairs (Une et trois chaises), (1965)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1965 one and tree chairs.
Mettre côte a côte la photo, la définition et la réalité. Nous construisons notre réalité par les images des choses et les mots qui les désignent.
Voir un commentaire.
Dans le même esprit voir également : Miroir, marteau


Joseph Kosuth – Neon (1965)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Neon.
Voir un commentaire.


Joseph Kosuth – Four colors four words (1966) MoMA New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Four colors four words.


Joseph Kosuth – Blow-up titled art as idea as idea box (1968) MoMA New York

Blow-up titled art as idea as idea box 1968.
Photos de définition d’objets ou de concepts tirés des dictionnaires.
Voir un commentaire.


Joseph Kosuth – Le langage doit parler pour lui-même (1968) MoMA New York

Joseph Kosuth – Le langage doit parler pour lui-même


Joseph Kosuth – Words are deeds – Les mots sont des actes (1991)

Words are deeds (1991)


Joseph Kosuth – The Wake (le réveil) 2012
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

The Wake (le réveil) 2012 référence au livre de James Joyce Finnegans Wake.

Travail avec des mots rayés.


Joseph Kosuth – Zero & not 1985 Lyon
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Zero & not (1985) Lyon. Texte entièrement rayé sur papier peint sur lequel a été imprimé un extrait de “au delà du principe de plaisir” de S. Freud (800 m2 de mur le texte est répété 22 fois). Jeu visuel pour les spectateurs.
Les chiffres comptabilisent des paragraphes.


Joseph Kosuth – Place aux écritures Figeac (1991)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hommage a Champollion. Dans du granit agrandissement de pierre de Rosette a Figeac. Place aux écritures.


Joseph Kosuth – Monastère arménien de Venise (Biennale de 2007)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Monastère arménien de Venise le langage de l’équilibre.


Joseph Kosuth – Foundation Fluxum Suisse (2007)

Foundation Fluxum Suisse 2007.
L’artiste, inspiré par la littérature de Jean-Jacques Rousseau, qui est né à Genève, a choisi une phrase qui traduit avec poésie la philosophie du Fluxum :
Les affections de nos âmes, ainsi que les modifications de nos corps, y sont dans un flux perpétuel” (J.-J R).


Joseph Kosuth – Murmures musée du Louvre (2010)

Murmures musée du Louvre 2010 phrases tirées de Nietzsche.


Joseph Kosuth parle de son exposition au Louvre en 2010

Lawrence Weiner né en 1940

Il va pousser encore plus loin le goût du langage et de la dématérialisation des oeuvres d’art.
Il abandonne la peinture en 1970.

Il écrit des “statements” (énoncés) qui sont des images visuelles.
Son programme est le suivant :

1. L’artiste peut exécuter l’oeuvre.
2. L’oeuvre peut être fabriquée par quelqu’un d’autre.
3. L’oeuvre n’a pas besoin d’être construite.
Chaque possibilité étant égale à, et compatible avec l’intention de l’artiste, la décision quant aux conditions demeure celle du récepteur à l’occasion de la réception.

Il emploie trois termes différents exécuter, fabriquer construire. Il écrit des énoncés qui sont des images visuelles. Il considère qu’il est un sculpteur parce que ses mots renvoient à des notions de matériaux et d’espaces.


Lawrence Weiner – Farine & Eau (+)(-) Sucre & Sel, (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire (musée de Lyon).
Voir jeu de la marelle. (Villeurbanne)


Lawrence Weiner – Médiathèque de Troyes (2002)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Médiathèque de Troyes en 2002. En référence à un récit de Piaget qui interrogeait les enfants sur : “Pourquoi les objets s’appellent-ils ainsi ?” un enfant avait répondu à propos d’une pomme, parce que son nom est écrit à l’intérieur. L’écrit de Lawrence Weiner “écrit dans le cœur des objets”. Voir un commentaire.
Il publie ses statements dans la Collection pratique voir le n° n°19 .

En complément voir : L’art conceptuel au centre Pompidou.


Lawrence Weiner & Michael Heizer : Quand les attitudes deviennent formes, 1969