Le Bauhaus

Le Bauhaus
Le monochrome
Sommaire : 1 – Le Bauhaus à Weimar (1919-1925), 2 – Le Bauhaus à Dessau (1925-1934), 3 – Le Bauhaus à Berlin (1934-1935), 4 – Le rayonnement du Bauhaus

Cours d’Agnès Ghenassia

C’est la plus grande école d’art européenne du 20eme siècle, et c’est une école mythique, parce qu’ont d’enseigné des personnalités célèbres, à l’avant-garde de leur temps, et parce qu’ensemble professeurs et élèves ont défini un style que l’on continue aujourd’hui de qualifier de « style Bauhaus« .
Mais loin d’une simple école d’arts appliqués le Bauhaus était un terrain d’expérimentation dans de nombreux domaines dont les échos sont toujours perceptibles aujourd’hui.
L’école a occupé 3 sites en Allemagne d’abord à Weimar puis Dessau et plus brièvement à Berlin.

Cours d’Agnès Ghenassia


1 – Le Bauhaus à Weimar (1919-1925)
L’école ouvre d’abord à Weimar en 1919.


Weimar – Statue Goethe–Schiller (1857)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Weimar est une ville de culture qui a accueilli Goethe et Schiller, leurs statuts sont érigées devant le théâtre national, mais surtout c’est là que c’est installé la fameuse République de Weimar, le régime politique de l’Allemagne, entre 1918 et l’élection d’Hitler. En 1919 l’école a été créé par Walter Gropius architecte de 36 ans déjà connu pour son style audacieux, sans ornement, fait d’angles droits, et de façades de verre, tout à fait novateurs pour l’époque.


Walter Gropius – Usine Fagus à Alsfeld (1911)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il réalise en 1911, l’usine Fagus à Alsfeld, une usine de fabrication de chaussures. Voir un commentaire (Usine inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO).

Walter Gropius a été nommé directeur des deux écoles d’art de Weimar : l’école des arts et de l’artisanat, et l’académie des beaux-arts de la ville de Weimar, car il souhaitait les faire fusionner. Le mot « Bauhaus » peut se traduire en français par « maison de la construction ».
Il avait l’idée de ne plus faire de distinction entre les beaux-arts (l’art pour l’art) et les arts appliqués (l’art des l’objets). C’est une philosophie qui était déjà en germe dès le 19e siècle avec les mouvements comme Art & Craft en Angleterre ou encore l’art nouveau en France.

Gropius publie donc un manifeste contenant le programme de l’école et annonce sa vocation. Il écrit : « Le but final de toute activité plastique est la construction! Décorer celle-ci fut, jadis, la tâche la plus distinguée des arts plastiques […]. Architectes, peintres et sculpteurs doivent réapprendre à connaître et à comprendre la complexe mise en forme de la construction dans son ensemble et dans ses parties« . Il associe à son manifeste cette gravure sur bois qu’il appelle « cathédrale du futur ». (voir un commentaire)
Les cours commencent tant bien que mal le 1er octobre 1919. C’est l’après-guerre, mais peu à peu les ateliers se mettent en place avec des professeurs recrutés par Gropius. L’école s’installe dans un bâtiment construit par Henry Van de Velde pour l’École des Arts et métiers.


Henry Van de Velde – Kunstschule (École des Arts et métiers, Bauhaus), à Weimar (1911)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir le hall d’entrée avec une statue de Rodin.

Très vite on décide que chaque atelier sera placée sous la responsabilité d’un maître artisan et d’un artiste, parallèlement le cours préliminaire d’un semestre est confié à un artiste, Johannes Itten. Voir le programme pédagogique. Les étudiants commencent leur formation par un tronc commun d’un semestre consacré au dessin, à la couleur, à l’expression artistique (Vorlehere), il a pour objectif de reprérer la qualités des étudiants. Ceux-ci sont ensuite orientés dans dans la suite de la formation, (qui dure entre trois et cinq ans). Ils accèdent alors à des ateliers dans lesquels un matériaux est privilégié (bois, métal, couleur, tissage, céramique etc.). Les étudiants les plus brillants accèdent à la fin à l’atelier d’architecture.

Johannes Itten est un peintre suisse qui s’est formé à la fois à Paris et auprès du Blaue Reiter de Munich. C’est un adepte des philosophies Orientales, mais en 1919 il peint des toiles abstraites proches de celles de Robert Delaunay.


Johannes Itten – Ländliches Fest, (1917) 142,2 x 102 cm Kunstmuseum Berne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Ascension et repos (1919)
Cercles (1916)

Il va prodiguer un enseignement de la couleur basé sur l’étoile chromatique en s’inspirant à la fois du traité de Goethe sur les couleurs et des théories de Chevreuil.

En 1920 devant l’atelier qu’il occupait à Weimar, il a construit une « tour de feu » à base de verres colorés disposés en forme de tour hélicoïdale. Tout le monde au Bauhaus est stimulé pour se confronter aux matériaux.


Johannes Itten – Tour de feux réalisation initiale de Johannes Itten en 1920, reconstruite en 1995 et 1996 par Michael Siebenbrodt et Rainer Zöllner.
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire sur la Tour de feu.

Voir le livre l’art et la couleur de Johannes Itten.

Lyonel Feininger est parmi les premiers maîtres de forme recrutés. Il peint des paysages cubistes très délicats.


Lyonel Feininger – Cathédrale, (1920) 142,2 x 102 cm Kunstmuseum Berne
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres de Lyonel Feininger.

Il animera un atelier de tissage auquel il apportera sa science des murs peints.

Georg Muche est un peintre sculpteur, il dirigea l’atelier de tissage de 1919 à 1925.


Georg Muche – Composition en quatre accents, années 1920 50,9 x 38,5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Composition en quatre accents, années 1920. On retrouve une forte influence de Klee, ainsi que de Marc Chagall.

Gerhard Marcks s’inspire des arts premiers pour styliser le corps, et la forme humaine. Il va travailler dans l’atelier de céramique, puis dans celui du verre.


Gerhard Marcks – Acte de femme avec un tissu, années 1920
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un site sur Gerhard Marcks.

Paul Klee est à son tour recruté comme maître en 1921. C’est un peintre et un pédagogue apprécié.


Paul Klee – Senecio (1922) huile sur toile 40 cm x 38 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire sur Senecio.


Paul Klee – La machine à gazouiller (1922) aquarelle et gouache 41 × 30,6 cm MoMA New York
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Paul Klee à voulu inventer une machine qui servirait à fabriquer du rêve et du plaisir. Le thème est poétique et enfantin.

Voir également :
Gradation colorée du statique au dynamique (1923) MoMA
Scherzo avec 13 (1922) MoMA

Paul Klee est chargé d’un enseignement de la couleur, il va remplir scrupuleusement des carnets pédagogiques.

Oskar Schlemmer est peintre, décorateur de théâtre et scénographe de ballet. Il aime styliser les mouvements du corps dans l’espace, dans un style à la fois futuriste et constructiviste. Très vite il sera responsable de l’atelier de la scène et du spectacle.


Oskar Schlemmer – Escalier de femme (1925)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
– Le nouveau logo du Bauhaus en 1922.

Grotesque (1923) sculpture coulée en 1964.

En 1925 il va concevoir avec ses élèves un très célèbre ballet triadique, avec des costumes très inventifs, qui sera réactualisé régulièrement.


Oskar Schlemmer – Ballet triadique rejoué en 2011

Voir les costumes du ballet triadique.

L’idée est celle du corps à l’âge de la machine, du corps mécanique, qui est présent chez de nombreux artistes des années 20. De Fernand Léger à Marcel Duchamp en passant par Otto Dix X.
Théo Van Doesburg est un hollandais qui s’est installé à Weimar, et donne des conférences. Il présente son travail et celui de son groupe (Der Stijl).
Il reproche à Gropius la dimension artisanale de son projet d’enseignement, et promeut le constructivisme, tel qu’il est pratiqué en Russie avec l’utilisation de méthode industrielle pour créer.
Désormais le Bauhaus va chercher la fusion entre art et industrie pour créer des objets, et des bâtiments fonctionnels accessibles à tous.


Théo Van Doesburg – Construction de l’espace, Temps III (1924) 29 x 42 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Vassily Kandinsky est recruté en 1922 comme maître et Itten, qui s’oppose à cette nouvelle orientation, est écarté. Au Bauhaus les étudiants apprennent mais aussi créent des prototypes d’objets qui sont commercialisés.


Vassily Kandinsky – Composition (1924)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Visitons les ateliers

L’atelier du bois et animé par Walter Gropius lui-même.


Walter Gropius – Fauteuil cube (1920)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a créé le fauteuil cube, en mousse avec une structure en bois peint en noir, qui révèle le souci de concevoir des volumes simples, fonctionnels, et sans nostalgie. Parmi ses élèves les plus doués on trouve Marcel Breuer qui crée une chaise à lattes qui exhibe sa structure géométrique à base d’angles droit ainsi que des jouets pour enfants aussi très stylisés.