Cours du 9 octobre


Gilbert et George – Polish cross (1981)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Polish cross (Croix polonaise) 1981. Assemblage de cartes postales avec Jean Paul 2 et des couronnes royales. Une façon de dénoncer la collusion entre l’Eglise et le pouvoir.

Interview de Gilbert et George à propos des compositions avec les cartes postales (Le Figaro).

Voir également :
Black Jesus (Jésus noir) 1980, 181 x 254 cm
Coming to the cross (Venir à la croix) 1982, 242 x 202 cm

Ils demandent à des gens de poser pour eux ils les photographient. Les photos sont ensuite repeintes.

Série sur le monde croyant.

Dans cette série, on trouve souvent des croix très souvent et de très jeunes gens. Grande échelle, couleurs vives joyeuses.


Gilbert et George – Finding God (1982)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Finding god (Trouver Dieu) 1982

Série finding god croix d’épines plantée dans le tête.


Gilbert et George – Drunk with God (1983) 484 x 1111 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Drunk with god (Ivre de Dieu). On peut perdre la tête pour Dieu.

Voir les oeuvres du monde croyant (site de Gilbert et George)

Voir les oeuvres de 1982 (site de Gilbert et George)


Gilbert et George – Youth attack (1982) 422 x 1104 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Youth Attack (L’attaque de la jeunesse)
Ils disent : « A cette époque nous voulions rêver une espèce de paradis, un monde d’émotion et de sens. Attaque a deux sens possible, lorsque vous êtes jeune, tout le monde s’en prend à vous (le père, l’Eglise …), et en même temps le désir que vous suscitez peut aussi être agressif. Et dans un même mouvement, les jeunes veulent se battre (tuer le père) parfois ils gagnent parfois ils perdent« .


Gilbert et George – Life without end (1982) 422 x 1104 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Life without end (La vie sans fin) 1982

Série exposée dans une galerie de Londres et un journaliste avait écrit : « Je comprend pas, après avoir loué le savoir faire technique des artistes, pourquoi ils ont représenté des jeunes prostitués« . Gilbert et George lui ont demandé pourquoi ils pensait que les jeunes représentés étaient des prostitués. Le journaliste n’a su leur répondre. Ils ajoutent : « Nous avons le pouvoir de faire sortir les vieux réacs qui se cachent derrière des personnes soi-disant tolérantes« .


Gilbert et George – Winter flower (1982) 242 x 252 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Winter flower (Fleurs d’hiver). Ils exploitent une technique différente, les images sont directement posées sur la plaque sensible. Effet de photo impression. Image d’une cours de récréation vue depuis leur maison en hiver.


Gilbert et George – We (1983) 242 x 252 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

We (Nous) 1983 affiche de promotion de leur exposition. La croix est formée de doigts.


Gilbert et George – Shitted (1983) 242 x 252 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Shitted (chier) étrons monumentaux.


Gilbert et George – Waking (1984) Composition photographique 363 x 1111 cm Guggenheim Bilbao Museoa
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Waking (éveil) 1984. En 2013, elle a été installée sur la High Line de New York.
Voir un commentaire (musée Guggenheim de Bilbao)

Beaucoup de leurs oeuvres mettent en scène des jeunes qui, pour eux, représentent l’avenir, la vie, l’énergie, ils se représentent au milieu comme des pères.

En 1984 découverte du virus VIH et peur du sida dans leur entourage.


Gilbert et George – Death hope life fear (1984) Composition photographique 422 x 250 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1984 polyptyque Death hope life fear (Mort, espoir, vie, peur) composé de deux images verticales et de deux images horizontales. La mort est une pyramide humaine encadrée par deux jeunes. Les fleurs sont un symbole de l’amour et de la sexualité. En haut des bouches crient, c’est la peur.
Voir un commentaire (Tate museum)


Gilbert et George – Hope 422 x 652 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hope (Espoir) ils montrent la jeunesse.


Gilbert et George – Life (1984)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Life (La vie) ils sont comme des choristes en train de chanter avec deux jeunes gens qui les regardent. Les choristes ont des ailes faites avec des images grossies de sperme. Ils ont expliqué ce choix car ils voulaient protester contre le Pape qui avait interdit le préservatif malgré l’épidémie de SIDA.


Gilbert et George – Fear (1984)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fear (peur)

Les œuvres de cette période sont plus graves

Voir également :
We are 1985 vue plongeante sur une scène de rue.
Live’s (1984) MoMA jeunes gens avec pantalons bleu et chaussures jaunes. Grande inventivité pour la composition de leurs images.
Skins (1985) fond avec des vues de l’épiderme grossi.

En 1986, ils réalisent un manifeste pour une épopée moderne, le triptyque « Class War, Militant, Gateway » (1986)

Voir également :
Gateway (passerelle) (1986).
Militant (1986).
Ils déclarent : « La lutte des classe est la lutte sans fin des jeunes dans le monde moderne. Nous étions fascinés par la lutte des classes qui se poursuit encore maintenant, la lutte que chacun doit mener satisfaire ou résister au comportement que la société exige de vous« .

A la fin des années 80 plusieurs de leurs amis sont morts du sida, dont David Robillard.


Gilbert et George – Flow (1988) 253 x 2847 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Flow (écouler) 1988. Ils se représentent agenouillés sur les genoux de David Robillard (à partir d’un détail d’une photo qu’ils avaient prise de lui) dans une ambiance triste.


Gilbert et George – Down to the earth (1989) 226 x 317 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Down to the earth (Retour sur terre) même ambiance sombre. Images d’un cimetière en bas.


Gilbert et George – Life on death (1988) 169 x 1427 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Life on death (la vie sur la mort) ils associent des fleurs (qui symbolisent la vie) à des photos repeintes de feuilles mortes, victoire de la vie sur la mort.

Ils organisent en 1989 une exposition dont les bénéfices ont été reversées à l’association AID.

Au cours des années 90, ils reprochent à l’Eglise sa position contre le préservatif.


Gilbert et George – Urinal (1991) 226 x 317 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans le triptyque intitulé urinoir (1991), le duo a de nouveau combiné les références chrétiennes avec les fonctions corporelles.
Dans ce travail, une photographie d’un urinoir est superposée sur une image de l’intérieur d’une église, où un autel est positionné dans le panneau central d’un triptyque.
C’est une réponse à l’Eglise qui refuse de parler du sexe et du corps.

Voir d’autres oeuvres de cette période (site de Gilbert et George).

Série des Naked Shit Pictures, qui les met en scène des nus avec des excréments, censés représenter la matière dont est faite l’être humain.


Gilbert et George – Shitty world (1994) 253 x 639 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Shitty world (Monde de merde) la croix est toujours présente. « Grande croix merdique« .

Énorme contraste entre le soin, la précision, et la mise en page des oeuvres et leur contenu.

Voir d’autres oeuvres de cette série (site Gilbert et George).

Leurs oeuvres sont exposées dans de nombreux pays.

Si leurs œuvres avaient déjà intéressé le monde de l’art, c’est à partir du moment où ils se représentent nus qu’ils sont apparus dans les médias.
Ils disent : « Nous étions très précurseurs, car aujourd’hui dans les pièces de théâtre, les opéras, les acteurs se dénudent couramment. »

Série fondamental structure 1996 images microscopiques de leur sang et de leur urine qui forment des abstractions.


Gilbert et George – Blood on piss (1996) 142 x 169 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Blood on piss (sang sur pisse) 1996

Voir également :
Bum hole (trou du cul) 1994 253 X 355 cm.
Shit and piss (merde et pisse) 1994 226 X 444 cm.

Ils sont dans la provocation. En même temps, ces images font écho au concept un peu mystique des univers invisibles que nous renfermons en nous.

Voir d’autres oeuvres de cette série (site Gilbert et George).

Pages: 1 2 3

Comments are closed.