Cours du 7 mars 2016


Markus Lüpertz – Homme sans femme Parsifal (1994)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sculptures très intuitives de petit format.

Thème du nu de dos.
Il représente ses personnages sans tête avec un élément étranger accroché au corps. les bras détachés du corps sont associés à un répertoire de motifs utilisés précédemment : ici, une casquette militaire, des ailes ou une tortue.


Markus Lüpertz – Nu de dos (2006)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Markus Lüpertz – Nu de dos (2006)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Inspiré de la Série de nus de Matisse en bas reliefs.

Homme sans tête.

Voir d’autres œuvres de Markus Lüpertz

Série les Arcadies. Pays du bonheur.


Markus Lüpertz – Arcadia – Danse ronde, (2013) Technique mixte sur toile, 162 x 200 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Inspiré par la Ronde de Matisse.

A aucun moment dans cette série, il ne cherche l’harmonie et la beauté, et pourtant on est fasciné par ce mélange de lourdeur et de fluidité, d’ovalité et de transparence, comme s’il voulait nous dire qu’aujourd’hui l’Arcadie est un rêve impossible mais que fugitivement on peut l’entrevoir (de la même manière qu’il a été marqué par le sourire des Kouros).
Plus on est riche de culture artistique plus on va être habité par des choses qui en apparence, n’ont rien à voir avec la réalité. Lüpertz est habité par N. Poussin, Goya, la Grèce antique, Matisse, et cela l’inspire pour des séries qu’il crée, et il passe ainsi d’un style à un autre.


Markus Lüpertz – Sans titre, (2013) Technique mixte sur toile, 162 x 200 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il peint à la détrempe sur toile.

Dans les nus de dos ce qui l’intéresse c’est le déhanchement.


Markus Lüpertz – Nu de dos (2006)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il y a une violence extrême dans ce buste, viril mais atrophié et l’esquisse de son mouvement. Elle rappelle l’énergie de « L’enlèvement »d’Europe par Zeus (1867) de Paul Cézanne


Markus Lüpertz – Tête d’Hector (2014)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tête d’Hercule, voir également Odysseus sculpture Ulysse dans son bateau.

Dans l’atelier de Markus Lüpertz (Le Figaro)

Série à Mozart


Markus Lüpertz – Mozart, (2003-2004). Bronze, 62 x 24 x 20 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il représente Mozart très féminisé. Un Mozart aux seins féminins et aux courbes généreuses. Symboles de la fertilité créative ?


Markus Lüpertz – Salieri, (2005)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Salieri,
Voir également une statut de Mozart (2005) dans le Vieux Salzbourg


Markus Lüpertz – Le matin, (2015)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le personnage tient sa tête dans sa main gauche.


Markus Lüpertz – Beethoven, (2005) Musée de Leipzig
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Beethoven, composé de 2 personnages.

Markus Lüpertz est un personnage qui apparaît assez vantard et égocentrique, comme Dali.

Il déclare :
« La peinture est culture, et qui dit culture dit substance du monde. La peinture fournit le vocabulaire pour rendre visible le monde« .
C’est un très bon peintre grâce à la liberté qu’il a d’explorer les mondes qu’il habite. Comme beaucoup d’autres artistes allemands, il est parti de l’Allemagne pour arriver à quelque chose de plus universel.

Pages: 1 2 3 4

Comments are closed.