Cours du 21 mars 2016

Rebecca Horn née en 1944
Rebecca Horn, née le 24 mars 1944 à Michelstadt, est une artiste allemande utilisant l’installation, la performance, le film, la poésie, le dessin ou la photographie.

Elle a vécu, ses premières années, à Francfort avec son père et une gouvernante roumaine après le décès de sa mère. Elle a ensuite été dans un pensionnat où la vie était très dure. «  On ne pouvait pas parler allemand, il fallut donc apprendre le français et l’anglais. Je n’avais pas à dessiner en allemand, en français ou en anglais : je pouvais juste dessiner.« .
Âgée de vingt ans, elle intègre l’école des Beaux-Arts de Hambourg, dont elle sortira diplômée en 1970. En 1964, en Espagne, elle manipule sans protection de la résine et des solvants qui atteignent gravement ses poumons. Elle tombe malade et elle doit passer un an dans un sanatorium : cette expérience de l’isolation totale et de la souffrance est déterminante dans l’orientation de son œuvre, très liée au corps.

Elle a vécu à Londres entre 1971 et 1972, et depuis 1994 à Berlin.

A partir de 1968, elle réalise des sculptures en tissus qui prolongent le corps. Extension du corps, voir extension des bras.


Rebecca Horn – Machine à faire circuler le sang (1970)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Machine à faire circuler le sang. Voir sur un modèle. La machine représente une métaphore de la vie.

Cornucopia (1970), séance pour deux seins. Cornucopia (la corne d’abondance) la montre affublée d’un étrange masque noir : de sa bouche, deux tentacules, deux langues noires descendent vers ses seins nourriciers. Présentée dans une boîte, comme une relique médiévale, cette Cornucopia évoque le secret, l’initiation, l’alchimie dont Rebecca Horn est friande.


Rebecca Horn – La licorne (1970)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La Dame à la licorne. Coiffée d’un casque doté d’une longue corne doublant sa hauteur, des bandes blanches sur son corps bronzé, une jeune femme avance dans la forêt, puis dans un champ de blé. Le poids de la prothèse la fait se tenir droite, dans une pose artificielle, le torse en avant, conquérante onirique.
Image mythique et moderne. Jeune femme prête à se marier, œuvre présenté à la Documenta 5 de Cassel. Rappelle la colonne brisée de Frida Kahlo. Toutes deux femmes triomphant de la maladie (pour Horn, tuberculose due à l’inhalation de fibre de verre dans son travail), toutes deux usant de leur corps comme medium, toutes deux mêlant plaisir et souffrance.


Rebecca Horn – Les gants doigt (1970)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les gants doigt, ils permettent de prolonger les doigts des mains.


Performance Toucher les murs des deux mains en même temps (1974)
et Cligner de l’œil (1974). Elle établit un dialogue entre un cacatoès vivant et les mimiques qu’elle fait pour ressembler au Cacatoès.

Le corps est le support de la sculpture, une armature qui permet de faire vivre la sculpture, mais la dimension psychologique du personnage qui porte la sculpture est absente.


Rebecca Horn – L’éventail blanc pour un port (1972)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1972 L’éventail blanc pour un port. On transforme l’éventail en une sculpture.

Les objets sont portés à chaque fois par des corps différents.
Rebecca Horn explique: Dans toutes les actions de 1968 à 1972, le nombre de participant est fixé, car une perception interpersonnelle n’est possible que dans un cadre limité de personnes. Il ne doit pas s’élever de barrière entre le public passif et l’acteur, il n’y a que des participants. Chaque action a un figurant central, il porte l’instrument, grâce auquel les autres communiquent avec lui. Être placé au centre, sentir la concentration des autres sur son propre corps, donne le sentiment de passer par un rituel d’initiation. La personne est isolée, détachée de son environnement quotidien, afin de rende possible une plus vaste perception de soi.


Rebecca Horn – Le masque des crayons (1972)

Le masque des crayons. Lorsque le visage se déplace les crayons dessinent des marques.
Voir un commentaire (Tate)

Elle utilise également des plumes. Les doigts de plume (1972), des plumes sont attachées à chaque doigt avec un anneau. « La main devient aussi sensible qu’une aile d’oiseau« .

Masque de cacatoès 1973. C’est un cocon dans lequel on peut se cacher.


Rebecca Horn – La veuve du paradis (1975-77)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La veuve du paradis (1975) composée des plumes noires 240 cm de hauteur dans lequel se tient une femme, certaines parties peuvent être ouvertes en rendant le corps visible. Présenté lors de la « documenta 6 » de Cassel en 1977

Les oiseaux sont très présents dans son imaginaire.

Des plumes dansent sur les épaules. Des fils relient les plumes maintenues sur les épaules aux chevilles. Lorsqu’elle danse les plumes bougent sur ses épaules.


Rebecca Horn – La douce prisonnière (1978)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La douce prisonnière (1978).

Elle a également utilisé des miroirs. Des vêtements avec des miroirs, des espaces se rencontrent dans des miroirs.

Elle a réalisé 3 films avec une trame narrative à caractère surréaliste où le corps est très présent :

– Le danseur mondain (1978). La danse y est très présente.

– La Ferdinanda (1981). Le film se passe dans une villa près de Florence dans laquelle les propriétaires louent les lieux pour réaliser des fêtes. Idée des masques (au sens propre et au sens figuré), inauthenticité, où se révèle son obsession du corps imparfait.

– La chambre de Buster (1990) dédié à Buster Keaton tourné à Nirvana house (clinique psychiatrique dans laquelle Buster Keaton avait été interné). Elle montre, l’héroïsme et la solitude, l’invention et la dépression, la lumière et l’enfermement qui sont présents dans la vie de Keaton. « Le monde pourvu d’une âme ne lui est d’aucune aide, aussi insuffle-t-il une âme aux machines »


Voir un extrait de La chambre de Buster (1990)

.

Voir un commentaire sur l’œuvre de Rebecca Horn.

En 1975 elle réalise une performance devant la caméra. Se couper les cheveux avec deux paires de ciseaux en même temps. Une voix lit un texte qu’elle a écrit elle-même sur la parade d’accouplement des serpents, qui sont face à face et qui jouent à se fasciner mutuellement.

Elle réalise également des machines à peindre.


Machine à peindre

Machine paon qui imite la roue du paon.

1988 la petite école de peinture. Trois pinceaux en éventail montées sur des bras métalliques flexibles flottent lentement vers le bas dans des tasses remplies avec de la peinture acrylique bleu et vert. Après quelques secondes d’immersion, ils éclaboussent la peinture sur le mur, le plafond, le plancher et sur des toiles disposées en dessous.

Voir également Les amants (1991), voir un commentaire.


Rebecca Horn – Les âmes flottantes (1990),
partitions, laiton, moteur électrique, 43,1 x 44,25 x 27,9 cm

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les âmes flottantes. Partitions de musique qui se déploient comme les ailes d’un oiseau.


Rebecca Horn – Entre les couteaux le vide
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dispositifs dans lesquels de manière très sensuelle, des couteaux pénètrent très lentement dans des pinceaux japonais, et se retirent lentement. Le regard se focalise sur l’espace ainsi défini où quelque chose d’extrêmement fragile, précieux et dangereux semble se jouer. Notre relation au monde ? A l’autre sexe ? A l’inconnu?

Les machines sont dotées une âme qui métaphorise le désir, la sensualité, la passion, la beauté…
A partir de 1988 elle fait de grandes installations spectaculaires.


Rebecca Horn – La forêt hydre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La forêt hydre. Des arcs en métal suspendus au plafond produisent des étincelles électriques. Au sol des entonnoirs sont remplis de charbon.
Commentaire de l’artiste : « L’hydre aux quatorze têtes chargées d’électricité forme menaçante dans l’espace. Elles crachent des baisers piquants, brûlants, calcinants, ravageurs comme l’éclair. La boite crânienne est compressée, des gouttes gèlent dans la gorge, des chants magnifiques se faussent dans le corps.


Rebecca Horn – Le temps passe (1990)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Elle a récolté de vieilles pellicules développées à Hollywood, en essayant de reconstituer, en les répandant sur le sol, une sorte de paysage noir. En Rhénanie autrefois, on plantait des thermomètres dans le sol pour mesurer la densité du matériau, ce sont ces thermomètres qu’elle a intégré dans son installation. Au centre elle a disposé les « chaussures de Buster Keaton » qui sont lestées de charbon et au dessus deux serpents qui échangent un baiser en faisant des étincelles.


Rebecca Horn – Haute lune (1991)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Thème de l’énergie. Haute lune (1991). Au plafond pendent deux entonnoirs, remplis d’un liquide rouge sang qui alimente deux fusils braqués l’un contre l’autre. A intervalle régulier, des coups partent en même temps et s’annulent, mais cela déclenche un tourbillon dans les entonnoirs qui débordent, le liquide tombe au sol dans une rigole et au fond un dispositif suggère que l’écoulement se poursuit au delà de la scène. C’est le thème de la passion, l’énergie qui se fraie un chemin parmi les obstacles.


Concert pour l’anarchie

Un piano à queue est suspendu à l’envers au plafond par des fils attachés à ses pieds.
Un mécanisme au sein du piano est programmé pour toutes les deux à trois minutes, pousser les touches du clavier en dehors du piano. En même temps, le couvercle du piano tombe pour montrer la harpe et l’intérieur de l’instrument. Cet acte de violence inattendu est suivi entre une et deux minutes plus tard par une rétractation des touches et du couvercle qui se referment comme un escargot se retirant dans sa coquille.

Pages: 1 2 3 4

Comments are closed.