Cours du 17 novembre 2014

Ils utilisent les ordinateurs depuis 2001, ce qu’ils font pourrait être fait avec des ciseaux et des images, mais ils trouvent que grâce aux ordinateurs, ils vont plus loin. Ils plient et ils replient l’image jusqu’à obtenir un nouvel objet qui n’a jamais existé auparavant. L’emploi de l’ordinateur les a rapproché de leur cerveau. C’est comme si leur cerveau projetait leur monde artistique directement sur l’écran en face d’eux, comme si tout se passait de l’intérieur. Ils pensent que cela peut être beaucoup plus créatif et que c’est une invention extraordinaire, le meilleur langage pour parler aujourd’hui.
Ils obtiennent un rendu plus plus proche de ce qu’ils veulent faire, les images sont plus complexes.
Série ou ils mêlent les cultes des différentes religions a la manière d’un vitrail.


Gilbert & George – Akimbo (2005)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Akimbo 2005. Voir un commentaire.
Ils sont chargés du pavillon britannique a la biennale de Venise en 2005 (ils réalisent 25 oeuvres).
Ginkgo pictures 2005, feuille du ginkgo considérée comme sacrée en Chine (voir un commentaire).

En 2006 ils créent la série Bombs. Qui expriment une anxiété de la société par rapport aux bombes après les attentats de Londres en 2005. Les kiosques a journaux montrent les peurs collectifs de la société, les affichettes des kiosques, avec le mot bomb qui revenait sans cesse, après l’attentat terroriste du métro.


Gilbert & George – Bombs
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Leur série la plus prolifique a été la Jack Freak Pictures, les images de Gilbert et George et l’Union Jack. L’écrivain et amateur de Pop Culture Michael Bracewell, a décrit les Jack Freak Pictures comme étant, »parmi les œuvres les plus emblématiques, philosophiquement astucieuses et visuellement violentes que Gilbert et George ont jamais créé. »
Jack Freak Pictures (White cube).
Série sur les symboles du pays : drapeaux, médailles, sur fond de drapeaux anglais.


Gilbert & George – Union dance (2008)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres.


Gilbert & George – Nettele dance (2008)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir, il n’y rien de mal dans le patriotisme.


Gilbert & George – Britishism (2008)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire (Le Figaro)

Jack wheel


Gilbert & George – Church of England (2008)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres (exposition à Berlin).

Abode 2008

Série des London pictures en 2011
Ils exploitent les titres des kiosques a journaux, qui parlent des peurs de notre société.


Gilbert & George – Yobs (2008)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir une interview de Gilbert & George (2012).

Scapegoat/Bouc émissaire met en scène une société basée sur l’hostilité mutuelle, où prévaut un état de tension et de malaise. L’humour, toujours british, se fait ici grinçant. Sans prendre parti, Gilbert & George nous livrent une vision sombre de notre présent, comme un avertissement, un appel à mieux vivre ensemble particulièrement actuel.

Série exposée a Pantin.

Voir un commentaire sur leur oeuvre.

Scapegoat pictures
Les oeuvres ont été créées à partir de bombes de capsules de protoxyde d’azote recueillies par les artistes en début sur les promenades dans les rues à proximité de leur domicile.
Ce gaz provoque l’euphorie, hallucinations et le rire involontaire.


Gilbert & George – Astro star (2013) 254 x 453 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Astro montre une femme musulmane portant le niqab, le visage et le corps couvert. Elle est dupliquée et transformée en une image miroir d’elle-même. Entre les deux, un homme est le dos, vêtu d’un jean, son corps affreusement déformé, sa tête penchée. Les plis sur le jean de l’homme créent l’impression d’une araignée, qui rappelle les fissures de rues de la ville.


Gilbert & George – Sweet air (2013)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Avec en motif récurrent des bonbonnes métalliques figurant des bombes, alors qu’elles ne sont que des capsules de gaz hilarant utilisé autrefois comme anesthésique. Le protoxyde d’azote, également connu sous le nom de gaz hilarant ou “crack hippie”, est inhalé de produire l’euphorie, hallucinations, et le fou rire, qui semble en harmonie avec le ton de ce spectacle.
Voir d’autres oeuvres scapegoat of London

Ambiance un peu anxiogène pour la première fois.


Gilbert & George – Zeal (2013)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Autres oeuvres.

Exposition au musée de Monaco en 2014.


Gilbert & George – Body poppers (2013) 600 x 400 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres.

Provocateurs Gilbert & George le sont dans le choix des thèmes qu’ils traitent. Depuis les années 70 ils abordent toutes les problématiques sans tabou. Ils se disent les plus socialistes des artistes.
Les thématiques, devenues classiques, du corps dans ses représentations sociales y sont certes mais ils vont plus loin encore, parfois jusqu’à l’outrance ; les plus petits éléments moléculaires qui constituent l’urine, le sperme, le sang deviennent motifs à métamorphoses dans leurs grandes compositions et manipulations photographiques. La mort, les symboles religieux, la jeunesse vagabonde constituent également des thèmes qui les inspirent.
Vivant dans le même quartier londonien depuis des années, et bien qu’ayant une vie réglée au cordeau, Gilbert & George restent très en prise avec la société. Ils en stigmatisent les peurs et les préjugés.
C’est un art joyeux, provocateur et très positif.

Voir leur site.

Hermann Nitsch

Il naît à Vienne en 1938 à la période de l’Anschluss. Son pays a été ensuite occupé par les alliés jusqu’en 1950. Depuis, l’Autriche est devenue un pays neutre, très conservateur, où l’on ne parle pas de la période de la guerre.
Hermann Nitsch, est cofondateur du mouvement Actionnisme viennois et l’un des représentants les plus importants d’un courant qu’il continue à défendre aujourd’hui. Les autres protagonistes fédérateurs de ce groupe d’artistes viennois sont Günter Brus, Otto Mühl et Rudolf Schwarzkogler.
Ces jeunes intellectuels vont lutter contre l’hypocrisie de la société.
Ils ont été très actifs entre 1960 et 1971. Leur but était d’éveiller la conscience et en repoussant ce qui est acceptable. Impression que le corps est avili.
Hermann Nitsch est aujourd’hui reconnu dans son pays.
Il a acheté prés de Vienne le château de Prinzendorf, dans lequel il réalise des performances hallucinantes.
C’est une rencontre réelle entre les corps vivants des participants et le corps mort d’un animal.


Hermann Nitsch – Ritual architecture (1998)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Association de rites païens et de cérémonial religieux. En profanant le corps on purifie le corps social, la crucifixion est vue comme un rite de passage dont on ressort grandi.
Référence à la peinture gestuelle et à sa violence.
En 1998 la performance a duré six jours et six nuits.
Les performances sont filmées. Il renvoie au religieux, avec des violences symboliques.
Il convoque ses performeurs par voix de presse.

Ce qui l’intéresse c’est l’intensité de que l’on va éprouver.
Nitsch a longtemps exposé ses films dans son château. Les salles étaient appelées des stations.
Voir un commentaire.


Hermann Nitsch – Peinture
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Depuis quelques années il fait de la peinture. Il ajoute souvent des chasubles qui ont été utilisées par les performeurs.

Voir des images sur Flicker (Pierre Mondain-Monval)

Il a représenté l’Autriche a la FIAC, a la biennale de Venise en 1984.
En 2005 il a réalisé sa 122ème action, il a eu une reconnaissance du public et du théâtre. Il est a cheval entre le théâtre et les arts plastiques.
Il fait partie de ces artistes qui ont voulu symboliquement expier la violence de leurs pères.
Herman Nisch au musée d’art moderne de Saint Etienne

Voir interview d’Hermann Nitsch

Vladimir Velickovic né en 1935

Depuis 1966 vit et travaille a Paris. Il présente des hommes et des animaux confrontés a des situations violentes.
Son oeuvre rejoint l’idée de violence chez Bacon.
Il avait 6 ans en 1941, et il se souvient des violences de la guerre. Son pays a connu des problèmes avec les nationalités sous Tito.
Il souffre pour son pays où règne une violence permanente.
Voir sa page facebook.
Depuis 1970, il exploite les chronophotographies de Muybridge et ses personnages. L’homme qui marche.


Vladimir Velickovic – Homme qui marche (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dessin il a collé la photo de Muybridge.
Homme en mouvement.


Vladimir Velickovic – Homme qui court 196 x 144 cm (1974)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’homme n’a pas de tête. Personnage en peinture très sobre, fond noir.


Vladimir Velickovic – Homme qui chute
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Graphiquement en sautant le corps explose et se retrouve écartelé. Violence dans l’idée du saut.

Triptyques sur fond noir. Il indique le rythme du temps en bas.
Série des sauts et des poursuites années 80.

Il va introduire des animaux violents, rats, chiens,
Dessin de rat, Lévrier, Idée de viol, corps écartelé.