Cours du 2 mai 2011

Les hôtels particuliers et les bastides

Hôtel Boyer d’Aiguille. Il existe un grand nombre d’hôtels particuliers à Aix (résidence des parlementaires). Toute personne de la noblesse se devait d’avoir son hôtel particulier (en Italie on l’appelle palais). Différence entre les deux : Le palais italien est un bâtiment privé dans lequel la façade principale est sur la rue (grille aux fenêtres). L’hôtel particulier à la française est différent, c’est un palais entre cours et jardin. Portail à carrosses de l’hôtel Boyer d’Aiguille. C’est le modèle parisien depuis le XVIéme siècle (quartier du Marais).

Ce modèle est repris à Versailles, avec de nombreux hôtels particuliers, construits après la mort de Louis XIV. Certains parlementaires d’Aix allaient régulièrement à la cours et ont importé ce modèle à Aix. Ces influences et celles d’Avignon se combinent à Aix pour se diffuser ensuite à l’ensemble de la Provence. Marseille, Avignon, Salon de Provence, Lambesc, Pertuis, Arles.
L’hôtel Boyer d’Aiguille est resté inachevé. En 1692, ailes latérales inachevées, non décorées. Escalier intérieur, conçu comme un décors de théâtre. Ferronnerie très massive, avec des bagues (époque Louis XIV).
Façade principale avec des cannelages (ordre colossal) qui couvrent toute la hauteur (inventé par Michel Ange).

Hôtel de Valbelle (la sous préfecture). Escalier en pierre, pas de vide central (voir les gypseries). Escalier rampe sur rampe, pas très imposant. Décoration en stuc sous les escaliers.

Rue de l’opéra. Hôtel de Lestang-Parade. Date de 1654 dessiné par le peintre Jean Daret. Façade très sobre (influence du Jansénisme très présent à Aix à l’époque). Construit en 1650, cet hôtel comporte une disposition en U rare à Aix en Provence.

Hôtel de Grimaldi-Régusse. L’hôtel de Grimaldi-Régusse fut construit au XVIIe siècle pour Charles de Grimaldi-Régusse, président au Parlement. Le lieu a un double nom : Il cumule avec celui d’Hôtel de Saporta, qui fut le dernier propriétaire du lieu et grand collectionneur de fossiles.
Au XVIIIe siècle, la façade est redessinée par l’architecte aixois Laurent Vallon, qui a également reconstruit l’église de la Madeleine d’Aix en Provence.

Hôtel d’Estienne de St Jean. On retrouve le système de l’ordre colossal.

Hôtel de Chateaurenard magnifique escalier en trompe l’œil peint par Jean Daret.

Hôtel Maurel de Pontevès. (hôtel à l’italienne) Atlantes. Architecte Pierre Pavillon, parisien, construit également l’hôtel de ville. Premier hôtel en Provence à posséder des Atlantes (un peu disproportionnés par rapport au portail et au balcon. Marquage des angles du bâtiment par des refends (avec des statuts).

Hôtel d’Arbaud, Atlantes sculptés par Jean Claude Rambot.

Travail remarquable des ébénistes sur les portes (portes louis XV). Mascaron remarquable.

Aix les bastides en 1696. Château du seuil. Schéma type de la bastide. L’origine de la bastide provençale remonte à 1620. Pavillon de Cormisse (1618 – 1620).

Les bastides

Bastide de Bourgogne (Puyricard). Jardins, viviers, jardin des fraicheurs (jardin d’Alberta).

Pavillon de l’enfant. Bastide petit modèle très soignée surélevée d’un étage au XIXéme. Abrite l’Université de Droit, d’Economie et des Sciences. Ce pavillon a vraisemblablement été construit pour Simon Lenfant, trésorier général de France en 1674. Devant le pavillon s’ouvre un beau parc à fontaines adossées et bassins. La décoration intérieure est d’une richesse inaccoutumée pour une maison de campagne : cheminée et dessus de portes en plâtre d’amours et de fruits en grappes. Escalier tout en courbe, coupole-ovale décorée d’une fresque de Van Loo (1710). Du même Van Loo, une ” Assemblée des dieux ” peuple le plafond du salon du premier. La cheminée du salon a reçu le décor monumental de la cheminée de la Belle du Canet.

Pavillon de Trimont. Version la plus modeste de la bastide provençale. Gênoise à cinq niveau.
Construite vers 1700 par Louis de Thomassin de Mazaugues, conseiller au parlement de Provence. Sa fille, Anne, en se mariant avec Louis II de Trimond, apporta cette bastide, qui par la suite prit le nom de son nouveau possesseur : Trimond. Dans le salon, superbes gypseries, et mobilier d’époque. A l’extérieur, toit à la génoise, façade d’un seul étage à 4 fenêtres, porte fenêtre précédée d’un perron avec escalier à double révolution ; élégant parterre ordonné autour d’un bassin, portail d’entrée à 5 marches, et petit jardin anglais orné de vases.
Bastide de la Gaude.

La Mignarde. Intérieur remanié au XVIIéme. Radassière, canapé.

Pavillon Vendôme. Atlantes sculptés par J.C. Rambôt.

Aix Montjustin difficile à visiter. Tribune pour les musiciens, peinture en trompe l’œil.

Jardin d’Albertas. Piémontais originaire d’Albes en Italie. Négociants drapier au départ qui ont été anoblis par la suite. Le château était prévu au fond du parc, non réalisé après l’assassinat de jean Baptiste et la Révolution.

Château de Barbentane. Plantation des premiers platanes de Provence. Pierre Mignard architecte. Il possède tout son mobilier d’origine.
Marseille, début du XVII maison diamantée. Pierres taillées en pointe de diamant.

Marseille hôtel rue nationale (Atlantes).

Château Borrely à Marseille. Famille italienne. Chaix architecte

Avignon hôtel de Crillon. Décors sculpté autour des fenêtres.
hôtel de Villeneuve -Martignan. J.B. Franck, transparence de la partie centrale.

Château d’Entrecasteau. Modèle d’une gigantesque bastide.

Château de Sauvan.

Les limites géographiques des bastides de Provence. Au nord de Forcalquier. Porchère. Bastide de Mont Louis.

Cagnes-sur-mer château des Grimaldi. Style italien, trompe l’œil, cheminées, plafond.