Cours du 22 février 2016

Il a réalisé des sculptures (presque naïves) en bois peint qui reprennent les mêmes thèmes.


Jörg Immendorff – Notre chemin Sculpture (1980) 39 x 42 x 8 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1980 Notre chemin. Avec Penck, ils transportent une même toile.

Voir également Position


Jörg Immendorff – Naht soudure (porte de Brandebourg et questions sur le monde) (1980) 605 x 340 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sculpture monumentale
Naht soudure (porte de Brandebourg et questions sur le monde). Il s’inspire de la porte de Brandebourg à Berlin (symbole de la partition de l’Allemagne) avec cinq piliers qui supportent un entablement.
Sur la sculpture, l’entablement est recouvert de neige. Le socle est constitué par un aigle écrasé sur lequel sont gravés des inscriptions (Hurlement, conséquences, préparation).
– Le pilier de gauche représente l’autorité militaire.
– Le suivant, avec deux sentinelles est une tour de gué.
– Le troisième est une caricature du quadrige de la porte de Brandebourg (les chevaux s’entremêlent avec un portrait de Rosa Luxemburg).
– Le quatrième pilier est un pinceau géant, le dernier représente un aigle avec ses ailes déployées. Sur l’entablement il a disposé à plat l’aigle, la faucille et le marteau, ainsi qu’un tambour (clin d’oeil à Penck dont c’était l’instrument préféré).

Le café de Flore.

Série, café de Flore, inspirée par Ernest le rendez-vous des amis (1922).


Max Ernst – Le rendez-vous des amis (1922)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Max Ernst s’est représenté avec ses amis, mais aussi avec Raphaël, et Dostoïevski.


Jörg Immendorff – Readymade de l’histoire dans Café de Flore, avec Max, Otto et Ernst, (1987)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Readymade de l’histoire dans café de flore. Il parle de ses affinités artistiques.
Autoportrait du peintre avachi sur la table, Ernst Ludwig Kirchner le réconforte, Auto Dix fume, le serveur est Max Beckmann.
Un tableau bleu café Deutchland est accroché au dessus. Un camion déverse du vomi dans lequel se débattent des personnages.


Jörg Immendorff – Café de Flore (1988)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le peintre est le serveur. Kirchner est le personnage blond, on retrouve Dix et Beckmann. Duchamp fume à gauche Beuys lui allume son cigare. Sur la table, les dessins renvoient aux cours de Beuys à l’académie de Düsseldorf. Tableau de café Deutchland accroché au mur.


Jörg Immendorff – Café de Flore (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

On voit Beuys avec son violoncelle, à côté de Duchamp, derrière des figures d’échec.

Voir également la Rédemption de Duchamp (1988).

Le peintre en tant que toile. Il imagine que Max Ernst fait son portrait en peignant son visage.


Jörg Immendorff – Le vase de Manzoni (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Visage d’un personnage qui verse une larme qui se transforme en excrément humain.
Il multiplie les clins d’oeil la boite de Manzoni, le bouquet de tulipes, le coquetier…

Cuisine d’un restaurant (en lévitation) le peintre est endormi à côté d’un violoncelle de Beuys. Deux personnages tirent un rideau rouge et dévoilent des spectateurs. L’idée que la peinture doit être une nourriture.

M. Duchamp à table dans un restaurant où se trouve une femme nue. Entre eux un personnage déguisé (Méphisto ou magicien ?) s’adresse aux deux. Allusion à la performance de Duchamp au musée de Pasadena en 1963.


Jörg Immendorff – Manteau de nuit (1988)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Manteau de nuit 1988. L’artiste est sur scène, il tient une toile avec sa main, il se penche pour saluer le public, mais sa tête est entre ses jambes, il nous regarde, le pied gauche dans la neige. Un autre personnage fait de l’équilibre.

Gyntiana, naissance de l’homme oignon (1992). Scène d’accouchement avec de nombreux personnages, tulipes au premier plan, un personnage cultive la terre. La femme accouche d’un oignon. Nous sommes fait de multiples couches d’influence culturelles et artistiques.
D’après l’artiste, le titre de Gyntiana fait allusion à “un pays imaginaire que chacun doit fertiliser pour soi“.


Jörg Immendorff – Café de Flore (1991)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tous les pesonnages tiennent une image d’un personnage qui les influence le plus.
Détail des personnages. Traitement intéressant, très vigoureux.


Détail des personnages

Jörg Immendorff – Café de Flore (1995)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le style a évolué, plus ensoleillé, couleurs plus gaies, proche de Chagall, naïf. On reconnait Beuys avec son chapeau et son gilet, il balaye, Penck est sur un vélo…


Jörg Immendorff – Balayer l’aigle (1992)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Beuys balaye un aigle écrasé. Référence action de Beuys à Berlin en 1972. Il avait assisté à une manifestation pro communiste, un balai à la main.

Il dialogue avec Duchamp avec un vélo sans sa roue.


Jörg Immendorff – André, la longue marche vers l’aigle (1992)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1992 André Breton la longue marche vers l’aigle. Il puisait une énorme énergie dans la travail des surréalistes. Immerdorff est devenu un insecte.


Jörg Immendorff – Tribunal surréaliste (1998)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tribunal surréaliste. Deux personnages transformés, sont allongés sur un lit par la fenêtre on distingue une mappemonde avec des personnages allégoriques tout autour. Reproduction d’une gravure du XVIéme siècle de Jacques de Gheyn, montrant les vices et les vertus des hommes dans le monde.

Son style évolue encore en 1995.


Jörg Immendorff – The comics muse width Pug (1995) 2 fois 250 x 220 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

The comics muse width Pug (1995). Inspiré de W. Hogarth. La partie gauche, il s’inspire de la Muse de la comédie de Hogarth.
La partie droite représente un ange de la mort avec une faux qui transperce le tableau, il s’inspire d’un portrait de Hogarth, avec son chien.
Travail par hachures et ton sur ton.


Jörg Immendorff – Weltenwald (1997-99) 210 x 500 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Weltenwald. Forêts sombre, inquiétante, dans le miroir on voit l’atelier de l’artiste. On distingue la silhouette de l’artiste qui s’éloigne entre les arbres.

Une gravité progressive s’installe dans son oeuvre à partir des années 90. On le voit dans l’évolution de ses autoportraits.


Jörg Immendorff – Pensée de peintre (1992)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Autoportrait, pensée de peintre. Il est un prestidigitateur. Il va faire son tour avec ses pinceaux. Présence d’une bougie symbole de la sagesse.


Jörg Immendorff – Le roi des fous (1996)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le roi des fous (1996). Visage enfariné, le roi est en baskets et en jean. Sa cape est remplie de personnages.


Jörg Immendorff – Le roi des fous (1996)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il fait son numéro de clown sur scène (en costume de femme) avec les musiciens dans la fosse. Les personnages sont des personnages du passé empruntés à Hogarth remarquez la position de la femme au premier plan à droite.

Voir quelques œuvres de Jörg Immerdorff (galerie Saatchy Londres).