Conférence du 2 avril 2019


Marcel Breuer – Fauteuil Wassili (1925) 79 x 72 x 77 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il crée en 1925 le fauteuil Wassili très célèbre, qui utilise pour la première fois un piétement d’acier. Ici la femme de Walter Gropius pose avec un masque d’Oskar Schlemmer dans le fauteuil Wassili. Voir un commentaire sur le fauteuil Wassily.

Peter Keler rejoint le Bauhaus de Weimar en 1921 où il étudie sous la direction d’Oskar Schlemmer et de Vassily Kandinsky. Il conçoit durant ses années à Weimar les décors du bureau de Walter Gropius, directeur du Bauhaus, ainsi qu’un jeu d’échecs aux figures très design, qui est aujourd’hui réédité.


Peter Keler – Berceau (1922) 91 x 98 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans l’atelier bois il a également produit un berceau en 1922 en bois et cannage dont la la forme doit beaucoup à Kandinsky

Marianne Brandt est une autre élève très douée de l’atelier métal, qui a signé de luxueux services d’argenterie aux formes très épurées.


Marianne Brandt – Service à café et à thé (1924)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Elle a également créé une lampe de bureau iconique. On le voit, les élèves apprennent, mais aussi créent des prototypes d’objets.

Voir un commentaire sur Marianne Brandt.

Dans l’atelier de céramique d’autres objets d’usage domestiques beaux simples utiles, voir quelques objets.

Gunta Stölzl est une élève très douée de l’atelier de tissage. Elle crée des pièces superbes inspiré des peintures abstraites en mêlant différentes matières.


Gunta Stölzl – Tapisserie à fente rouge-verte (1927)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il y a une richesse extrême, c’est inhabituel. Contrastes des primaires et des complémentaires : rouge /vert, vert /orange, bleu / jaune.

Ses créations habillent certaines pièces de mobilier comme ici la chaise romantique africaine de Marcel Breuer (1921) ainsi qu’une autre chaise (1922) de Breuer.

Voir d’autres oeuvres de Gunta Stölzl.

L’atelier de typographie et d’imprimerie conçoit des affiches, des logos, des couvertures de publication avec des recherches typographique simples, rejetant le gothique si longtemps utilisé en Allemagne.

Laszlo Moholy-Nagy hongrois, peintre et photographe, a remplacé Itten, c’est lui qui a repris le cours préliminaire. C’est un artiste polyvalent extrêmement ouvert qui a imaginé des tableaux téléphonique dont les instructions claires permettent à l’artiste de s’adresser directement à un imprimeur pour réaliser son projet.


Laszlo Moholy-Nagy – Composition A19 (1927) Los Angeles County Museum of Art
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1925, il publie un important livre théorique Peinture, Photographie, Film. Lorsque le Bauhaus s’installe à Dessau, il dirige la revue de l’école. Il forge le terme de photogramme pour les « photos sans appareil », technique qu’il développe, et fait évoluer, en même temps que Man Ray (et sans le connaître).


Laszlo Moholy-Nagy – Photogrammes (1925) 23,9 x 17,9 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres photogrammes de Laszlo Moholy-Nagy

Le voilà entouré des élèves de l’atelier métal au Bauhaus.

Voir un commentaire sur Laszlo Moholy-Nagy (Les lettres françaises)

La vie des élèves et des enseignants était rythmée par les fêtes. Fête des solstices, anniversaires des professeurs, qui stimulaient la créativité de tous, en matière de masques, et de costumes.
Chaque année, il y avait quatre soirées «officielles», élaborées par Oskar Schlemmer (responsable des ateliers de théâtre); des bals masqués mensuels, pour lesquels les étudiants confectionnaient leurs propres costumes, souvent scandaleux, avec de la musique du groupe de jazz du Bauhaus

En 1923 pendant l’été une grande exposition eu lieu à laquelle au participe et les architectes Van der Rohe, Le Corbusier Frank Lloyd Wright. À cette occasion la maison prototype a été construite la Hans am Horn (maison du monde) conçue par Georg Muche dont l’aménagement intérieur est entièrement signé par les élèves du Bauhaus avec le mobilier de Marcel Breuer.

En 1924 les élections à Weimar sont favorables aux conservateurs et aux extrémistes de droite qui réclament la fermeture de l’école. La subvention qui était accordée à l’école est divisée par trois, on se méfie des idées d’avant-garde et de tendance communiste.

2 – Le Bauhaus à Dessau (1925-1932)

Les maîtres décident la dissolution du Bauhaus de Weimar et plusieurs villes d’Allemagne proposent de l’accueillir. Le choix se porte sur Dessau, en particulier parce que c’est une ville industrielle, qui manque de logements. La construction du bâtiment se déroule entre 1925 et 1926. Il est signé Walter Gropius et tous les aménagements intérieurs sont réalisés par les ateliers du Bauhaus.


Bâtiments du Bauhaus à Dessau
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’école se compose d’un ensemble de bâtiments tantôt horizontaux tantôt verticaux, chacun étant dédié à un usage particulier, et relié aux autres par des « passerelles ». Les murs ne sont pas porteurs : une trame de poteaux structure et porte l’ensemble. Les murs ont pour seule fonction de s’ouvrir à la lumière : une verrière totale pour l’école d’architecture, c’est plus ou moins enfermé, pour les autres bâtiments. Pas de décoration, tout se veut rationnel, tout jusqu’au poignée de porte… Dans les « passerelles » on trouve le réfectoire, la salle de spectacle.

Inauguré par une grande fête en présence de plus de mille invités, le bâtiment est présent dans de nombreuses photos, et de nombreux photomontages qui montrent que les élèves en sont très fiers.


Bauhaus élèves sur une terrasse
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les élèves sur une terrasse de leur bâtiment d’hébergement.

Un déjeuner sur la terrasse du réfectoire.

En 1926 extension de la Prellerhaus (logements des étudiants, studios de 20 m2).

Le Bauhaus de Dessau.

Parallèlement Gropius a construit une maison pour lui-même et sa famille et 3 maisons pour les maîtres.


Le Bauhaus de Dessau

Voir les maisons des maîtres au Bauhaus.

Gropius est chargé de la construction d’un lotissement ouvrier la cité Torten pour laquelle il expérimente la production d’éléments standardisés avec 314 maisons individuelles construites sur deux étages avec un jardin.

Au Bauhaus de Dessau, tous les « maîtres » ont suivi à l’exception de Gerhard Marcks (le sculpteur).

Josef Albers est chargé du cours préliminaire. C’est un ancien élève de Johannes Itten et comme Itten, il s’est intéressée à Weimar au travail du verre coloré.


Joseph Albers – Verres colorés (1922)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Cette grille de 1922 a été réalisée à partir d’éclats de verre de récupération et de fonds de bouteilles montés sur une grille métallique. Il a réalisé également un vitrail pour le bureau de Gropius.

En 1928, il a réalisé des projets de tableaux de verre : dans l’eau.
cathédrale c’est du verre opaque passé aux Sables. Mais il est également un bon photographe triple portrait de Paul Klee. Il réalise les vitraux du Bauhaus.


Joseph Albers – Vitraux du Bauhaus (1926)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il conçoit également des meubles voir un fauteuil il a une vraie prédilection pour le carré et la table gigogne.

Et surtout il va se révéler un enseignant hors pair. De nombreux témoignages de ses étudiants racontent comment il oblige chacun à se confronter à une consigne à partir de tel ou tel matériau, puis tirer enseignement de la confrontation des réponses individuelles : Albert a inventé la didactique de l’art qui prévaut aujourd’hui dans les ateliers.

En 1925, il épouse Anni Fleischmann, élève de l’atelier tissage.

Marcel Breuer a été promu jeune maître bois et métal.
Sur une photo intitulé Marcel Breuer et son harem on constate que les trois étudiantes ont plutôt des looks de rebelles.
Poursuivant ses recherches sur les sièges à piétement métallique, il crée des prototypes à succès de chaises avec des assises et dossiers en cannage, en tissu, ou en cuir, ainsi qu’une table basse à deux niveaux.


Marcel Breuer – Table basse Laccio
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tous les meubles de Breuer sont réédités aujourd’hui et figurent dans le catalogue Knoll.

L’atelier de tissage fonctionna à l’origine sous la direction du peintre Georg Muche et de la tisserande Hélène Börner. Après leur départ, en 1927, Gunta Stölzl est nommée « jeune maître » et dirige l’atelier pendant quatre ans.


Portrait de groupe des tisserandes dans leur atelier du Bauhaus, en 1928
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sur la photo, elle est à droite avec ses élèves, on voit une femme discrète en bas, c’est Anni Albers, qui est une de ses élèves.
Voir d’autres oeuvres d’Anni Albers.

Voir les filles du Bauhaus.

Sur une autre photo on voit des jeunes filles de l’atelier de tissage dans l’escalier du Bauhaus. C’est à partir de cette image que Oscar schlemer a peint L’Escalier du Bauhaus (1932).

Remise des diplômes à l’atelier tissage (1930).

Herbert Bayer né en 1900, il est entré au Bauhaus de Weimar en 1921. Il assure la direction de l’atelier d’imprimerie de Dessau de 1925 à 1928. Il réalise toutes les affiches pour l’école qui, maintenant, est invitée à de nombreuses manifestations hors-les-murs. Bayer est connu aussi pour sa pratique surréaliste de la photographie et du photomontage. (les années 1924-30 sont celles du surréalisme en France)


Herbert Bayer – Kandinsky à partir de 60 ans (1926) 48,3 x 63,5 cm MoMA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres de Herbert Bayer.

Hinnerk Scheper qui est entré au Bauhaus de Weimar en 1919 à l’âge de vingt-deux ans, devient à Dessau, jeune maître de l’atelier de peinture murale. Il ne fait pas de la peinture décorative mais cherche a introduire dans l’architecture des couleurs pour agrémenter les espaces. Travail aussi sur la conception de papiers peints unis à texture qui seront largement diffusées.


Hinnerk Scheper – Design de couleur pour l’appartement F du bâtiment Narkomfin, Moscou, 1929
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir une collection de papiers peints (inspirée par le Bauhaus).

Joost Schmidt a été l’élève le plus brillant de l’atelier de sculpture de Weimar et a créé le décor sculpté de la Maison Sommerfeld en 1921, ainsi que des bas-reliefs pour l’exposition de 1923. Il prend donc la direction de ce même atelier à Dessau. Il a réalisé la couverture des albums de papier peint et, de nombreuses affiches.


Joost Schmidt – Affiche pour l’exposition du Bauhaus de 1923 à Weimar
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans son atelier les élèves expérimentent des constructions cinétiques lumineuses, qui constituent un élargissement considérable du concept de sculpture en direction de l’immatériel.

Au même moment, Laszlo Moholy-Nagy met au point à Dessau le modulateur Espace Lumière


Laszlo Moholy-Nagy – Modulateur espace lunière

C’est une œuvre culte qui préfigure l’art cinétique. Avec ses surfaces métalliques trouées, des lumières, des miroirs, un moteur, cette structure pivotante module en effet l’espace, avec des ombres portées changeantes.

Grâce à la connaissance de Lucia Schultz, photographe de talent, avec lequel il s’est marié en 1922, il a découvert la photographie en tant que nouveau support artistique. Par ailleurs Moholy-Nagy réalise des photos en vue plongeante


Laszlo Moholy-Nagy
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également :
Tour de la radio à Berlin 1926.
Poupée sur le balcon 1926-1927 ou en contre-plongée
Femme sur une échelle et des photos montage graphique et dynamique.

Voir d’autres photos de Laszlo Moholy-Nagy.

Oskar Schlemmer connaît un énorme succès avec sa classe de scène qui est demandée pour des tournées à l’étranger.


Danse des bâtons

La danse des bâtons se relie aisément aux compositions des photomontages, et aux œuvres de Kandinsky. Celui-ci vient de publier, Point ligne et plan.

Au début de l’année 1928 Walter Gropius annonce sa démission de l’école, il veut désormais se consacrer davantage à l’architecture. C’est Hannes Meyer qu’il désigne comme son successeur (Moholy-Nagy et Breuer quittent l’école). Kandinsky devient directeur adjoint. Meyer réforme l’enseignement, il demande aux ateliers d’être plus rentables et de répondre à des besoins populaires. Parallèlement il démocratise l’accès à l’école, et augmente le nombre d’élèves. Dans son enseignement Meyer fait référence aux idées du constructivisme russe. Meyer qui fut orphelin très jeune et élevé dans un foyer a développé peu à peu des convictions communistes. Dans le vocabulaire de l’école il introduit les mots « peuple » et « paysage » (dont dit-il, il faut toujours tenir compte).
Il remplace le cours préliminaire trop artistique, par un cours de psychomorphologie, de sociologie, et d’économie sociale.


Hannes Meyer et Hans Wittwer – Ecole fédérale de l’ADGB à Bernau (1928-30)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Entre 1928 et 1930 il construit l’école fédérale de Bernau (une école d’apprentis) fonctionnelle est ouverte sur la nature. Voir un commentaire.