Cours du 26 mars 2018

Marc Desgrandchamps et Guilia Andreani

Sommaire : Marc Desgrandchamps et Guilia Andreani

Marc Desgrandchamps est né en 1960 à Sallanches. Il a fait l’école des beaux arts à Paris où il a connu Vincent Corpet. Au début, ils ont exposé ensemble. Il vit et travaille aujourd’hui comme peintre et graveur à Lyon, il fait parti des artistes contemporains français actuels reconnus.

Dans les années 80 il est intéressé par Picasso, Malevitch et la figure féminine.


Marc Desgrandchamps – Judith et Holopherne (1986) huile sur toile 150,5 x 118,5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Judith et Holopherme 1985, thème artistique classique, qui est ici traité sans violence. On a l’impression que c’est plutôt un prétexte pour rapprocher deux portraits. Cadrage très serré, il est proche de Fernand Léger.


Marc Desgrandchamps – En boite (1985) huile sur toile 173 x 236 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Atmosphère de boite de nuit. Il occupe tout le format avec de grandes figures.
Voir un commentaire.


Marc Desgrandchamps – Homère (1987) huile sur toile 162 x 130 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1987) huile sur toile 173 x 236 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sans titre( 1987). Il représente un musicien, et la femme en rouge a le même mouvement du bras que les demoiselles d’Avignon.

Visite de l’atelier de Marc Desgrandchamps.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1988) huile sur toile, 162 x 97 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Thème des baigneurs. Serviette de plage pour créer un contraste coloré. Fond très épuré.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1990) huile sur toile 193 x 130 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Parfois ses personnages rappellent ceux de Malevitch.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1993) diptyque. 205 x 280 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Figures inexpressives, toujours monumentalisées parce qu’elles occupent toute la hauteur du tableau, avec un cadrage très serré.

Ce qui a fait sa célébrité c’est lorsqu’il a commencé à ouvrir complètement le paysage dans de très grands formats, qui jouent comme des fenêtres tant la profondeur de champs est importante.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1991) huile sur toile 162.56 x 129.54 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il garde le thème du bord de mer et des baigneurs.


Marc Desgrandchamps – Les effigies (1995) Huile sur toile, diptyque. 205 x 280 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1995 diptyque deux têtes d’animaux sur deux piliers, à l’arrière plan un paysage avec au loin un cheval de Troie. Inspiration un peu surréaliste.
Il a réalisé de fréquents séjour en Italie et il s’est intéressé à Chirico.

Voir un commentaire.

Il trouve son langage en accumulant des touches transparentes de peinture avec des effets de surimpression.

Il réalise sa première exposition personnelle à la galerie Zürcher en 1995.
Il expose ensuite dans plusieurs pays.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (1995) Huile sur toile 205 x 280 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a d’abord traité un paysage avec une grande profondeur de champs, il a attendu qu’il sèche. Sur ce fond de paysage très réaliste, il installe des figures (ici un cheval) fragmentées, divers fragments d’objets et des personnages, qui apparaissent en transparence en laissant apparaître le paysage derrière. Ces figures sont-elles en cours d’apparition ou de disparition ?


Marc Desgrandchamps – Sans titre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Parasol à la plage. Jeu des coulures, effets de fluidité.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2004) Huile sur toile triptyque 200 × 450 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Canot triptyque.


Marc Desgrandchamps – Sans titre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Femme qui sort de l’eau grande profondeur de champs.

Voir également Sans titre silhouettes de femmes sur la plage.

Depuis très longtemps, aucun peintre n’avait renoué avec la perspective inventée par Alberti. Le tableau redevient une « fenêtre sur le monde ».
Nécessité de créer l’illusion d’un espace (fictif). Toute la modernité avait renoncé à cette façon de peindre. Marc Desgrandchamps travaille à partir de photographies et c’est une attitude contemporaine. Il renoue avec une vieille tradition de peinture illusionniste. C’est sans doute pour cette raison qu’il a intéressé le monde de l’art.

Différence d’échelle entre la figure du premier plan et les personnages derrière.

Caractère un peu cinématographique et partir de 2000, il représente des scènes plus urbaines.


Marc Desgrandchamps – Sans titre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Avec une figuration qui se dissout plus ou moins. Il représente un monde à fois vivant, familier et au bord de la disparition. Les tons chauds sont plus rares.


Marc Desgrandchamps – Sans titre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

une des rares fois où il représente un personnage en lévitation au dessus d’un paysage.

Période oiseaux et d’éoliennes :

Voir également :
Sans titre (2016) Cheval avec des fragments de jambes d’un homme.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2005) Huile sur toile triptyque 200 × 450 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2005) Huile sur toile triptyque 200 × 450 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

3 femmes qui marchent.
Voir l’exposition fragments d’un modernisme aléatoire (2010)

Sans titre, Muret sur lequel sèchent des serviettes de bain.

A partir de 2015 il travaille avec la galerie Lelong. Il y réalise une exposition « Soudain, hier ».


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2005) Huile sur toile triptyque 200 × 450 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

De plus en plus souvent il remplace les coulures par des lignes abstraites.

Voir également :
Sans titre (2010) Arbre avec serviette accrochée.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2005) Huile sur toile triptyque 200 × 450 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il représente également des figures antiques.

Les taches perturbent quelque fois la lecture du tableau

Voir également Sans titre (2015) Gouache sur papier marouflé sur toile 200 x 150 cm.


Marc Desgrandchamps – Sans titre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Femme avec arc.

Thème des rideaux aux fenêtres il veut faire sentir le mouvement de l’air dans sa peinture.


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2015) diptyque 162 × 228 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il aime bien représenter le vent à travers les serviettes de plage, les éoliennes, les rideaux.


Marc Desgrandchamps – « Ombres Blanches »

Toiles récentes


Marc Desgrandchamps – Sans titre (2016)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir également Roland Garros (2016) et un autre sans titre (2016).

Voir l’exposition « Soudain hier »

Il fait également des estampes.


Marc Desgrandchamps – Terrasse II (2010) Lithographie
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il réalise des gravures sur bois pour réaliser un « livre d’artiste » FRAGMENTS, avec des textes sur l’art de Pline l’ancien.


Une double page de Fragments, lithographies de Marc Desgrandchamps avec texte de Pline l’Ancien, éditions Michael Woolworth, (2014)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres œuvres de Desgrandchamps

Ecouter :

Marc Desgrandchamps sur France culture

La peinture de Marc Desgrandchamps ouvre de larges fenêtres sur des scènes qui sont à la foi familières et étranges. C’est la matière même de la peinture qui crée les images et qui les dissous. Elle fait naître et disparaître des figures dans un effet de ruissellement général tout en révélant des moments futiles du quotidien. Aucune tension, impression que la toile est pour lui une surface sur laquelle s’enregistrent des images qui appartiennent à des souvenirs universels et c’est ainsi qu’il rencontre son public.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.