Cours du 13 mars 2018


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 132 x 127 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« La Toilette de Frédéric Bazille« , « revisitée » en « Fuck maîtres » par Vincent Corpet.

Vincent Corpet a été invité au musée Ingres à Montauban où il réinterprète des œuvres d’Ingres. Exposition Vit au long d’Ingres.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 132 x 127 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jésus remettant à saint Pierre les clés du Paradis de Ingres. Il le refait à la même échelle en noir et blanc et il garde le mouvement du Christ qui lui fait penser à la statue de la Liberté.
C’est un travail sur les formes au mépris de la signification de l’oeuvre.

Il utilise des jeux de mots lacaniens, pour lui l’Eglise est une secte jeu de mot secte et insecte.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A partir de « Roger délivrant Angélique » de Ingres. C’est un récit chevaleresque inspiré de Orlando furioso. Angélique est enchaînée dans une grotte où elle est livrée à un monstre marin. Roger, conduisant un hippogriffe va tuer le monstre et la délivrer. Corpet a représenté Angélique, la tête de Roger fait parti d’un personnage qu’il a inventé, le monstre dans un personnage inventé dont le corps est fait d’écume. Le squelette est inspiré par les ailes de l’hippogriffe. Il a ajouté des empreintes de pieds et de mains (côté pariétal).


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A partir de « L’énigme du sphinx » du Louvre. Ici il a utilisé un autre procédé, la silhouette d’œdipe a été reproduite plusieurs fois enchevêtrée par surimpression, et il a conservé des bribes du tableau de Ingres, qui sont devenues des oiseaux de proie. Le bleu du fond est un peu translucide et on aperçoit par transparence, le travail derrière.


Vincent Corpet au musée de Montauban

Vincent Corpet dans le musée de Montauban expliquant sa démarche au public.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A partir du bain turc de Ingres. Il a tout d’abord dégagé un grand crâne général, qu’il a ensuite métamorphosé en origine du monde de Courbet, en partant de l’idée que le cercle inscrit dans le carré est comme le trou de serrure d’un voyeur, et que les deux tableaux ont appartenu au même collectionneur. Les deux tableaux ont en effet appartenu à Khalil-Bey

Au musée du Louvre, il a été autorisé à venir travailler sur 25 chefs d’œuvres, dont la mort de Sardanapale de Delacroix.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 392 x 496 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« La mort de Sardanapale » de Eugène Delacroix, revisitée par Vincent Corpet. Il reproduit tout d’abord le tableau au sol, à la même échelle en grisée, puis il le termine dans son atelier. Le tableau est transformé en danse macabre, avec une coulée de rouge. Il a ajouté des crânes, avec des yeux énormes. Il a dit : « J’ai commencé à dessiner un œil sur un crâne, puis j’ai décidé d’en faire d’autres un peu partout et c’est devenu une scène macabre« . Il a achevé l’oeuvre devant le public entre le 5 et le 14 juillet 2014. La majeure partie du tableau de Delacroix a disparu, quelques éléments sont conservés, beaucoup de rouge.
Voir un commentaire (le Point).

Il n’utilise pas de blanc il travaille uniquement en noir puis avec de l’essence de térébenthine et un chiffon, il éclaircit la toile. Il gratte également avec un cutter pour obtenir d’autres formes. Il ajoute ensuite une couleur sur certaines parties, puis des lettres ou des mots.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 119 x 165 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le Titien – la Vénus d’Urbino, « revisitée » en « Fuck maîtres » par Vincent Corpet. Sa Vénus reste en grisaille.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 215 x 217 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les ambassadeurs de Holbein « , « revisités » en « Fuck maîtres« . Il a gardé l’anamorphose, les ambassadeurs sont accoudés sur rien. Il a écrit « Pouvoir ».


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 224 x 210 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

P. Rubens l’enlèvement des filles de Leucippe, « revisitées » par Vincent Corpet.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 129 x 149 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

G. Courbet – « Bonjour monsieur Courbet« , « revisitée » en « Fuck maîtres » par Vincent Corpet. Il a gardé Courbet, le serviteur et a le commanditaire a presque disparu dans un cercle.


Vincent Corpet – Fuck maîtres (2009 – 2012) 129 x 149 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Picasso Les demoiselles d’Avignon, « revisitées » par Vincent Corpet

Voir également :
R. Lichenstein, « revisité » par Vincent Corpet
A. Warhol, « revisité » par Vincent Corpet, voir également.
J.M. Basquiat, « revisité » par Vincent Corpet. On peut voir « je pèse mes mots« .

Voir d’autres « fuck maîtres »


Vincent Corpet – Sans titre (2016)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Depuis 2016 ses interventions colorées sur des grisailles s’organisent géométriquement, en révélant ainsi des images étranges dans lesquelles co existent de la figuration en grisaille et de l’abstraction géométrique. Ce qui confirme encore davantage qu’auparavant qu’il ne s’intéresse qu’aux formes qui font image et non à celles qui font sens.
Voir également.

Voir une exposition de 2017

Il a déclaré : « Globalement un artiste n’a rien à dire, mais il le sait ! »

Interview de Vincent Corpet (Dans l’atelier de Vincent Corpet).

Voir d’autres films sur Vincent Corpet

Il a construit toute sa démarche sur le rejet de la culture. Il dit qu’il déplore la volonté de toutes les institutions de transformer l’art en culture. Pour lui un artiste est quelqu’un de libre et complètement inutile dans la société, voir quelqu’un de dérangeant alors que dès que l’on fait de la « culture » cela devient rentable. Il a construit sa démarche sur la volonté de débarrasser la peinture tiré de tous les savoirs qui s’y rattachent. Sa virtuosité de dessinateur peut ainsi s’exprimer dans un contexte artistique alors que bien souvent, beaucoup d’artistes se privent de la virtuosité parce qu’ils veulent à tout prix apporter une dimension conceptuelle à leur travail, alors que Corpet veut être libre de faire ce pourquoi il est très doué.
Deux expériences ont été pour lui fondatrices :
– Lorsqu’il était étudiant aux beaux arts, il dit avoir fait une visite dans grande galerie du Louvre, et il a constaté qu’il ne s’arrêtait que devant les chefs d’œuvres dont il avait des connaissances.
– Il a fait parti des artistes invités par le comité national d’études sur la grotte Chauvet. Cette expérience l’a probablement conforté sur le fait que des hommes de la préhistoire, sans culture sont capables d’une expression artistique forte.
Il fait parti de ces artistes contemporains qui continuent à faire de la peinture, comme Garouste, et Barcello.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.