Cours du 8 janvier 2018


Olafur Eliasson – Starbrick (2009)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Starbrick 2009 (brique d’étoile) première réalisation vendue. Éléments en polycarbonate conçus dans son atelier. Expérience de modulation de la lumière et de l’espace. Les starbricks peuvent s’assembler pour former des murs, des plafonds suspendus, des éléments de décoration.
Il déclare : « Il ne s’agit pas seulement de décorer le monde, mais de prendre des responsabilités« .
Voir d’autres images.

Il crée un orphelinat en Éthiopie. Le lancement de Little sun procure de la lumière à des populations africaines avec une petite lampe solaire. Ces lampes peuvent produire 4 h d’éclairage. Il a formé en Afrique des vendeurs qui ont vendus 200 000 lampes, soit une réduction de 6 300 tonnes de CO2.
Le projet est aussi relayé par les boutiques de grands musées, et des grands magasins.

En 2012 il présente l’exposition Innen stadt aussen (ressentez votre ville), qui comprend plusieurs installations : Vaste tunnel, brouillards coloriés, ombres colorées, vélos avec roues miroir, morceaux de bois dans les rues, pavillon de glace.


Olafur Eliasson: Innen Stadt Aussen (2010) Berlin

Voir un commentaire.
Voir d’autres images.


Olafur Eliasson – Riverbed (2014) Humlebæk, Danemark
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 2014 Riverbed (lit d’une rivière) installation in situ qui reconstitue le lit d’une rivière. La rivière va progressivement disparaître, évocation du réchauffement climatique.

Voir d’autres images.

Exposition contact Vuitton 2014

Voir une rencontre autour d’Olafur Eliasson (Fondation Vuitton).


Olafur Eliasson – Inside the horizon, (2014) – Fondation Louis Vuitton, Paris

Voir un commentaire.

Voir interview d’Olafur Eliason (Le Figaro).


Olafur Eliasson – Ice watch (2015) Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ice watch Paris 2015 (horloge de glace). A l’occasion de la COP 21, il dépose 12 blocs de glace provenant de glaciers Groenlandais devant le Panthéon. Les blocs représentent les chiffres du cadran d’une horloge, c’est encore une sensibilisation sur le réchauffement climatique. L’installation a duré 5 jours, avant la fonte de la glace.
Voir un commentaire (Le Figaro)

En 2016 il est invité à Versailles soleil et miroir.


Olafur Eliasson à Versailles 2016

Voir Olafur Eliasson à Versailles (Cascade, bosquet de la colonnade, Bosquet de l’étoile).

Voir un commentaire.
Salon d’Hercule miroir dans les fente especially much mur recouvert de miroir recovery de miroirs

Your sense of Unity (2016) (Votre sens de l’unité).
Deep mirror évoque l’éclipse de soleil.
Solar compression Salle des gardes du roi. Miroir circulaire.
The gaze of Versailles.
Dehors tryptique écolo
Glacial rock flour garden (Jardin de farine de roche, moraine glaciaire). Terre fendillée. Il milite pour fertiliser des sols avec de la moraine glaciaire.
Fog assembly construction en acier qui dessine un voile de brume.
Waterfall cascade de 40 m de haut
Il dit : « A Versailles j’ai rêvé d’un lieu qui responsabilise chacun, qui incite les visiteurs à prendre le contrôle de leurs expériences, au lieu d’être en simples consomateurs éblouis par sa grandeur« .
Critiques élogieuses : A Versailles l’exploit d’Olafur Eliasson a été de ressusciter les traditions avec des interventions qui sont à la fois des tours de magie et des sources d’interrogation. Un monde merveilleux, mais en même temps humain et écologique. (Frank Claustrat).


Olafur Eliasson – Green light (2016-2017)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Green light 2016-2017
L’objectif est de créer des lampes faites de matière plastique recyclée qui une fois assemblés prennent la forme d’un diamant. Il crée un atelier artistique plateforme d’apprentissage de la diversité il invite des immigrés des étudiants du public.
Voir le site de Olafur Eliasson

Olafur Eliasson déclare : « La créativité est une étonnante boîte à idées pour repenser le monde. Idéalement, il devrait y avoir des artistes dans les parlements et des politiciens dans les écoles d’art« . Il enseigne à l’université des arts de Berlin et aussi à l’école d’art et de design d’Addis-Abéba en Ethiopie.

Conclusion
Olafur Eliasson est un véritable maître des mirages car, il peut créer des couchers de soleil, des brouillards, des cascades ect.. qui visent à accroître notre expérience du réel en associant à l’art les sciences et les phénomènes naturels pour créer des expériences multi-sensorielles. Mais en même temps, c’est un artiste visiblement impliqué dans la réalité sociale et politique du monde et désireux de le rendre plus humaniste, c’est ce qui explique aussi qu’il soit très apprécié.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.