Cours du 16 octobre 2017

Visions surréalistes :
Coq sur une vache
– ou encore porcelets avec des ailes.

Citation de Damien Hirst : « En tant qu’artiste, je souhaite créer des œuvres devant lesquelles le public peut se poser, auxquelles il peut se comparer et qu’il doit ressentir. »

Parallèlement à cette série, il a d’autres obsessions. Celle des insectes.


Damien Hirst – Leukaemia (2003) 137,2 x 101,6 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a réalisé des monochromes noirs en couvrant la surface avec des mouches mortes. Voir un détail.


Damien Hirst – Colours 2008 Six toiles, chacune : 61 x 45,7 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Monochromes sur lequel se sont collés des papillons. Vendu 2,5 millions d’euros.
Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, Hirst a commencé à travailler sur une série de peintures inspirées par la vision de mouches collées sur des toiles apprêtées dans son studio de Brixton. En reprenant cette idée mais en voulant créer quelque chose de beau, Hirst a commencé à fixer les corps des papillons morts aux toiles peintes brillantes monochromes. L’année suivante, il intègre un certain nombre d’œuvres similaires dans «In and Out of Love» (1991). Décrivant leur effet visuel comme «l’horreur de la peinture brillante», le choix de la brillance du ménage fait partie intégrante des œuvres, conçues par Hirst pour «ressembler à un accident de peinture avec des papillons collés dessus».
Pour l’artiste, l’appel des papillons est créé en grande partie par l’apparition de la vie qu’ils conservent dans la mort. Les peintures monochromes sont le premier exemple de son utilisation des insectes, qui deviendront l’un de ses motifs les plus reconnaissables. Sur leur apparition répétée dans son travail, il explique: «Je pense plutôt que d’être personnel, il faut trouver des déclencheurs universels: tout le monde a peur du verre, tout le monde a peur des requins, tout le monde aime les papillons»


Damien Hirst – I feel love 1994 – 1995 213,4 x 213,4 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

I feel love 1994 – 1995 Je ressent de l’amour (1994-95) les toiles blanches sont parsemées de chrysalides et les papillons viennent se nourrir en présence des spectateurs.
Pour l’artiste, l’intérêt pour les papillons est du en grande partie à l’apparence de la vie qu’ils conservent dans la mort.

Il réalise des œuvres avec des ailes de papillons collées.
Les peintures du «Kaléidoscope» font référence au symbolisme spirituel du papillon, utilisé par les Grecs pour représenter Psyché, l’âme et dans l’imagerie chrétienne pour signifier la résurrection. Les œuvres rappellent et parfois même copient directement les vitraux («South Rose Window, Lincoln Cathedral» (2007) ou Doorways to the Kingdom of Heaven (2007). Leurs titres font souvent référence à l’iconographie chrétienne.


Damien Hirst – I Am Become Death, Shatterer of Worlds (2006) 213,4 x 533,4 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

I Am Become Death, Shatterer of Worlds – Je suis devenu la mort destructeur du monde (2006). Ce travail est l’une des plus grandes peintures « Kaléidoscope » du monde, mesurant plus de 2.10 x 5.3 m, il comprend plus de 2700 papillons. Son titre rappelle les paroles du physicien théoricien américain J. Robert Oppenheimer qui, en faisant exploser la première bombe atomique en 1945, a rappelé les paroles de la Bhagavad Gita, une partie du Mahabharata : «Je suis devenu la mort, l’éclatement des mondes »

L’obsession des médicaments.


Damien Hirst – The fragile truth (1997-1998) 250 x 368 x 28.5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

The fragile truth – La vérité fragile (1997-98). Grande armoire remplie de médicaments.

Il utilisera ensuite de faux médicaments.

En 2016 il a ouvert à Londres, un restaurant-pharmacie. Il expose ses installations dans les musées. Voir Pharmacy2.


Damien Hirst – Lullaby, the Seasons Spring (2002)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Lullaby, the Seasons Spring – Berceuse de printemps (2002) Vendue pour 19.2 millions de dollars.

Voir un commentaire de Damien Hirst sur les médicaments.

Spin painting il a découvert ce procédé par hasard en observant un disque tourner.


Damien Hirst – Spin paintings (1995) Diamètre : 213,4 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres spin peintures.

Les spots painting sont la même chose en plus grand mais surtout les spots painting depuis 1986 ont fait le tour du monde. Le principe est simple, c’est un all-over de croix ou de points de taille égale alignés régulièrement, qui peuvent être très gros, ou très petits, mais qui sont toujours réalisés selon le même protocole. Dans le même tableau, il ne peut pas avoir deux fois la même nuance de couleur, et les espaces entre chaque point sont égaux au diamètre des points.


Damien Hirst – Spot painting
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir un commentaire.

Peintures très décoratives. Il en a réalisé 331 depuis 1988. Il dit ceci : « C’est une lutte entre une fabrication mécanique et une fabrication manuelle. Vu d’une certaine distance, les points ont l’air décalés, mais de près vous pouvez voir la trace d’une main humaine, le trait de crayon et même le trou du compas« .
Mondrian procédait de la même manière.

En 2012 300 de ces spots painting ont été exposés dans 11 galeries Gagossian à travers le monde. Coup marketing, il propose de donner une œuvre sur papier signé à chaque spectateur qui aura visité les 11 galeries et présentera les tickets d’entrée.
En 2011 il affirmait ceci : « J’ai produit environ 4 800 tableaux dans ma vie sans compter les gravures et les estampes. Je sais de Warhol en a fait 10 000, et Picasso 40 000 donc, j’ai encore du chemin à faire… »

Depuis les années 2000 il a produit des sculptures.


Damien Hirst – Hymn (2001) Bronze peint 595,3 x 334 x 205,7 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Hymn – Hymne (2001), pèse plus de six tonnes, recouvert de peinture, donne l’impression de matière plastique. L’œuvre a été inspirée à l’origine par un modèle anatomique appartenant au fils de Hirst, Connor, que l’artiste décrit ainsi : «C’était tellement précis, c’était comme un ensemble de chimie, et j’aimais ça comme un jouet […] une chose médicale, mais beaucoup plus heureux, plus amical, plus coloré et lumineux. »


Damien Hirst – Virgin Mother (2005) bronze peint 1023,2 x 462 x 206,5 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Virgin Mother – La mère vierge (2005). Elle est enceinte en partie écorchée. La position de la figure rappelle Edgar Degas « petite danseuse de 14 ans » (1881). Hirst explique la signification de la référence à Degas : « C’est un peu méchant; elle ne devrait pas vraiment être enceinte. Je voulais l’impression de cela. Quiconque est enceinte semble assez vieux, c’est le problème ».


Damien Hirst & Banksy – Keept It Spotless (2013) 99.1 × 114.3 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Keept It Spotless – Gardez-le impeccable (2013).
Il a repris un tag de Banksy sur un mur de Londres dans un tableau sur toile.


Damien Hirst – Verity (2013) 2000 cm de haut
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Verity – Vérité (2012). Elle est posée sur des livres de droit. La statue représente une femme enceinte nue avec la moitié de son corps exposant les ligaments et les viscères tout en tenant une épée, debout sur une base de livres juridiques. Elle représente une «allégorie moderne de la vérité et de la justice» et fait référence à la «mère vierge» de bronze de la première œuvre de Hirst de 2005. Elle symbolise la justice. Installée pour 20 ans à Ilfracombe, station balnéaire sur la côte nord du Devon en Angleterre. Voir une vidéo.
Voir d’autres images

Pages: 1 2 3

Comments are closed.