Cours du 20 mars 2017


Miguel Barceló – L’atelier avec 6 taureaux (1994) 235 x 375 cm Collection Bischofberger Zurich
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’atelier avec 6 taureaux. Les taureaux se mêlent aux sculptures de Barceló. Ils se trouvent à la périphérie du tableau. Traité comme une arène de corrida.

En 1995 il représente l’Espagne à la biennale de Venise.

En 1996, il a été exposé au centre Pompidou et à la galerie du jeu de Paume à Paris.

Il s’installe ensuite à Majorque dans un atelier d’un céramiste pour perfectionner ses techniques.

En 1999 il a produit une série de grands vases en céramique réalisé à la fois à Majorque et, tout au long de l’année 1999 et jusqu’en juin 2000, les céramistes Armelle et Hugo Jakubec, installés aux Rairies, Durtal près d’Angers, se sont associés aux recherches de l’artiste dans le but de créer des pièces de grands formats, de travailler l’intérieur des formes et d’affiner l’approche des couleurs.


Miguel Barceló – Vase, Céramique
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Exposition au musée des arts décoratifs à Paris en 2000.

Vases bosselés avec thèmes animaliers.

Céramiques exposées à Céret en 2013.

Exposition peintures et céramiques Galerie Acquavella New York (2015)


Miguel Barceló – Autoportrait à la cruche
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Autoportrait à la cruche. Il malaxe encore avant cuisson des briques ou des pots déjà formés.

Voir son atelier de céramique à Majorque.

Entre 1999 et 2006 il a peint une série de portrait d’animaux.


Miguel Barceló – Gorille
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Gorille. Effet de matière n’est pas net vu de près, tourbillon de matières.

Ours blessé matérialité pas très nette.
Vieux bouc.
Singe.


Miguel Barceló – Mobili (2001)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

2001 mobili à partir d’un crâne de singe.

Nouvelle série de peintures de crânes, en positionnant le crâne vu de dessus qui apparaît comme une grosse pierre.
Voir également :
une lithographie avec ajout d’aquarelle.
Crâne coquillage.

En 2001 il reçoit une commande de l’Etat espagnol pour une exposition dans la cathédrale de Palma de Majorque. En fait, il habille les murs de la chapelle Sant Pere d’une couche d’argile (sur 12 m de haut) sur laquelle il dispose des éléments de décoration.
Voir les vitraux de la chapelle.
Après six ans de travaux, la chapelle a été inaugurée en 2007 par le roi.
Voir un commentaire.


Palma de Majorque Cathédrale « La Seu » – Chapelle Sant Pere – Miquel Barceló

En 2006, dans le cadre du festival d’Avignon, il a réalisé une performance spectacle, Paso doble, et avec le chorégraphe Josef Nadj il a créé sur scène une éphémère une oeuvre d’argile.


Paso Doble Miquel Barceló et Josef Nadj

Rejoué ensuite à Paris et au Mali.

En 2007 il illustre la divine comédie de Dante, à la demande du musée du Louvre afin de confronter ses aquarelles à la barque de Dante de Delacroix.

Exposition chez Yvon Lambert à Avignon.

En 2007-2008 il obtient une nouvelle commande de l’Etat Espagnol pour le décoration d’une salle du palais des Nations à Genève. Il reprend l’idée de la grotte sans argile avec de la couleur. La couleur retombe en stalagmites sur 900 m2. Voir la réalisation des travaux, et la salle des droits de l’homme une fois terminée.

Entre 2009 et 2014 il peint des tomates et des poulpes


Miguel Barceló – Figues tardives (2014)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir d’autres oeuvres (galerie Galerie Thaddaeus Ropac Paris)

Exposition à la BNF (2016)

Voir également :
Papaye et mangue
Tomates
Il renouvelle le thème de la nature morte.

Exposition à Londres en 2014 à Withchapel gallery

Poulpes et pieuvres


Miguel Barceló – Pieuvres (2014)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voir une autre pieuvre.

En 2010 la ville d’Avignon lui a consacré une grande exposition Terra-maré qui se déroule dans trois lieux : le Palais des Papes, la Collection Lambert en Avignon et le Musée du Petit Palais.
Barceló à Avignon.
Il présente des céramiques, des briques déformées, mur de briques, masques en céramiques sur des gisants.


Exposition Terra-maré (2010) Avignon

2013 Les portraits à l’eau de javel

Il réalise une série de portraits à l’eau de javel.

C’est le négatif de l’aquarelle. Sur des supports de lin noirs, il enlève la couleur avec des projections d’eau de javel. Il fait au départ des portraits d’albinos d’Afrique.


Miguel Barceló – Portrait à l’eau de javel (2013)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Exposition galerie Thaddaeux Ropac Paris 2015

Lire interview de Barceló par Zoé Balthus.

En 2016 il a eu à la fois une exposition à la BNF et une autre au musée Picasso.

A la BNF, il a couvert les vitres de l’entrée d’argile puis il a dessiné dessus des motifs avec ses doigts qui représentent tout son univers (poulpes, poissons squelettes etc.)

C’est un personnage qui aime beaucoup payer de sa personne, de son corps. Il pétrit, projette dessine lui-même l’argile sur place. Il est très physique, mais en même temps, il est très cultivé, il est capable de parler avec passion aussi bien de la peinture italienne, que de Goya ou Picasso.
C’est quelqu’un qui a délibérément choisi de se concentrer sur conception primitiviste de l’art, puisque le film conducteur est finalement, peut être, la grotte. Qui correspond à la fois à un lieu de vie, qu’il a choisi pour ses atelier et à son gout pour la matière.

Encore quelques toiles pour finir…

Pages: 1 2 3

Comments are closed.