Cours du 9 janvier 2017


Keith Haring – Keith and Julia (1986)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Keith and Julia. 1986 couleur traitée à la manière de Miro.

Mur à Paris à l’hôpital Necker en 1987.
Piscine à New York mur réalisé en 1986.


Keith Haring – Crack is wack (1986)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Caractère primitiviste entre las graphiques plus complexes. Bleu rouge jaune il a une prédilection pour les primaires. Tentative plus expressionniste dans le geste.


Keith Haring – Boxeurs à Berlin (1987)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Grandes sculptures en métal. Adulte enfants. Voir également.

Séries sur la danse.


Keith Haring – Julia (1987)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Julia qui fait de la danse classique en tutu.

Voir les grands formats de Kieth Haring.

Chien enroulé

En 1987, il est invité à Munster. Voir le red dog. Voir également ses oeuvres sur les chiens.

Masques en aluminium peint.

Burning skull.

Il ouvre également un pop shop à Tokyo.


Keith Haring – Sans titre (1988), Dessin sur papier 57 x 76 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Avec l’auteur William S. Burroughs il a réalisé une série Apocalypse, il utilise des images de l’histoire de l’art pour sensibiliser le public au virus du SIDA.

Série de dessins sur le virus DU SIDA homme qui grimpé des marchés l’œuf est précédé le virus s’en échappe.


Keith Haring – Ignorance = Death, (1988), Acrylique sur toile
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« Silence = Mort » – la devise / logo du groupe d’activisme ACT-UP SIDA. Le groupe attaché les mots à l’image du triangle rose sur fond noir (le triangle rose est le symbole utilisé par les nazis pour identifier les homosexuels).

Voir Keith Harting, Conjurer la peur du sida en peignant

Voir d’autres oeuvres.


Keith Haring – A pile of crowns for Jean-Michel Basquiat, (1988), Acrylique sur toile
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il dédie à Basquiat un tas de couronnes dans une pyramide. (On reconnaît les couronnes de Basquiat).

Certaines oeuvres sont de plus en plus abstraites, difficiles à déchiffrer.
Voir d’autres oeuvres.


Keith Haring – Sans titre, (1988), Acrylique sur toile 304,8 cm de diamètre
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dieu argent avec un groin de cochons qui dévore les gens.

Mur a Barcelone 1989.
Mur à Monaco
– Peintures réalisées à New York (Fondation Keith Haring).


Keith Haring – Mur à Pise (1989) 10 x 18 m
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Mur à Pise, voir un commentaire.
Gil Vazquez est son dernier compagnon.


Keith Haring – Sans titre (1989) 63,5 x 76 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Collage de photographies avec peintures écriture proche de celle de Fernand Léger. Voir d’autres oeuvres.

Idée de l’œuf percé et du spermatozoïde infecté qui atteint l’homme (les cornes du spermatozoïde sortent du cadre).


Keith Haring – Silence = Mort (1989) 101,6 x 101,6 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Triangle rose gens en pleur.
Il sait que ses jours sont comptés.


Keith Haring – Walking in the Rain (1989) acrylique sur toile 182,88 x 243.84 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Marcher sous la pluie créature cornue qui marche sur des cadavres. C’est une référence aux mutations générées par la pollution et les pluies acides.


Keith Haring – The last rainforest (1989) acrylique sur toile 182,88 x 243.84 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« The Last Rainforest » – un récit illustrant l’interconnexion entre tous les êtres vivants, inspirés par la menace perpétuelle pour les forêts tropicales d’Amérique du Sud.

Site de la fondation Keith Harding.


Keith Haring – Untitled (For James Ensor), 5 mai 1989, acrylique sur toile, 2 panneaux : 100 x 100 x 1.5 cm (chacun).
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1989 for Jame Ensor. Après avoir été diagnostique malade. Haring crée ce diptyque où un squelette urine sur une fleur qui grossit : une manière de dire que la vie continue, même sans l’artiste, idée que son art va survivre à sa mort.

Avant de mourir, il crée une fondation à son nom, avec Julia Gruen comme directrice générale.

Dernier tableau inachevé.

Les américains ont mis du temps pour adopter Keith Haring alors qu’il a eu très vite excellent réputation en Europe. par contre, la reconnaissance publique (celle des gens de la rue, des jeunes) il l’a toujours, et c’était essentiel pour lui. On peut dire qu’il a pratiqué un art libre, populaire, affranchi qui emprunte son langage formel à l’enfance où il parlait également de choses sérieuses puisqu’il a milité contre le nucléaire, l’apartheid, l’esclavage, l’illettrisme, la famine en Afrique, la drogue… Il a réalisé près de 50 oeuvres publiques, dont beaucoup sont dans des crèches, des écoles, des orphelinats à travers le monde entier.
C’est un artiste populaire mais avec une complexité du message qui est plus riche que ce que l’on peut imaginer au premier abord.

– Exposition à Lyon en 2008 voir le dossier pédagogique.

Exposition Keith Haring au Brookling museum en 2012.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.