Cours du 30 mai 2016


Yue Minjun – Great Joy (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Great Joy (1993) 280 cm de large, montre ce bonheur commandé par le régime. Il y a dans la répétition du motif (désormais ce sera toujours lui, son portrait) l’idée qu’en Chine, la valeur des individus n’est que dans le rassemblement, dans la quantité.
« Quand j’étais petit, il fallait faire la guerre pour tout. Nous portions toujours les mêmes habits et nous participions à des activités collectives. »


Yue Minjun – Gweong gweong (1993)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Gweong gweong (1993) montre que le nombre est une force militaire comparable à celle des avions de chasse.


Yue Minjun – Sans titre (1994)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sans titre (1994) faisait l’affiche de l’exposition à la fondation Cartier qui s’intitulait joliment « l’ombre du fou rire« , (de novembre 2012 à mars 2013).


Yue Minjun – The massacre at Chios (1994)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

The massacre at Chios (1994) pour évoquer le massacre de ses amis , il se peint dans des attitudes des personnages du massacre de Chios de Delacroix.


Yue Minjun – The execution (1995)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

The execution (1995) s’inspire de l’exécution de l’empereur Maximilien par Manet.

Il est aussi tous les personnages de la liberté guidant le peuple.


Yue Minjun – Everybody connect to everybody (1997)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Everybody connect to everybody (1997) a été exposé à la biennale de Venise en 1999 et a fait connaître l’artiste. C’est une longue chaîne humaine dont les maillons sont le corps de l’artiste recroquevillé, la tête hilare … qui en dit long sur le sentiment de déshumanisation.


Présentation de Sky (1997) par Grazia Quaroni, 2013

Sky (1997), c’est une chevauchée de grues. Cette toile est liée au décès accidentel de son père. Les grues se dirigent vers le paradis … et volent ici vers l’ouest.

Voir d’autres oeuvres.


Yue Minjun – Memory 3
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La seule fois où le visage fait une mimique pour s’interdire de rire, c’est dans Memory 3, une tête scalpée dans laquelle nage Mao.
… alors que dans memory 4, c’est rempli de petits livres rouges.


Yue Minjun – Biennale de Venise de 1999
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Pour la biennale de Venise de 1999, il avait transposé en sculpture son personnage hilare, et tous ces corps étaient rangés géométriquement comme des guerriers de terre cuite du tombeau de l’empereur Qin.

Marat (2002), rappelle que l’art officiel fait disparaître les personnages gênants de l’histoire politique chinoise.

« Je me considère comme un artiste vulgaire . Cette vulgarité est plutôt bien accueillie par la grand public, car, lui non plus n’aime pas les choses élégantes. Je ne fais que m’adapter au goût populaire. »


Yue Minjun – Mas Xinglan (2007)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Mas Xinglan (2007) C’est un labyrinthe de gens qui ne communiquent pas entre eux. Un homme surveille l’ensemble avec des jumelles. L’artiste a représenté sa mère au centre.


Yue Minjun – Bystander (2001)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Bystander (2001) Un chinois hilare se noie devant un navire de touristes qui se saluent gaiement au passage.

Voir un commentaire sur son oeuvre.

Chez Yue Minjun, le rire est un rire de défi, de résistance, qui lui permet d’exprimer des émotions douloureuses, tout en caricaturant l’hypocrisie de la société et l’obligation, pour tout chinois, d’afficher son adhésion au système.

Wang Jin (1962).
Wang Jin est né en 1962 est de la même génération que Yue Minjun, il vit et travaille à Pékin.
A ses débuts, il ne présentait pas ce visage policé qu’on lui voit aujourd’hui.
Diplômé de l’académie des beaux art de Pékin en 1987, avec une spécialité en peinture traditionnelle chinoise, il a enseigné pendant trois ans à l’institut d’art de la ville. Déçu, il a démissionné pour devenir un artiste indépendant. Il s’est très vite fait remarquer en occident par ses actions menées dans l’espace public.


Wang Jin – Red flag (1994)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le triptyque red flag (1994). Il a jeté dans le Red Flag Canal 25 kg de pigment rouge pour transformer l’eau en un fleuve de sang, une grosse blessure sur 4 km. Car ce canal a été creusé au cours de la révolution culturelle et à l’époque il avait été le symbole du soutient enthousiasme du peuple à la nouvelle politique. « En fait en Chine, quand on dit que quelque chose est rouge, cela signifie que c’est réussi, recherché. » Si Wan Jin réalise cette action publique, et spectaculaire, c’est qu’il constate depuis quelques années une amnésie collective. Plus personne n’exerce ses facultés critiques. Il a aussi peint en rouge une voie ferrée.


Wang Jin – To marry a mule (1995)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

To marry a mule (1995) Une mule déguisée en mariée traditionnelle chinoise. Cette performance cocasse lui a été inspirée par huit tentatives infructueuses pour obtenir un visa pour aller rejoindre sa femme aux États-Unis, un cauchemar bureaucratique qui l’a conduit à demander le divorce.


Wang Jin – Chinese Dream
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Lorsque Wang Jin a cessé de faire des performances, il a matérialisé la transformation de la Chine en réalisant des copies de robes de l’opéra de Pékin dans du PVC brodé avec du fil de pêche. Cette série de robes assez extraordinaire s’intitule « Chinese Dream« . Voir également et aussi.
Au cours de la décennie suivante, il a réalisé des photos et des sculptures.


Wang Jin – Steel (2006)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Un fusil en forme de de colonne vertébrale, sans commentaire.

Voir d’autres oeuvres de Wang Jin

Wan Jin est présent dans les expositions internationales en Asie, Aux États-Unis et en Europe.

Zeng Fanzhi (1964). Il est né en 1964, il vit et travaille à Pékin, il est actuellement l’artiste le plus côté en Chine.
Il est peintre, et il même dans son travail l’histoire de la Chine et son histoire personnelle.
Lorsqu’il était étudiant (aux beaux arts de Pékin), il habitait très près de l’hôpital et, raconte-t-il, il s’y rendais souvent pour profiter des toilettes (qu’il n’avait pas chez lui).


Zeng Fanzhi – Homme mélancolique (1992)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Homme mélancolique (1992) montre un talent proche de celui des expressionnistes allemands.


Zeng Fanzhi – Fly (1992)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’influence du pop art se fait sentir dans Fly, où il s’agit sans doute de lui et d’Andy Warhol, derrière un parterre de fleurs très « pop ».


Zeng Fanzhi – Série hôpital
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La série hôpital réalisée de 1992 à 1995 même l’univers hospitalier à l’iconographie chrétienne, et à la boucherie. C’est Francis Bacon caricaturé avec un réalisme humoristique. Les têtes et les mains sont grossies, mais les postures très bien observées. En même temps, c’est une sorte de carnage, qui renvoie à celui de la place Tian’amnen … avec discrétion.


Zeng Fanzhi – Série Mask
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

A partir de 1996, il commence la série Mask. Il raconte, que venant de sa province et arrivant à Pékin, il avait eu l’impression que tout le monde portait un masque tant les attitudes dans la grande ville lui semblaient policées, uniformisées, standardisées. Désormais tous ses personnages porteront un masque devant leur visage, et tous le même. De plus le foulard rouge rappelle celui des gardes rouges, même s’il est parfois remplacé par une cravate rouge.


Zeng Fanzhi – Last supper (2001)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Last supper (2001), c’est encore la Cène de Léonard de Vinci revisitée. Ce sont des adolescents chinois, tous masqués, répartis autour de leur chef (qui porte des barrettes sur son uniforme). Tous mangent des pastèques, qui associées au rouge, crée un motif assez sanguinolent. Judas se différencie par son coude sur la table et par sa cravate jaune.
« La Chine dit l’artiste, c’est une société dans laquelle personne ne peut vivre sans masque. »
Depuis ces dernières années, Zeng Fanzhi a tourné cette page et aborde d’autres thèmes, avec un tout autre style. Il crée d’immense paysages impénétrables dont le premier plan semble envahi par les ronces et les branchages, et parfois il y loge Karl Marx, ou le lièvre de Durer, ou notre Marianne nationale, le portrait de Léonard de Vinci, d’Andy Warhol, ou Bacon.

Voir d’autres oeuvres de Zeng Fanzhi (Exposition au Musée d’Art Moderne Paris – Dec. 2013)


Zeng Fanzhi – Mao
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Lorsqu’il consacre un triptyque à Mao, c’est pour le faire progressivement s’estomper, avec une technique très particulière … ou en le peignant en surimpression devant la cité interdite.
Tiananmen (2004) 215 x 330 cm

Voir l’exposition Zeng Fanzhi au musée d’art moderne de la ville de paris en 2014.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.