Cours du 18 avril

La trans-avant-garde italienne :

Sommaire : Mimmo Paladino, Enzo Cucchi, Sandro Chia, Francesco Clemente

La trans-avant-garde italienne (1979-1988)

Le critique d’art italien Achille Bonito Oliva a révélé ces artistes au public à la biennale de Venise en 1980. Dès 1982, ils ont acquis une réputation internationale.

Les artistes de la Trans-avant-garde travaillent autour d’une expression individuelle.
En réaction contre l’art conceptuel des années 70 et en réaction contre toute idéologie politique, ils réaffirment le droit à la subjectivité, le droit d’utiliser leurs racines nationales. Ils aiment les fauves, Chagall, Chirico, Picabia…
Ils ne revendiquent pas de références à une actualité, chacun a ses références artistiques et y puise une partie de son inspiration. Ils revendiquent le droit à la subjectivité de l’artiste et à l’expression de ses propres sensations ainsi qu’une peinture libre, figurative ou imaginaire.

Pour Achille Bonito Oliva, « Le mot avant garde n’a plus de sens dès lors que la société occidentale ne se nourrit plus d’utopies. La faillite du marxisme, les guerres ces dernières années, interdisent toute vision optimiste de l’histoire« .

C’est un art sans idéologie, et sans combat.

Mimmo Paladino. Né en 1948.

Il est né à Paduli. De 1964 à 1969, Mimmo Paladino étudie au lycée artistique de sa ville natale. Son projet artistique naît à l’âge de 16 ans, suite à sa découverte, à la Biennale de Venise, du travail de Claes Oldenburg et de Jim Dine, qui l’impressionnent fortement. Il commence à dessiner six ans plus tard et ses thèmes favoris, tout particulièrement Icare, sont très souvent puisés dans la mythologie.


Mimmo Paladino – Silencieux je me retire pour peindre Silenzioso, mi ritiro a dipingere un quadro (1977)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1977 silencieux je me retire pour peindre. Véritable déclaration d’intention, ce tableau affirme très clairement la quête d’une pratique personnelle, face à l’austérité et au dogmatisme de l’art conceptuel et minimal, et de l’Arte povera, omniprésents sur la scène italienne et internationale de l’époque.

En 1978 il se rend à New York.


Mimmo Paladino – Voilier (1978) huile sur toile 200 x 300 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Voilier 1978. Quelques signes dans des fonds en aplat.


Mimmo Paladino – Rouge silencieux (1980) huile sur toile 200 x 300 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Rouge silencieux 1978. Voir le détail du point noir.

De retour en Italie son travail va se nourrir de l’antiquité et de l’imagerie médiévale dont de nombreux vestiges sont présents dans sa région natale.

Beneveto la ville proche de chez lui, regorge de légendes et de vieux monuments. Une légende raconte que la ville à été fondée par Diomède à la suite de la guerre de Troie. Cheval de Diomede. La ville apparaît dans l’histoire romaine sous le nom de Maleventum. Elle était la capitale des guerriers Samnites et ceux-ci y trouvèrent refuge après leur défaite contre Rome en 314 av. J.-C.

Noyer de Benevento, est un arbre sacré objet de dévotion. Voir la légende des sorcières de Benevento.


Mimmo Paladino – Avec deux doigts (1980) huile sur toile 200 x 361 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1980, Avec deux doigts : Triptyque stylisation d’un personnage, tête sans visage, il tient un cercle végétalisé.

Grand cabaliste 1981. Effet de diptyque. Têtes traitées comme des masques, effets de branche de végétaux, personnages très stylisés.


Mimmo Paladino – Le vent du matin (1981) huile sur toile et bois peint 223.5 x 264.1 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le vent du matin (1981) avec des morceaux de bois collés sur la toile.


Mimmo Paladino – Ara (1982) huile sur toile et bois peint
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ara 1982 huile sur toile bois peint adossé à la toile, signes abstraits et primitivistes. Extrême stylisation des corps et des visages, leçon de l’art moderne dans certaines formes.


Mimmo Paladino – Sans titre (1982) huile sur toile et bois peint
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sans titre 1982 jeune femme qui paraît accroupie devant une table, avec un récipient qui est posé devant elle. Leçon de Matisse dans l’atelier rouge qui fait oublier la perspective et la profondeur de champs.

Des images cultes de la peinture italienne resurgissent.


Mimmo Paladino – Suonno
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Suonno (1982). On reconnaît la toile de Pierro della Francesca songe du roi Constantin qui voit la croix montrée par un ange (fresque d’Arezzo). Il a gardé la position accoudée du gardien, il a entouré la tente d’animaux et d’éléments décoratifs.


Mimmo Paladino – Presepio (1982) Lit d’enfant acrylique sur papier 300 x 303 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Presepio (1982) Fond rouge, cercle mystérieux d’animaux sous la garde d’un personnage énigmatique.

Voir également Ronde de nuit (1982) 200 x 400 cm animaux et personnages s’entremêlent. Échos à Rembrandt La (Ronde de nuit).

Voir d’autres œuvres.


Mimmo Paladino – Le jugement de Paris (1983)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le jugement de Paris 1983. Il procède comme par collage avec différentes sources. Il évoque des images de totems symboliques, l’art médiéval et cubisme en produisant des personnages de théâtre mythiques.

Beaucoup de chose dans son œuvre relèvent à la fois du primitiviste et de l’icône. A la fois par les couleurs (bleu, or), et par le caractère impersonnel des visages


Mimmo Paladino – L’antre de Naples (1983) Huile sur toile et bois
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’antre de Naples. 1983. Éléments rapportés en bois peint qui se placent devant la toile, fixés sur l’encadrement.

Il déclare : « Mes peintures ne racontent pas d’histoire, elles ne contiennent pas d’explication, seulement des allusions. Les éléments peints ne veulent rien dire, ils tendent l’un vers l’autre, ils sont placés en travers l’un de l’autre, ils se chevauchent. Ce concept est plus musical que littéraire.  »

Le cœur de la Russie. Couleurs chaudes des icônes. Un cadre de bois peint entoure le tableau.


Mimmo Paladino – Sans titre (1983) Huile sur toile et bois peint 130 x 220 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sans titre 1983. Impression de scène magique chargée de mystère. Un personnage blanc recroquevillé dans un coin.

Dans son œuvre, tout tourne autour de la figure de l’humain souvent douloureusement déformée, dans une réalité qui pourrait être celle des mythes, des songes, des peurs. On a l’impression qu’il compose avec des fragments de mémoire.

Il réalise plusieurs voyages au Brésil en 1982 et 1985, où il s’intéresse au culte Vaudou.


Mimmo Paladino – Campi flegrei (1983) huile sur toile et bois
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Campi flegrei 1983, présence d’animaux,


Mimmo Paladino – Scorticato (1984) huile sur toile et bois diamètre 300,8 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Scorticato croix grecque en bois peint.

Il réalise une exposition sur ses sculptures.

L’isola personnage qui sort d’un tronc d’arbre, qui nous présente un masque en pierre.


Mimmo Paladino – Quadro muto pittura bugiarda, (1983)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Peinture fallacieuse. Il dit : « C’est une source de beaux portraits, le peintre qui à l’encontre des artistes conceptuels se tient comme un âne au point de convergence de milliers de directions. Les qualités attribuées ordinairement au caractère de l’âne sont plus intéressantes que celles de la sagesse, parce qu’elles peuvent conduire l’art dans une autre direction. »
Les deux longues oreilles jaunes s’élancent comme des flammes à l’assaut de l’imaginaire, alors que le geste qui tient le pinceau est un peu maniéré.
En haut à gauche se trouve une idole noire.

Parmi les oliviers (1984) Tra gli ulivi 134.6 x 97.8 cm.


Mimmo Paladino – La vertu du boulanger en calèche (1983) 223.52 X 184.15 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La vertu du boulanger en calèche. Le peintre aux oreilles d’âne semble ausculter le personnage.


Mimmo Paladino – Méduse (1984) huile, encaustique collage sur toile 239 x 264 x 21 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Méduse se compose de fragments de différentes choses.


Mimmo Paladino – Cordoba (1984) huile sur toile 300 x 400 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Cordoba scène d’intérieur jaune dominant.

Voir les bronzes de Mimmo Paladino.


Mimmo Paladino – La baignoire (1985)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La baignoire. Personnage allongé sur une couche, comme Gauguin dans Manao tupapau (l’esprit des morts veille) il mêle des éléments du réel et du fantasme.


Mimmo Paladino – Mer du Nord (1985)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Mer du Nord (1985). La mer du Nord est un ensemble composé de deux panneaux de différentes épaisseurs et d’un mince bras en saillie supérieure. Sur le panneau principal, le plus grand, sur fond rouge, apparaît au centre un personnage de la face hiératique, seul qui se détache les yeux ouverts. Dans le second tableau, une forme sombre, tête allongée, sur un fond en bois défini par traçages concises. Le titre évocateur, la mer du Nord, semble faire allusion à la mythologie germanique, tandis que l’iconographie et le choix des couleurs rappellent les images archétypales, la figure de la maternité et de l’ombre de la mort. La combinaison des sujets et des modes d’expression est typique du style de Paladino, qui participe pleinement à l’atmosphère des années quatre-vingt.


Mimmo Paladino – Le visiteur du soir (1985) 200 x 155 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le visiteur du soir portrait de GF s’inspire des Ménines de Vélasquez. Les ménines (demoiselles d’honneur) sont remplacées par deux autres personnages.


Mimmo Paladino – Veillée (1985) huile et collage sur carton et toile 230 x 335 x 30 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Veillée (1985) s’inspire du gisant de la chapelle Sansevero à Naples, le Christ voilé.


Mimmo Paladino – Film 1953 (1984) huile sur toile et bois (134.62 X 218.44 x 40.64 cm
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Film 1953 avec vélo. Sans doute une allusion à Fausto Coppi, coureur cycliste qui en 1953 commence une relation amoureuse avec Giulia Occhini (surnommée la dame blanche). Dans l’Italie catholique, l’adultère du champion choqua.

En 1985, le musée Lenbachhaus de Munich organise la première exposition rétrospective consacrée à Mimmo Paladino dans un espace public.

Voir un site sur Mimmo Paladino (Luxgallery).

Il a réalisé des personnages en bronze.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.