Cours du 9 novembre 2015

Annette Messager, Sophie Calle

Sommaire : Annette Messager, Sophie Calle


Avec la notion de « mythologie individuelle » ce sont des artistes qui mêlent leur vie individuelle à la vie artistique avec une ambiguïté entre réalité et fiction. L’intime est utilisé comme vecteur de transmission à travers une pédagogie de l’image et une politique du récit.

Annette Messager née en 1943
C’est la femme de Boltanski. Elle est née à Berck-sur-Mer c’est la fille d’un architecte amateur d’art. Très jeune, elle a rencontré Dubuffet.
Elle interrompt ses études aux beaux arts à la veille de mai 1968.
En découpant des images de magazine, en les classant, plus tard en les recopiant, en les coloriant, elle réalise des séries d’images sur le thème du bonheur illustré. Elle fait un inventaire d’images stéréotypées, d’un exotisme mièvre qu’elle recopie scrupuleusement.


Annette Messager – Le bonheur illustré – (1975-1976) dessins au Crayon de couleur sur papier 30 x 42 cm chaque
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

De 1971 à 1979 album elle fait une collection à partir d’images découpées dans des magasines féminins.


Annette Messager – Tortures volontaires (1972)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tortures volontaires 1972. Elle traque les stéréotypes, elle fait l’inventaire des tortures que les femmes s’infligent pour paraître plus belle.

En 1971-1972, sa démarche originale lui vaut sa première exposition à la galerie Germain à Paris où elle réalise une installation spectaculaire intitulée « Les Pensionnaires ». Comme la galerie Germain organisait une exposition parrainée par une marque de laine, cela lui donna l’idée de confectionner des petits tricots pour ses oiseaux naturalisés. Pour aller au bout de cette démarche originale, elle développera des dons de taxidermiste artistique et cette « œuvre essentielle et fondatrice » dans son travail, lui vaudra d’être connu au début des années 70.

Les pensionnaires 1972 Voir un commentaire.

« Rester dans ma carapace, à l’abri, et commencer à me manifester et à oser (ô que ce fut dur!) montrer mes petits bricolages-maisons, voilà je crois l’origine de mes boites à ouvrage ou boites à malices que j’ai confectionnées entre 1969 et 1972. A la fois intérieurs et extérieurs, ces coffrets douillets protégeaient mes ouvrages et moi-même en tant qu’artiste et aussi en tant que femme. Les trois séries de « mes pensionnaires » appelés aussi  » mes protégés » prirent donc refuge grâce à mes soins de mère (trop) protectrice et s’intitulent « le repos des pensionnaires » et « la punition des pensionnaires » (A. Messager)

« Le Repos de mes pensionnaires » constituée de 72 oiseaux naturalisés reconstitués, emmaillotés de tricots posés sur un tissu blanc. Dans le Repos des Pensionnaires, on est au premier abord, attendris par des petits animaux emmaillotés dans des petits gilets de laines tricotés. Mais ces animaux sont morts! Pire ce sont des chauve souris! Annette Messager nous fait naviguer entre rêve et cauchemar, enfance, vie, mort, angoisse et questions existentielles.
Parodie d’auto fiction un peu ambiguë.

« La Promenade » composée de 9 oiseaux naturalisés emmaillotés de tricot attelés à des mécanismes fragiles montés sur roulettes fonctionnant à piles ou téléguidés.

« La punition » composée de 9 pensionnaires (oiseaux naturalisés reconstitués) harnachés sur des socles de métal

Voir le texte d’accompagnement.


Annette messager explique sa démarche

Son travail connu un grand succès, il a été présenté l’année suivante à Munich.

En 1972, elle participe à la 5ème documenta de Kassel.

En 1974, elle a brodé sur des morceaux de tissu blanc des remarques machisme des hommes sur les femmes.


Annette Messager – Ma collection de proverbes (1974)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Ma collection de proverbes. Elle parle des cultures populaires. Voir un commentaire.


Annette Messager – Annette Messager truqueuse (1975)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le cycle « Annette Messager truqueuse » en 1975 s’inscrit dans un contexte d’art corporel : le corps de l’artiste devient le support d’un travail de trucage dont on ne sait pas s’il s’agit de maquillage ou de retouche photo (série La femme et…) elle dessine des corps sur des corps.
Elle emménage en 1982, dans un grand atelier à Malakoff, avec son mari, C. Boltanski. Son travail prend une nouvelle dimension, elle réalise des oeuvres plus grandes.


Annette Messager – Les chimères (1982)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les chimères en 1982, ensemble de formes monstrueuses constituées de photos montages, qui remplissent plusieurs salles, dans une galerie. Fragments de corps collés sur des formes découpées, tête dans une araignée, chauve souris. Cela renvoie à l’univers du symbolisme, ou des cauchemars de Goya, du romantisme noir, et c’est également plein d’humour.


Annette Messager – Mes vœux (1989)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1989 mes vœux entassement circulaire de photos encadrées maintenues par des ficelles. Fragments de détails de corps attachés à l’idée du désir, (parallèle avec C.Boltanski qui réalise à la même époque des ex-votos avec les fils électriques).
Voir un commentaire.

Mes petites effigies (1988) figures épinglées au mur, avec des mots qui évoquent des émotions des sentiments. Elle a associé des têtes de peluches avec des corps de poupées idée de magie poupée vaudou. Elle utilise la photo, les peluches et l’écriture pour parler des émotions humaines (de l’enfance ou des midinettes ?).


Annette Messager – Histoire des petites effigies (1990)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1990 histoire des petites effigies, elle veut créer une fiction autour des effigies avec une accumulation de peluches et de poupées, associées à des vêtements de poupée complète le travail précédent sur les restes de l’enfance et les souvenirs émotionnels.

Mes ouvrages (1989) suite de mots (écrits sur les murs) associés à des photos. C’est un petit livre-objet qui mêle photos et textes/mots-clés. La photo, une partie du corps, est encadrée par un mot qui est répété. Cette association donne une nouvelle perception.


Annette Messager – Mes trophées (1986)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En 1986 elle a présenté Mes trophées, 88 photos monumentales de détail du corps sur lesquelles elle a fait des signes à l’encre à l’aquarelle ou au fusain. Évoque le tatouage, les pratiques de sorcellerie.

1990 les piques 130 piques en acier, bas nylon peluches, poupées, trophées macabres,

Histoire des trois nuits blanches, elle exposé des chemises de nuit sur lesquelles elle dessine.

1993 pénétration, réalisation en tissus d’organes humains, on pénètre dans le corps.
« Je voulais qu’on frôle les organes, que l’on pénètre dans cette œuvre comme dans une forêt constituée d’intérieur de corps » (Annette Messager).

En 1999 utilisation de gants avec des crayons de couleurs.


Annette Messager – Gants-tête (1999) Gants et crayons de couleur 178 x 133 cm Collection AM et M Robelin
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dissections idée de la chirurgie illustré avec des gants.

Utilisation des restes de peluches vidées (1998) idée des restes de l’enfance, du monde du fantastique avec une forme de cruauté.

Taxidermie hybrides présentées sur des piques. Eux et nous jeu de miroirs.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.