Cours du 30 septembre 2013

Jackson Pollock (1912 – 1956)

Sommaire : Les premières années – La reconnaissance de l’artiste – Les années de gloire – Une évolution pas comprise par la critique.

Jackson Pollock 1912 – 1956

Il est devenu un mythe en Europe (à travers sa fureur de peindre). Pour les européens, il incarnait l’Amérique dans sa force, son manque de culture et de passé, pour eux, sa peinture était basée sur des pulsions, c’était un homme sans racine. Quant à lui, il rejetait complètement cette idée là. C’était aussi absurde que de définir une mathématique ou une science nationale. En fait, il avait une culture artistique importante et il a beaucoup emprunté à d’autres artistes (Picasso, les surréalistes etc.).

Les premières années

Il est né en 1912 dans le Wyoming, territoire à l’époque encore peuplé d’indiens. Il a assisté très jeune à des rituels de peintures sur sable par les Navajos. Il remarque que les Indiens intégraient des matériaux bruts dans leurs tableaux et qu’ils construisaient plutôt des formes abstraites. Il est le dernier de cinq garçons il est très attaché à sa mère (il ne porte pas le nom de son père). Dès l’age de 15 ans il est repéré pour sa dépendance à l’alcool.
Un de ses frères lui fait découvrir l’art les fresques des muralistes mexicains (D. Rivera, Orozco etc.) sur des bâtiments publics (thèmes sociaux, grand format) il va participer à ces peintures murales. Il se forge alors des opinions politiques de gauche au contact de ces artistes.
Puis, il est ensuite étudiant en art à New York chez Thomas Hart Benton, qui réalise une peinture traditionnelle. Il est très vite adopté par Benton (qui devient temporairement un père de substitution).


Jackson Pollock – Woman (1930)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1930 woman


Jackson Pollock – The flame (1934) (51,1 x 76,2 cm) MoMA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Il a dit qu’il aimait les peintures du Greco (peintures tourmentées), on retrouve un peu cette inspiration dans cette oeuvre.


Jackson Pollock – Paysage avec un bœuf – Landscape with steer (1934) Lithographie (35,1 x 47,1 cm) MoMA
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

1934 Steer paysage avec un bœuf. Proche de ce que fait Garouste.


Jackson Pollock – Goeing west (1934) Lithographie MoMA (35,1 x 47,1 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Benton est très conservateur, hostile à toute idée d’avant garde. Rupture avec Pollock, qui se trouve un autre père symbolique, Picasso.

A partir de 1937, il commence une analyse avec un disciple de Jung (Joseph Henderson, un psychanalyste formé directement auprès de Carl Gustav Jung). Ce docteur est attaché à toutes les formes de création. Au cours de cette période, il est également en contact avec d’autres artistes, notamment Picasso, et de nombreuses proximités entre les deux artistes ont été repérées, ainsi qu’avec Miro, Masson et Ernst.


Jackson Pollock – Bird (1935) MoMA (61,6 x 70,5 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Bird (1935) Ressemble au Loplop de M. Ernest.


Jackson Pollock – Naissance (1938-41) : Tate museum Londres (116,4 x 55,1 cm )
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Tracé aléatoire proche de l’écriture automatique, tendance à tout remplir (all over).


Jackson Pollock – Homme nu avec un couteau (1938-41) Tate museum Londres: (134,7 x 99 x 6,5 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

C’est une synthèse entre le cubisme et l’écriture automatique.


Jackson Pollock – Mask (1941) MoMA New York: (42,5 x 48,3 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Dans Mask (1941) il est proche des oeuvres de Masson. On distingue plusieurs visages dans ce grand mélange de formes et de couleurs. Aucun n’est peint de manière réaliste, tous sont vus de plusieurs côtés à la fois. L’influence de Picasso est très forte ici.
Il se dégage un malaise de ce tableau, car les masques sont menaçants.

Il propose de communiquer avec le Docteur Henderson à travers ses dessins. Il s’inspire d’artistes européens alors que Henderson n’a pas de culture artistique et Pollock va jouer à démontrer son incompétence.

La reconnaissance de l’artiste

A partir de 1942, il prend son envol artistique.


Jackson Pollock – Stenographic Figure, (1942) : MoMA New York (101,6 x 142,2 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Oeuvre très célèbre.
Stenographic Figure, 1942. On distingue une forme féminine étendue, horizontale. Deux formes humanoïdes élémentaires donnent plus de caractère à la peinture. Un des personnages est sur ​​le bord droit de la peinture, et l’autre est juste à gauche du centre. Pollock a ensuite terminé la peinture en appliquant des coups de pinceau calligraphiques dans diverses parties du tableau.
Les couleurs sont éclatantes, un contraste saisissant avec le travail de Pollock 1950. On sent l’influence du surréalisme dans la composition, celle du cubisme dans l’interprétation des formes.
Ressemble à une composition classique (Olympia).

Au début de 1943 Pollock a été retenu avec 35 d’autres artistes par Peggy Guggenheim (Mondrian et Duchamps en font partie). Il rencontre Lee Krasner, elle va favoriser toutes les rencontres de Pollock avec les critiques d’art et le sortir de sa solitude.


Jackson Pollock – War (1943) : MoMA New York (52,4 x 66 cm)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

War 1943 thème emprunté aux dessins sur Guernica.

Pages: 1 2 3

Comments are closed.