Cours du 22 octobre 2012


Gino Severini – Hiéroglyphe dynamique du bal Tabarin (1912) New York, Museum of Modern Art
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Severini a été fasciné par la danse qui permettait la représentation de l’expérience multisensorielle. Ici, il représente une femme avec des boucles brunes et une robe blanche, bleue et rose à volants ; elle danse à Paris au Bal Tabarin. Différents éléments du tableau se réfèrent à l’actualité du moment les drapeaux évoquent des sentiments nationalistes. Dans sa description du Bal Tabarin l’artiste fusionne l’intérêt des futuristes à capter le dynamisme du mouvement avec l’intégration d’éléments de texte et collage, comme les paillettes, influence du cubisme français.
Ces artistes ont exposé à Paris et représentent des scènes parisiennes.

Danseuses articulées. Le spectateur est invité à tirer sur des ficelles afin de faire bouger la danseuse.


Gino Severini – Canons en action (1915) Museum Ludwig
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Reste au peintre à résoudre, s’il se peut, une difficulté : ajouter le vacarme à l’image et transcrire la sensation de la façon la plus complète. Severini, dans la logique du cubisme des « papiers collés » introduit le mot et l’onomatopée. Il glisse ainsi vers une peinture-poème. Certains des procédés peuvent paraître rudimentaires, le « bboumm » de la détonation par exemple. D’autres s’efforcent de préciser la technique elle-même, « perfection arithmétique », « rythme géométrique », « courbe graduelle vers la terre ». Le tableau est à lire autant qu’à regarder, d’autant que les figures des artilleurs ne sont qu’évoquées et le canon lui-même représenté de façon peu détaillé.

Luigi Russolo


Luigi Russolo – Synthèse plastique des mouvements d’une femme (1912) Musée de Grenoble
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Synthèse plastique des mouvements d’une femme. Voir vidéo.


Luigi Russolo – Dynamisme d’une automobile (1912) Musée d’art moderne de la ville de Paris
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le futurisme prône l’amour de la vitesse et de la machine (exalte la beauté des voitures), voir un commentaire.
Il publie, le manifeste de l’art des bruits. Il donna de nombreux concerts notamment à Paris.

Carlo Carrà


Carlo Carrà – Sortie de théâtre (1911) Londres, Fondation Estorick
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Sortie de théâtre


Carlo Carrà – Les nageuses (1910) Carnegie Museum of Art Pittsburg
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les nageuses représentent les déplacements de corps dans l’eau. Composition en diagonale pour traduire l’énergie, touche nerveuse pour le mouvement de l’eau, ce tableau célèbre la vitesse, vertu futuriste, mais pas la machine ni le monde urbain.

Fortunato Depero

Plasticien autoportrait futuriste.


Fortunato Depero – Complexe plastique motobruitiste à lumières colorées (1910) Carnegie Museum of Art Pittsburg
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Complexe plastique motobruitiste à lumières colorées. Voir un article sur le bruitisme.


Fortunato Depero – Gilet futuriste
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Gilet futuriste. Il a également réalisé des tableaux avec une marqueterie d’étoffes.
Autres œuvres de Fortunato Depero
. .
La photographie est également un moyen d’expression pour le mouvement futuriste.
Boccioni autoportrait (photomontage de cinq fois son portrait)
Bragaglia la gifle (1912)
La photographie permet d’appréhender la dimension proprement « dynamique » de l’action. Ainsi, il peut donner l’illusion de la temporalité : mouvement, vitesse, dynamisme

Les artistes dans la mouvance du mouvement futuriste

Antonio Sant’Elia architecte. Il dessina de nombreux projets non réalisés.
Préfiguration utopiste de l’architecture moderne. L’architecture futuriste naît plutôt tardivement, en 1914, et part précisément de l’idée de retard architectural qui, à ce moment, est déjà un poncif (un thème répandu et récurrent au point de laisser une impression de stagnation) des avant-gardes.
L’idée de retard architectural, se fonde en particulier par rapport :
– aux modes de vies (urbanisation, individualisation, communications, mobilité…);
– à l’industrialisation de la production (mécanisation + standardisation) et de la consommation (grande distribution);
– à l’étendue et à l’échelle des besoins générés par la croissance (économique + démographique);
– à l’accélération et à la multiplication des échanges liée à l’évolution des moyens de transports et de communication;
– et aux progrès de l’ingénierie (structure + mécanique circulatoire et environnementale du bâtiment).

Virgilio Marchi
Maquettes de villas futuristes voir un commentaire.
Films futuristes 1916 et 1934. cinéma expérimental.
La force d’impact du futurisme est importante à l’époque.


Fernand Léger – L’escalier (1913)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’escalier (1913) de Fernand Léger en lien avec le futurisme (voir un commentaire),
partie de cartes (1917) (Léger). 1925,
hommage à la danse (1925).


Marcel Duchamp nu descendant un escalier
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Duchamp nu descendant un escalier. (voir un commentaire)

Pages: 1 2 3

2 comments to Cours du 22 octobre 2012

  • Agnès Ghenassia

    Bien sûr il faut lire, à propos du manifeste de Marinetti, le coup de poing ( et non le coup de point);
    Mais surtout, il ne faut pas , dans l’intro, annoncer des « artistes contemporains influencés par le futurisme « , car ni Vélickovic, ni Tinguely , ni Philippe Stélarc ( et non Félix) ne se réclament du futurisme ! Je les ai présentés selon une autre logique: Vélickovic parce que , comme les futuristes, il s’est inspiré un temps des chronophotographies de Muybridge et parce qu’il figure le corps en mouvement ; Tinguely parce que son oeuvre est consacrée aux machines, mais à l’opposé des futuristes, chez lui les machines sont dérisoires; et Stelarc à cause du rêve de  » l’homme-machine »

  • Agnès Ghenassia

    Marcel DUCHAMP ne prend pas de S
    Pourquoi tant de gens mettent-ils un S au mot champ ?